Em­ma­nu­el Reynard: «L’eau de­vi­ent un pro­b­lè­me des ter­ri­toires de mon­ta­gne»

La géographie humaine des territoires de la moyenne montagne en Valais a connu des bouleversements au cours du siècle passé. Comment l’économie de ces territoires évolue-t-elle aujourd’hui face aux défis que pose le réchauffement climatique? Analyse avec le géographe Emmanuel Reynard, dont les travaux portent sur la gestion de l’eau.

Publikationsdatum
13-09-2023

Laurence Crémel et Mathilde de Laage: 1400 m est une altitude où les dynamiques anthropiques et naturelles ont fortement évolué. Jadis les activités se déroulaient à la verticale, au cours des saisons, occupant successivement les étages alpins. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur ce territoire de moyenne montagne?

Emmanuel Reynard: À cette altitude, la géomorphologie est adossée à l’analyse de la géographie humaine. Certaines occupations du sol s’expliquent par des réalités géomorphologiques particulières: sur les pentes escarpées du Val d’Hérens, des villages historiques de l’adret, comme Mase, Suen ou Saint-Martin, sont situés entre 1300 et 1500 m. Cette altitude se définissait à l’aune d’une économie de montagne: elle est à la fois l’étage des mayens et la partie habitée dans plusieurs régions des Alpes valaisannes. La transhumance s’opérait vers des altitudes plus hautes pour rejoindre les alpages pendant les mois d’été et vers la plaine pour l’arboriculture ou la viticulture. Ce système d’occupation verticale élargissait la gamme écologique des produits agricoles.

La moyenne montagne a évolué en devenant l’étage du tourisme hivernal depuis la Seconde Guerre mondiale. 1400 m d’altitude correspond au bas des pistes et à la zone construite de la station, le Haut-Plateau de Crans-Montana par exemple. Ce territoire intermédiaire d’hier est devenu un espace à haute valeur économique. Aujourd’hui délaissés des stratégies de planification, ces paysages interstitiels ont été façonnés par les opportunités économiques.

Quels sont les effets du réchauffement climatique sur ces paysages façonnés par opportunité?

Actuellement, les grandes instabilités sont localisées particulièrement en haute montagne avec la fonte du permafrost et la décompression glaciaire, même si les effets de ces processus peuvent se répercuter dans les zones habitées. Ce sont les deux effets du réchauffement des températures sur la cryosphère. La difficulté avec le climat en moyenne montagne réside dans le renforcement de la variabilité naturelle d’une année sur l’autre. Depuis 40 ans, on assiste à une réduction du manteau neigeux et à une remontée de la limite pluie-neige. Ce ne sont pas seulement les températures qui s’élèvent, mais toute une série de conditions climatiques qui changent, différentes selon le territoire considéré.

L’effet est visible sur l’économie de la neige. Il faut en moyenne 30 cm de neige pour faire du ski et une centaine de jours d’exploitation pour rentabiliser les aménagements. Or, une analyse statistique de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) et de l’Université de Neuchâtel1 a montré qu’en 40 ans la durée de la saison a baissé de près de 40 jours ; cette réduction de la fenêtre d’enneigement questionne la viabilité de certains domaines skiables. Les remontées mécaniques ont une durée de vie d’une trentaine d’années et beaucoup de ces stations, créées dans les années 1960-1970, arrivent au bout de leur ­deuxième cycle d’investissement. Jusqu’à récemment, dans le bilan d’une grande station de ski, on investissait surtout pour la remontée des skieurs ; désormais, les coûts d’exploitation pour la descente – enneigement artificiel et travail des pistes – sont presque équivalents à ceux des remontées mécaniques2.

Quelle réflexion paysagère émerge face à ces nouveaux investissements dans les territoires de moyenne montagne?

En Valais, la Conception Paysage cantonale (CPc-VS) a été adoptée par le Conseil d’État en octobre 2022. Elle est à la base des plans directeurs mais tant que les communes ne se sont pas emparées de ce guide sur le développement des paysages, elle reste encore conceptuelle. L’enjeu pour la CPc-VS sera d’activer l’intercommunalité car le paysage n’a pas de limite politique.

La maintenance d’un domaine skiable représente souvent un coût dommageable pour le paysage, en particulier lors des travaux de traçage des pistes et de captage de la ressource en eau. Au départ, les canons à neige étaient alimentés depuis les sources d’eau vives par des tuyaux flexibles; aujourd’hui, le système fonctionne via des adductions d’eau avec la création de retenues et de conduites souterraines qui ont nécessité des fouilles. Lorsqu’en 2030, les domaines skiables se demanderont si les conditions sont encore bonnes pour amortir un nouvel investissement sur un horizon de 30 ans, il sera difficile de répondre. Et c’est sans compter sur l’arrivée d’un climat plus méditerranéen et de ses répercussions sur la ressource en eau. La tendance va vers un climat beaucoup plus contrasté, avec une saison assez sèche en été et humide et pluvieuse en hiver, qui évolue de manière complexe avec la barrière des Alpes et la remontée de la limite pluie-neige.

Quelles difficultés ces territoires connaissent-ils ou vont-ils connaître dans leur gestion de l’eau?

L’eau est en train de devenir un nouveau problème des territoires de montagne. Les 20 prochaines années verront disparaître progressivement les caractéristiques que l’on connaît pour de nouvelles inconnues. Si l’armée est intervenue par hélicoptère pour l’approvisionnement en eau des alpages de plusieurs cantons, entre 2015 et 2018, cette situation de crise est aujourd’hui structurelle. Le secteur agricole doit s’adapter et sécuriser ses appoints en eau.

