Les trans­for­ma­ti­ons de l’an­ci­en manè­ge de Genè­ve

Un projet de transformation écrit toujours un nouveau chapitre de l’histoire d’un bâtiment, tout en résonnant avec les précédents. C’est le cas de la transformation de l’Ancien Manège de Saint-Léger en équipement public. Dédié à la pratique de l’équitation par les élites du 19e siècle, au stationnement de l’Hôtel de Ville au 20e, le bâtiment devient au 21e siècle un «élément de la vie civique de Genève».1

Publikationsdatum
13-12-2021
Isabel Concheiro
Architecte, maître d’enseignement et responsable adjointe du Joint Master of Architecture, HEIA-Fribourg, et éditrice de la plateforme TRANSFER

Construit en 1829 sur l’emplacement d’un premier manège datant du début du 18e siècle, le manège de Saint-Léger s’inscrit dans le contexte de modernisation et de construction d’équipements publics de la Restauration genevoise. Il fait partie d’une série de bâtiments destinés aux activités d’étudiants des aristocraties étrangères que la ville souhaitait attirer. Le projet de l’architecte François Broyer se caractérise par sa sobriété et sa clarté typologique. Il s’agit d’un bâtiment basilical composé d’une nef éclairée de fenêtres hautes et abritant une arène dédiée à la pratique de l’équitation. Sa charpente définit les combles pour le stockage du fourrage. Il est flanqué de deux bas-côtés contenant les écuries et de quatre tours aux angles, abritant les services, et terminé par un espace en demi-cercle accueillant l’entrée principale.

Employé jusqu’en 1920, le bâtiment est réaffecté en garage dans les années 1930, puis transformé en parking en 1950. À cette fin, l’architecte Jean Camoletti insère une structure en béton de deux niveaux dans le corps central, une rampe dans le corps latéral côté rue Saint-Léger et reconfigure le volume semi-circulaire en entrée de garage2. Pour Philippe Meylan, Directeur du patrimoine bâti à la Ville de Genève, le point de départ de ce projet de transformation est donc un bâtiment constitué de deux structures d’échelles, de matérialités et de degrés de protection patrimoniale qui différent: «un intérieur lourdement transformé et un extérieur relativement bien préservé». Le programme du concours lancé en 2014 «définit clairement les éléments patrimoniaux à conserver, laissant à l’intérieur une marge de manœuvre relativement importante.»3

Un projet collectif

Ce bâtiment, unique dans le quartier, faisait depuis longtemps rêver des habitants, qui songeaient à y créer un lieu collectif. Dès 2005, et pendant trois ans, un processus de réflexion et de discussion a été mené avec les représentants des associations du quartier et des habitants – encadrés par l’architecte Andrea Bassi – et ponctué de visites d’espaces associatifs de référence, tels que Unternehmen Mitte à Bâle ou Le Royal à Tavannes (BE). Ce travail a permis de définir l’identité du futur bâtiment: un lieu intergénérationnel, de rencontre, d’échanges; «un lieu vivant, ouvert à tous, qui peut être investi par les habitants», d’après Elisabeth Micheli, l’ancienne présidente de l’association Un Manège pour tous4. Créée en 2008, l’association5 dépose une première proposition de programme au Canton de Genève, alors propriétaire du bâtiment, et devient par la suite l’interlocuteur unique auprès de différentes institutions publiques capables de transmettre les valeurs communes du projet au-delà des intérêts particuliers de chaque entité. Dès lors, un nouveau processus de dialogue entre l’association, le Canton et la Ville de Genève6 (qui deviendra par la suite propriétaire du bâtiment) est développé afin d’optimiser les besoins des différentes associations à intégrer dans le bâtiment, clarifier les espaces qui pourraient être mutualisés entre les différents usagers et aboutir à la définition du programme du concours, qui sera lancé par la Ville en 2014.

