Se his­ser à l’ho­ri­zon­tale

Nouveau funiculaire du Stoos SZ

Avec une pente atteignant 110 %, le nouveau funiculaire du Stoos est le plus raide au monde. Grâce à lui, jusqu’à 136 personnes peuvent, à la montée comme à la descente, franchir en à peine cinq minutes les 743 m de dénivelé entre Schwyz-Schlattli et la station d’altitude du Stoos.

Alors que l’ancien funiculaire avait, pendant ses 84 années de service, grimpé jusqu’au Stoos en décrivant une courbe, le nouveau s’élève tout droit, selon la ligne de plus forte pente. En dépit de l’escarpement, cela présente des avantages substantiels. Le nouveau tracé expose moins les cabines aux risques de chute et aux dommages en cas de tempête. La rénovation de l’ancienne voie aurait par ailleurs entraîné un arrêt de deux ans, sans aucune amélioration de la liaison, pourtant essentielle, avec le Stoos. Le projet qui, contrairement à l’ancien funiculaire, aboutit au beau milieu du village, n’a donc eu aucune peine à être voté par onze fois. Au total, 14 années se seront écoulées entre le début des études et l’inauguration.

Des ouvrages d’art et des tunnels pour filer droit

Ce tracé de l’extrême a nécessité la construction de deux ouvrages d’art métalliques et de trois tunnels. Tout juste après avoir quitté la station inférieure, les cinq cabines cylindriques franchissent le lac du barrage de Selgis par un pont à béquilles. D’une longueur totale de 92m, il franchit la retenue de la Muota sur 42m. Réalisé en profilés composés soudés, galvanisés, l’ouvrage présente un profil en long concave qui se raccorde à une pente à 32°. Déjà à ce niveau, et jusqu’à la tête du tunnel de Zingelifluh, la forte pente a contraint à réaliser les terrassements à l’abri d’ouvrages de protection.

La partie la plus escarpée du tracé –avec un angle de près de 48° par rapport à l’horizontale– se situe entre la tête nord de ce tunnel et l’entrée du tunnel de l’Ober Zingeli. Les travaux dans la pente ont été difficiles à réaliser en raison de la nécessité de s’encorder. En l’absence d’accès spécifique, tout le matériel était acheminé par un funiculaire de chantier.

L’emplacement pour le croisement des deux véhicules se situe avant le tunnel de Stoosfluh. Un évitement Abt guide les véhicules automatiquement sur la bonne voie, sans aiguille mobile. Ceci est rendu possible par la configuration des roues: les roues côté extérieur sont à double boudin pour le guidage, tandis que les roues côté intérieur en sont dépourvues, l’absence de guidage latéral leur permettant de franchir le croisement de rails.

Passagers d’aplomb: la solution horizontale

Le funiculaire franchit un creux du terrain en passant sur un ouvrage métallique de 146m avant d’atteindre la station sommitale après un parcours de 1758 m. Au niveau des stations, les cabines sont alignées à l’horizontale. Ceci en facilite l’accès et simplifie les transports de matériel. Tout au long de leur parcours, quel que soit leur sens de circulation, les cabines de passagers et la plate-forme de transport de marchandises, en tête, restent horizontales grâce à un système automatique de correction d’inclinaison qui les fait pivoter autour d’un axe horizontal en fonction de la pente. Une première qui tient de la performance et qui garantit un voyage en tout confort.

Une version plus détaillée de cet article est parue précédemment dans la publication «L’art des ingénieurs suisses 2017/2018» (voir ci-dessous).

Données du projet


Maître d’ouvrage
Standseilbahn Schwyz–Stoos, Stoos


Génie civil
Slongo Röthlin Partner, Stans (Trassee)
CES Bauingenieur, Seewen-Schwyz (Stationen)
Amberg Engineering, Regensdorf (Tunnel)


Architecture
BSS Architekten, Schwyz


Construction du funiculaire
Garaventa, Goldau


Réalisation de la construction en acier
Wetter Stahlbau


Géologie
Geotest, Horw


Suivi environnemental de la phase de réalisation
CSD Ingenieure, Zürich


Coût
Ca. 52 Mio. Fr.


Durée des travaux
Juli 2013–Dezember 2017


Fin des travaux
Dezember 2017

Informations concernant la publication


Schweizer Ingenieurbaukunst – L’art des ingénieurs suisses – Opere di ingegneria svizzera – 2017/2018
Clementine Hegner-van Rooden et al.
Espazium – Der Verlag für Baukultur, Zürich 2018, 128 pages, 21 × 29.7 cm. Couverture souple.
En trois langues: français, allemand, italien, nombreux plans et illustrations en couleurs,
ISBN: 978-3-9523583-8-2, 49.– Fr.;
disponible en librairie ou par e-mail à buch@espazium.ch
 

Commander l'ouvrage en ligne sur espazium.ch.
 

Pour des informations supplémentaires sur l'ouvrage, cliquez ici.

Sur ce sujet