La fron­tiè­re est un ter­ri­toi­re

TRACÉS 2020 11

CHF 22.00
Print Date
02-09-2020

«Quelles sont les dimensions spatiales et physiques d’une frontière?». Cette question introduit le thème sélectionné par la Suisse pour la Biennale d’architecture de Venise. L’ouverture étant reportée à mai 2021, la rédaction de Tracés se propose d’anticiper une réflexion autour de ce thème.

Articles principaux

Point à la ligne. Nouveau chapitre, éditorial de Marc Frochaux

La frontière est un territoire, Mathilde de Laage
Présentation du dossier

La frontière de personne: le pavillon de la Suisse à la Biennale de Venise, Mathilde de Laage
L’équipe lauréate de la contribution suisse à la Biennale ­d’­architecture de Venise 2020 (désormais 2021), composée de Vanessa Lacaille et Mounir Ayoub du Laboratoire ­d’­architecture, du cinéaste Fabrice Aragno et de l’artiste sculpteur Pierre Szczepski, a réalisé une tournée entre mai 2019 et janvier 2020 dans les marges du territoire suisse à la découverte de «l’épaisseur de la frontière». TRACÉS a rencontré les commissaires du Pavillon suisse pour discuter de leur démarche et entendre leur retour d’expérience.

«Ce n’est plus la démarcation sur le terrain qui fait juridiquement foi, mais ses coordonnées», Vanessa Lacaille et Mounir Ayoub
Dans son investigation du phénomène spatial de la frontière, l’équipe du Pavillon suisse de la Biennale d’architecture a mobilisé plusieurs experts, dont Alain Wicht, préposé à la frontière nationale auprès de l’Office fédéral de topographie swisstopo.

«Plutôt que la frontière, c’est la rupture de charge qui fait la Suisse», Vanessa Lacaille et Mounir Ayoub
Ingénieur, agronome et directeur de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, Matthieu Calame s’entretient avec l’équipe du pavillon suisse de la Biennale d’architecture sur les régimes de frontière en Europe et leurs incidences sur notre lecture du territoire.

Grand Genève, Bâle trinationale: deux visions, deux cultures, Stéphanie Sonnette et photographies de Nicolas Righetti et Roland Schmid
Depuis plus de 30 ans, les territoires genevois et bâlois tentent d’organiser leur développement en dépassant les frontières. À ­travers les discours et les outils qu’ils déploient, on voit se dessiner deux cultures de la planification, deux manières de «faire agglomération» ensemble, entre voisins européens.

Les frontières du paysage. entretien avec Günther Vogt, Marc Frochaux et Mathilde de Laage
Pour discuter paysage et frontière, TRACÉS est allé à la ­rencontre de l’architecte du paysage Günther Vogt. Son ouvrage Mutation and Morphosis, paru en 2019, présente un impressionnant mélange de projets et de recherches émanant de sa pratique et de son enseignement à l’EPFZ. Ensemble, ces références dessinent les contours d’une discipline critique qui transcende les échelles et les distinctions communes entre nature et culture. Pour Günther Vogt, le paysage est dynamique, toujours mouvant, il révèle des réalités qui contestent naturellement les frontières dont nous avons l’habitude de discuter.