Piloté par la Ville de Genève, le processus de dialogue inclut d’abord les usagers, puis les architectes, dont les maquettes ont fourni un support privilégié à la discussion. Cette phase de ­dialogue a été qualifiée par toutes les parties comme un élément enrichissant et nécessaire, qui a demandé du temps et une forte implication, et a abouti à un projet d’une grande qualité architecturale, capable de devenir un élément fédérateur du quartier. Outre les questions d’ordre patrimonial, le principal enjeu du projet était de définir un bâtiment avec une identité rassembleuse, capable de répondre en même temps aux besoins spécifiques de chaque entité. Le projet du bureau Estar, lauréat du concours, révèle d’une part le dialogue sensible entre les différentes réalités constructives du bâtiment et propose d’autre part une réponse architecturale à l’identité, à la fois unitaire et multiple, de ce nouveau lieu civique.

Stratégies de transformation

Le projet repose sur un principe: reconnaître la valeur de l’hétérogénéité des structures précédentes – «la dichotomie entre la construction en maçonnerie du 19e et celle en béton du 20e, leurs coexistences et leurs juxtapositions peu orthodoxes, dans un esprit de continuité des transformations et non pas vers un retour à un état primaire».7 Il vise à explorer leur potentiel pour révéler et créer des nouveaux espaces à partir de l’existant. D’une part, le projet vise à clarifier la volumétrie du bâtiment d’origine. Il met en valeur ses éléments patrimoniaux, en récupérant d’un côté la «symétrie typologique, pas uniquement formelle» par la démolition de la surélévation vers la rue St-Léger, en restaurant la charpente et la toiture, et en réinterprétant certains éléments de façade en lien avec la nouvelle fonction du bâtiment. D’autre part, le projet propose d’exploiter la structure des années 1950, qui n’était pas protégée, mettant en valeur ses qualités constructives, expressives et spatiales. Il s’agit d’une structure lourde «mais exécutée de manière réversible», autorisant une «démolition sélective» (la partie centrale de la dalle du deuxième étage et les rampes) sans entraver la structure du 19e. Ainsi, l’espace central a pu être récupéré, la lumière et la relation visuelle avec la ville ramenés à l’intérieur du bâtiment.

La construction d’un lieu commun

Le projet définit un lieu public à l’intérieur du bâtiment par l’articulation d’une série d’espaces communs mutualisés entre les différentes entités et ouverts vers la ville. Leur caractère est issu de la réinterprétation des espaces existants et du dialogue avec des nouveaux éléments structurels et de mobilier qui permettent de les transformer et d’activer différentes formes d’utilisation.

L’entrée commune, située dans l’une des anciennes tours, est un espace en double hauteur semi-extérieur. Il est défini par un dialogue entre les murs en maçonnerie, l’expression de la dalle en béton, les éléments de mobilier en bois et le pavage de l’espace public, qui pénètre dans le bâtiment. Libéré de son ancienne fonction d’accès, l’espace semi-circulaire de l’abside est reconverti en espace commun intérieur, un lieu d’accueil et de rencontre reliant les différentes entités et établissant un lien visuel avec l’étage supérieur. Une grande cloison mobile permet de gérer l’appropriation temporaire de cet espace partagé. Son caractère est défini par la mise en valeur de la dalle en béton ainsi que par les grandes fenêtres, réinterprétations des grandes portes de l’ancien manège. Elles reposent sur un socle qui sert de banc public à l’intérieur.

