Rè­gles et op­por­tu­ni­tés pour les uni­tés RCP

Pour augmenter la consommation propre, on peut relier plusieurs bâtiments entre eux sur le plan énergétique. Mais quelles sont les mesures nécessaires et quelle est la position des fournisseurs d’énergie si l’électricité -solaire est consommée en priorité par le collectif?

Data di pubblicazione
02-12-2022

Un regroupement de consommation propre (RCP) offre aux ménages et aux immeubles voisins la possibilité d’utiliser en commun l’électricité solaire produite sur place. Depuis 2018, la loi nationale sur l’énergie autorise de tels regroupements énergétiques: plusieurs bâtiments disposant de toits et façades solaires peuvent créer leur propre site RCP.

Barrières réglementaires

Les propriétaires d’un site RCP doivent remplir les conditions minimales suivantes: la puissance de l’installation photovoltaïque installée représente au moins 10% de la puissance pour laquelle ce bien immobilier est raccordé au réseau électrique public. De plus, afin de clarifier la relation entre un site RCP et le gestionnaire du réseau de distribution (GRD) local, un point unique de transfert (compteurs d’injection et de soutirage) peut être installé. Mais il est également prévu que l’infrastructure technique soit mise à niveau localement. Ainsi, les sites RCP doivent mettre en place un réseau de communication et un outil de mesure. Cela implique l’intégration de compteurs numériques et d’une connexion Internet.

Optimiser la consommation propre

Dans un contexte de hausse des prix sur le marché de l’électricité et pour l’utilisation du réseau, les sites RCP deviennent attractifs. Le tarif local général est alors décisif: le prix de l’électricité fixé par le fournisseur d’énergie local détermine le montant maximal que les participants RCP doivent payer pour leur propre électricité solaire. Et le fournisseur d’énergie local fixe également le tarif de rachat pour la livraison du surplus d’électricité RCP dans le réseau public. Les conditions spécifiques à la zone jouent également un rôle important: plus l’énergie est consommée sur place, plus le modèle d’interconnexion est rentable. Une gestion de l’énergie, un stockage sur batterie ainsi que de gros consommateurs tels que des véhicules électriques ou des pompes à chaleur augmentent le taux d’autoconsommation.

Défis pour les fournisseurs

Après un certain scepticisme, les fournisseurs d’énergie régionaux saluent l’augmentation de sites RCP. Toutefois, le secteur est confronté à de nouveaux défis. «Techniquement, chaque RCP est une boîte noire. Pour les exploitants de réseaux de distribution, il est difficile de prévoir la quantité d’électricité du réseau public dont ces sites auront besoin», explique Carsten Schroeder, responsable de la régulation stratégique chez ewz, le fournisseur d’électricité de la ville de Zurich. «Une forte augmentation des sites RCP complique donc l’exploitation sûre du réseau. »

Les RCP peuvent contribuer à désolidariser les consommateurs d’électricité. Selon M. Schroeder, les taxes d’utilisation du réseau sont supprimées pour l’électricité autoconsommée. Cet effet est actuellement marginal, mais la poursuite de la construction – devrait entraîner une baisse significative des refacturations de frais d’infrastructure. «Cela fait grimper les dépenses pour les clients normaux restants». Même les sites avec une forte autoconsommation sont pourtant tributaires de l’électricité du réseau public. C’est pourquoi un nouveau modèle de paiement pour l’électricité provenant du réseau public pourrait bientôt être nécessaire.

Controverse sur l’utilisation du réseau

Une autre question en suspens concerne la règle en vigueur selon laquelle une unité d’auto-consommation ne peut pas utiliser le réseau de distribution local. Pour mettre en place un site RCP reliant plusieurs bâtiments, il faut donc à chaque fois de nouvelles lignes électriques séparées. Des coûts supplémentaires élevés sont prévisibles, surtout pour l’installation dans les bâtiments existants, ce qui rend difficile une exploitation rentable. «D’un point de vue économique, il serait plus judicieux de libérer à l’avenir les réseaux de GRD existants également pour les unités RCP», explique Stephan Krähenbühl, directeur Prosommateurs & Services énergétiques chez Primeo Energie. Les réseaux parallèles, tels qu’ils sont exigés par la réglementation en vigueur, peuvent être évités. «En Autriche, les communautés d’énergie solaire peuvent utiliser le réseau local à condition de payer une redevance réduite.»

Regroupement virtuel

Une étude RCP réalisée en 2019 sur mandat de SuisseEnergie fait référence à une autre possibilité de renoncer à l’installation supplémentaire de réseaux propres et d’autoriser une utilisation du réseau public local : un regroupement virtuel. Dans ce cas, les consommations des membres de la RCP sont comparées en temps réel avec la production photovoltaïque. Seule la partie de la consommation d’électricité externe qui n’aurait pas pu être couverte par la production d’électricité propre est facturée. Une rémunération est demandée pour l’utilisation du réseau. L’infrastructure du réseau reste entre les mains du gestionnaire du réseau public, qui s’occupe de l’exploitation et de l’entretien.

Des offres complètes

Pour les entreprises d’approvisionnement en énergie, les RCP offrent des opportunités: comme alternative au modèle classique d’auto-consommation, ewz présente par exemple un modèle pratique de gestion du réseau au sein de sa propre zone. Les clients actuels qui produisent désormais eux-mêmes de l’électricité solaire peuvent y faire participer d’autres ensembles d’habitation sans créer de RCP. «Nous encourageons les solutions de site avec notre vision 100/100, dans le cadre de laquelle nous voulons exploiter 100 projets immobiliers de manière 100% neutre pour le climat d’ici à 2030», ajoute M. Schroeder.

Primeo Energie accompagne les projets de réseaux de faible envergure, de la planification à l’exploitation en passant par la mise en œuvre. «Nous proposons des concepts -globaux intégrés avec des options supplémentaires comme le photovoltaïque, les batteries et le contracting thermique», explique M. Krähenbühl. Les concepts de mobilité avec bornes de recharge pour véhicules et vélos électriques font partie de l’offre.

Un modèle pour un avenir ­décentralisé

Selon MM. Krähenbühl et Schroeder, les sites RCP deviennent une partie importante de l’approvisionnement public en électri-cité. « Pour les immeubles collectifs, de telles solutions d’autoconsommation contribuent de manière décisive à faire progresser le développement du photovoltaïque», explique M. Schroeder. Mais dans les années à venir, l’accent sera mis sur les immeubles industriels et commerciaux: «Les sites RCP augmentent en premier lieu la rentabilité des installations photovoltaïques mises en place ». M. Krähenbühl est en outre convaincu que les sites RCP peuvent largement contribuer à la stabilité des réseaux locaux grâce à une gestion dynamique de la charge et aux accumulateurs à batterie. Ainsi, les modèles d’autoconsommation permettent de ne pas devoir développer outre mesure l’infrastructure publique de distribution d’électricité – malgré le développement d’une production décentralisée.

Avec le soutien de SuisseEnergie et de Wüest Partner, les numéros spéciaux suivants ont été publiés par espazium - les éditions pour la culture du bâti:

 

1/2018 "Immobilier et énergie: stratégies pour l'immobilier – orientation pour les investisseurs institutionnels".

 

2/2019 "Immobilier et énergie: stratégies de mise en réseau".

 

3/2020 "Immobilier et énergie: stratégies de la transformation".

 

4/2021 "Immobilier et énergie: sur des routes communes avec l'électromobilité".

 

5/2022 "Immobilier et énergie: stratégies d'autoconsommation".

Les articles peuvent être consultés dans notre dossier numérique "Immobilier et énergie".