Un ou­vra­ge en bois pour fa­vo­ri­ser la mi­gra­tion des grands mam­mi­fè­res

En Argovie, le réseau de corridors faunistiques nationaux va être doté d’un nouvel élément. Le passage à faune franchissant l’A1 est la première construction en bois de ce genre de toute la Suisse. Le pont doit prochainement faciliter les migrations d’animaux entre les Préalpes et la Forêt-Noire.

Data di pubblicazione
27-05-2021

Dans le domaine forestier argovien de Rohr-Rupperswil, la ligne CFF Aarau-Brougg, la route nationale N1R, la route cantonale Suhr-Hunzenschwil et l’autoroute A1 traversent un corridor faunistique d’importance nationale. Afin de permettre une meilleure utilisation de ce corridor, l’Office fédéral des routes (OFROU) a fait construire un passage à faune au-dessus de l’A1, entre Suhr et Gränichen.

Les travaux pour réaliser le premier pont vert du pays doté d’une superstructure en bois ont débuté en février 2020. L’OFROU était tout d’abord sceptique vis-à-vis d’une construction dans ce matériau. S’il a fallu élaborer parallèlement une variante en béton armé, c’est finalement l’ouvrage porteur en bois qui s’est imposé. Les concepteurs ont pu prouver que le passage à faune pouvait être réalisé sans problème à l’aide d’une structure porteuse en bois malgré l’importance des charges de terre.

Les pieux forés des fondations et les murs latéraux et intermédiaires sont quant à eux bel et bien réalisés en béton armé. Les poutres en bois préfabriquées ont ensuite été montées les unes après les autres dans les deux directions au-dessus de la chaussée. La structure à double arc est constituée de bois lamellé-collé imprégné sous pression; sa portée est de 17,4 m. La structure porteuse secondaire a également été réalisée en bois lamellé-collé. Elle est recouverte d’un panneau stratifié collé et étanchéifié sur toute sa surface. Les poutres sont appuyées sur les murs en béton armé au moyen d’articulations en acier. La construction du passage à faune, réalisée de jour, n’a pas nécessité d’interruption du trafic sur l’autoroute à quatre voies grâce à la réduction de leur largeur. La nuit, une voie dans chaque sens a été supprimée en fonction des besoins.

L’ouvrage en bois a été complété par un film de protection contre les racines, du gravier d’infiltration, un tapis de drainage et de la terre pour les plantations. La construction sera recouverte de terre jusqu’à la zone boisée existante et plantée de petites structures et d’arbustes sur toute la largeur. En plus des haies, une protection contre l’éblouissement abritera la faune des émissions des phares.

Toutefois, des efforts supplémentaires sont encore nécessaires pour permettre aux grands animaux sauvages de migrer sans restriction entre les Préalpes et la Forêt-Noire : l’interconnexion des terres cultivées adjacentes en fait partie, tout comme la construction d’une passerelle sur la route nationale N1R, la courte bretelle d’accès autoroutier à quatre voies allant de Hunzenschwil à Aarau.

Daniela Dietsche est rédactrice génie civil et transports chez TEC21.

Cet article a été publié en langue originale allemande dans TEC21 37/2020.

Passage à faune, Rynetel (AG)

 

Dimensions : Portée 2 × 17.4 m / longueur 35,6 m (en travers de la chaussée) / largeur 54 m (le long de la chaussée) / surface du pont 1922 m2

 

Matériaux : épicéa (850 m3, d’origine suisse)

 

Durée des travaux : De février 2020 au printemps 2021

 

Coûts : 13,9 millions de francs

 

Maître d’ouvrage : Office fédéral des routes (OFROU), Filiale infrastructure de Zofingue

 

Étude et conception : Groupement d’ingénieurs WUEF, Bänziger Partner, Baden ; Timbatec Holzbauingenieure, Thoune

 

Travaux : Consortium FERA, Arvia Bau, Würenlingen ; Häring, Eiken