L’espace commun principal, situé au premier étage, réinterprète la spatialité de l’arène originale. En s’appuyant sur la dalle béton existante, la relation avec les ouvertures hautes est modifiée et la présence de la ville à l’intérieur renforcée, avec des vues cadrées sur les façades avoisinantes. L’espace est comme une place publique au cœur du bâtiment, accueillant des activités diverses tout au long de la journée. Il est relié à l’extérieur par une terrasse créée sur le nouveau toit du volume sur la rue Saint-Léger. Au centre, une structure mobile, faite de voiles textiles suspendus à un cadre horizontal, permet de définir un volume éphémère, dotant l’espace d’une marge d’interprétation dans son usage, voire d’une utilisation flexible. Ces espaces communs relient les espaces des différentes entités. Ceux-ci sont dotés d’un caractère propre, défini par la relation entre l’existant et les nouvelles interventions en bois: le nouveau plafond qui redessine la spatialité et la luminosité de la crèche dans le bas-côté donnant sur la rue Saint-Léger, le système de mezzanines dans le double espace de la ludothèque dialoguant avec la structure originale du second bas-côté, ou la salle pour la maison de quartier, dans l’étage de l’abside.

Le troisième chapitre de l’histoire du manège raconte une intervention sensible, capable d’établir une cohérence et une identité commune à partir d’une hétérogénéité originelle, tant matérielle que programmatique. Le projet exprime ainsi la «mémoire constructive» du lieu. Dans le contexte d’un projet de transformation, ce bâtiment soulève la question du «difficult whole»8, discutée par Robert Venturi, soit la capacité d’un bâtiment à «réaliser une unité difficile par l’inclusion plutôt qu’une unité facile par l’exclusion». C’est précisément cette approche inclusive du passé et du présent, ce dialogue entre différentes réalités, tant matérielles qu’humaines, ces possibilités d’appropriation du commun, qui construisent la notion d’ensemble dans un bâtiment «où il y a du possible», comme le résume Elisabeth Micheli. Aux habitants maintenant de l’interpréter.

Notes

 

1. Conférence du bureau Estar lauréat du concours, dans le cadre du cours «Stratégies de transformation» (Joint Master of Architecture, HEIA-FR, enseignante: Isabel Concheiro, mai 2020).

 

2. Informations sur l’histoire du bâtiment livrées par David Ripoll, adjoint scientifique, Département de l’aménagement, des constructions et de la mobilité, Ville de Genève, lors d’une intervention dans le cadre du cours «Stratégies de transformation» (Joint Master of Architecture, HEIA-FR, enseignante: Isabel Concheiro, mai 2020).

 

3. Entretien avec Philippe Meylan, directeur du patrimoine bâti, Département des constructions et de l’aménagement, Ville de Genève, septembre 2021.

 

4. Entretien avec Elisabeth Micheli, ancienne présidente de l’association Un Manège pour tous, Genève, octobre, 2021.

 

5. Un Manège pour tous (MPT) réunit la Maison de quartier Chausse-Coq, un espace de vie enfantine, une ludothèque, un restaurant scolaire, l’association des habitants du Centre et de la Vieille Ville, et l’association des parents d’élèves du centre-ville.

 

6. Le projet a été suivi par le Département de l’aménagement, des constructions et la mobilité, et celui de la cohésion sociale de la Ville de Genève.

 

7. Conférence Estar, op. cit.

 

8. «[…] to achieve the difficult unity through inclusion rather than the easy unity through exclusion». Robert Venturi, «The Obligation Toward the Difficult Whole», in Complexity and Contradiction in architecture, The Museum of Modern Art Papers on Architecture, [1966] 1977, pp. 88-105

Réhabilitation et transformation de l’Ancien Manège en équipement public, Genève

 

Maître d’ouvrage: Ville de Genève

 

Architecture et DT: Estar

 

Procédure: Concours SIA 142 ouvert, 2014

 

Ingénieurs civils: ESM

 

Physique du bâtiment: Estia

 

Ingénieur en chauffage-ventilation: Eco-Building concept

 

Relevés: Archéotec

 

Expert crépis-maçonnerie: Roger Simond

 

Acoustique: AAB – J. Stryjensky & H. Monti

 

Surface utile: 1689 m2

 

Coût: CHF 16 mio (total des crédits votés)

 

Prix/m2: CHF 6155.–

 

Projet: 2015-2019

 

Réalisation: 2019-2021