Au chapitre des actions innovantes, on peut mentionner les dynamiques en cours sur le coteau de Sierre. S’inspirant en partie des résultats du projet de recherche MontanAqua3, la région a mis sur pied un programme d’investissements sur la gestion intégrée des eaux des deux bassins versants qui l’alimentent, celui de la Lienne avec le barrage de Tseuzier et celui de la Raspille. Le projet Lienne-Raspille4 consiste à stocker une partie des eaux de la Raspille, non exploitée par un aménagement hydroélectrique, à la fonte des neiges, dans le lac du barrage de Tseuzier, puis à l’utiliser à des fins d’approvisionnement en eau potable, d’irrigation et de production énergétique durant le reste de l’année. En complément, de manière courageuse, la commune de Crans-Montana a introduit depuis le 1er juin 2023 un système de régulation de l’arrosage avec des tours d’eau où l’arrosage n’est possible que de 18h à 8h, pour limiter l’évapotranspiration, et organisé selon les quartiers de la commune5. Cette transition vers une gestion de l’eau moins basée sur les infrastructures implique le recours à des mécanismes de gouvernance qui existaient depuis longtemps (les tours d’eau) mais que l’on avait un peu oublié. Travailler avec la demande, l’aspect social du fonctionnement du système, devrait être la première mesure d’adaptation aux changements climatiques.

Peut-on parvenir à une perméabilité systématique entre les infrastructures liées à la gestion de l’eau et envisager une hydro-solidarité?

Cette synergie existe déjà, même si elle est encore rare. L’utilisation multifonctionnelle des infrastructures se développe entre des secteurs qui ne dialoguent pas forcément. À l’été 2022, la station d’Anzère a mis à disposition le réseau de l’enneigement artificiel pour approvisionner en eau des alpages. L’été passé, le lac de Tracouet, sur la commune de Nendaz, site important de reproduction des batraciens, était en train de disparaître en raison de la sécheresse. Il a été alimenté artificiellement à partir des conduites hydro­électriques à proximité pour maintenir sa fonction d’habitat pour la petite faune.

Il y a un potentiel autour des barrages hydroélectriques, notamment dans le cas du retour de concession, mais cela soulève des questions juridiques et d’attribution des allocations financières. D’un côté, il y a une forte pression politique et sociétale afin que le domaine de l’énergie renforce la production d’énergie non carbonée et non nucléaire; dans ce cadre, l’hydroélectricité est amenée à augmenter sa contribution. D’un autre côté, les demandes en eau augmentent et viennent concurrencer l’utilisation de l’eau pour la production d’énergie.

En montagne, l’hydroélectricité est bien souvent le premier usager, et de loin, en termes de quantités d’eau. Par exemple, le barrage de Tseuzier a une capacité de 51 millions de m3 et il est rempli annuellement en moyenne d’une fois et demie sa capacité. À côté de cela, l’eau destinée à l’irrigation et à l’eau potable dans la région compte pour environ 10 millions de m3. Quant à l’enneigement artificiel d’une grande station comme Crans-Montana, ce sont environ 500 000 m3 durant les hivers pauvres en neige. Le golf, utilise environ 80 000 m3 par an. La tension est assez forte autour de la gestion de l’eau mais, on le voit, les usages qui font souvent polémique (enneigement artificiel, irrigation des golfs) ne sont pas les plus gourmands en eau. Par contre, l’accumulation des besoins à des moments précis (en février et au cœur de l’été) nécessite d’améliorer le système de stockage et la gouvernance, en réfléchissant à l’échelle du bassin versant. Cette hydro-solidarité doit être pensée au fil de l’eau pour impulser un cercle vertueux entre les utilisations en amont et les répercussions en aval des territoires de montagne.

Emmanuel Reynard est professeur ordinaire de géographie physique à l’Université de Lausanne et dirige le Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM).

Notes

 

1 Geoffrey Klein, Yann Vitasse, Christian Rixen, Christoph Marty, Martine Rebetez, «Shorter snow cover duration since 1970 in the Swiss Alps due to earlier snowmelt more than to later snow onset». Climatic Change 139, 637–649 (2016). doi.org/10.1007/s10584-016-1806-y

 

2 Remontées mécaniques suisses (2022). Faits et chiffres de la branche des remontées mécaniques suisses. Berne, Remontées mécaniques suisses, pp. 12-13. seilbahnen.org/fr/La-branche/Statistiques/Faits-chiffres et le rapport pour le programme Hydro-CH2018: Emmanuel Reynard, Martin Calianno, Marianne Milano (2021). Eau et tourisme. Lausanne, Université de Lausanne. Sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement OFEV. Berne, Suisse, 25 p.

 

3 MontanAqua. Anticiper le stress hydrique dans les Alpes – Scénarios de gestion de l’eau dans la région de Crans-Montana-Sierre (Valais), étude réalisée par les Universités de Berne, Lausanne et Fribourg sous la direction du Pr Rolf Weingartner (UNIBE) entre 2010 et 2014.

 

4 Production d’énergie hydroélectrique Rapport explicatif – Projet Lienne-Raspille, état au 05.07.2021. Disponible à la consultation sur vs.ch.

 

5 Voir par exemple le document «Planification pour l’arrosage – Jours et horaires du 1er juin au 31 décembre» de la Commune de Crans Montana, disponible sur commune-cransmontana.ch/services-municipaux