17 vol­cans: œuvres de Franz Wil­helm Jung­huhn, Ar­min Linke et Bas Prin­cen

Une exposition issue d’un projet de recherche du Future Cities Laboratory, au sein du Singapore ETH Center.

Date de publication
12-10-2016
Revision
19-10-2016

A cheval entre l’exploration volcanique, la photo, l’art et la théorie du paysage, l’exposition 17 volcans qui s’est ouverte au CCA de Montréal s’efforce de cerner l’ambivalence qui caractérise la perception d’un environnement paysager précis : celui des volcans javanais.

Répertoriés entre 1836 et 1848 par l’explorateur germano-néerlandais Franz Wilhelm Junghuhn, ces volcans semblent constituer des objets paysagers extrêmes. Dramatiques au sens où pouvaient l’entendre les romantiques, les volcans se livrent à la contemplation, tout en gardant un potentiel d’annihilation de celui qui les contemple. 

Pour les populations qui vivent à proximité, ils ne sont pas moins incertains : ils offrent des terres riches à cultiver, tout en restant une menace réelle. Ils constituent des repères tout en contribuant à l’extrême instabilité des régions environnantes. Un volcan actif est un territoire en perpétuelle mutation. Au fil des irruptions, des versant disparaissent et les habitants des villes et des villages sont contraints de migrer. L’instabilité topologique fait du volcan un objet permettant de penser la mobilité sur un autre mode que celui auquel nous habituent les flux des déplacements humains. 

En cela, ils permettent de repenser la phénoménologie paysagère à partir d’une structure duale : non plus le sens unique d’une contemplation, c’est-à-dire d’une capture et d’une maîtrise de ce qui n’est pas encore connu, mais le principe d’une contemplation qui est conditionnée en retour par les spécificités intrinsèques du paysage en question. 


Retour du réel 

Toujours dans ce raisonnement, le volcan semble pris dans une « fétichisation » inversée, c’est-à-dire, non plus un processus où le symbolique prend le dessus sur le réel, mais un cas de figure où le réel a toujours le dernier mot puisqu’il revient et efface à chaque fois le champ symbolique qui essaye de l’arrêter. Un volcan, c’est un peu comme si la Jungfrau avait le pouvoir d’effacer la Suisse. 

Bien en deçà de ce scénario apocalyptique, le pouvoir du volcan, plus géologique que culturel, semble être celui d’arrêter la dissolution du paysage dans sa reproductibilité numérique infinie. C’est en tout cas l’approche qui est privilégiée par les deux photographes appelés à contribuer au projet, Armin Linke et Bas Princen. 

Chacun mène un travail documentaire, essayant de faire émerger ces nouveaux concepts à partir de l’extrême instabilité de l’écosystème volcanique. Quelques images triées sur le volet viennent insinuer l’esprit du projet, qui semble vouloir préserver l’ouverture d’une ébauche. 

Veritable work in progress, l’exposition reste en deçà des conclusions qu’elle rend possibles. Elle se contente de poser les pièces d’un travail théorique qui reste à faire. Elle constitue une preuve supplémentaire de l’acuité du département d’architecture zurichois, dans sa façon de se positionner sur la scène critique internationale. 

Nous avons questionné Philip Ursprung, professeur d’histoire de l’art et d’architecture au GTA, qui assure avec Alex Lehnerer, professeur assistant au département d’architecture, le commissariat de l’exposition et la direction du projet de recherche dont elle est issue.


Tracés : En quoi le travail d’un explorateur du 19e siècle peut-il éclairer la compréhension que nous avons aujourd’hui du paysage?
Philip Ursprung : Les explorateurs du 19e siècle nous intéressent, parce qu’ils avaient une perception synthétique qui n’était pas encore sujette à la spécialisation des savoirs qui s’est généralisée progressivement.

Franz Wilhelm Junghuhn, formé comme médecin étudiait les volcans bien avant que la volcanologie existe en tant que discipline. Ce qui nous intéresse dans son approche, c’est moins les connaissances détaillées que sa façon de voir et de lier des observations diverses. Cette approche globale nous aide à percevoir le paysage d’aujourd’hui plus clairement.

Le cas de Java et de ses volcans constitue-t-il un cas extrême de « fétichisation » du paysage? C’est-à-dire un processus où le symbolique prend le dessus sur le territoire?
Les volcans, dès que l’on s’en approche, cessent d’être des symboles ou des fétiches. Ils deviennent des personnalités à part entière avec des qualités très spécifiques. Nous les considérons comme des figures dans le paysage et non plus comme « du paysage ». Ils sont à mi chemin entre le bâtiment et le paysage, comme s’ils se construisaient par eux-mêmes. Avec les volcans, le territoire devient actif et ne reste pas cantonné à son rôle d’arrière-plan passif.

Est-ce un travail qui incite à relire notre propre rapport au paysage sur un mode plus critique?
C’est surtout le rapport à la ville que nous voulons repenser. Notre critique cible la façon dont on regarde et décrit les villes. Elle prend le contre-pied de la dichotomie usuelle ville-paysage. Nous voulons proposer une autre voie, une autre conception, de nouvelles images, pour modifier une discussion sur l’urbain qui nous paraît s’être figée dans des stéréotypes.


Exposition

17 volcans : Œuvres de Franz Wilhelm Junghuhn, Armin Linke et Bas Princen
Jusqu’au 29 janvier 2017 au Centre canadien d’architecture, Montréal

Étiquettes
Magazine