La poé­tique du quo­ti­dien

Avec ses teintes vert et argent, l’ensemble de logements Westhof (ou « Bello ») s’intègre entre les habitations, les commerces et les voies ferrées qui caractérisent l’urbanité hétérogène de Dübendorf (ZH). Conen Sigl Architekt:innen créent ici une communauté nouvelle tout en évoquant ce qui a disparu.

Date de publication
18-01-2024

C’est là, sur le toit du bâtiment, qu’aurait dû se trouver l’enseigne de trois mètres de haut. Dans le train filant vers Winterthour, le voyageur aurait levé les yeux de son écran, attiré par cette mystérieuse inscription: «Bello». Un compliment, le nom d’un chien? Plusieurs interprétations sont possibles. Mais les oppositions du voisinage ont finalement eu raison de l’emblème prévu, qui n’existe plus que dans l’imagination du duo d’architectes Maria Conen et Raoul Sigl – et comme phénomène de la critique architecturale: l’image du projet Westhof, alias «Bello», a en effet donné lieu à de longues chroniques sur le triomphe du néo-postmodernisme. Maria Conen, professeure ordinaire à l’ETH Zurich depuis 2022, est lasse d’en parler.

Des souvenirs en couleur

Le panneau aurait dû incarner la mutation progressive du site Hochbord de Dübendorf en quartier résidentiel. Le terrain du Westhof accueillait autrefois la pépinière Kohler. En collaboration avec la coopérative zurichoise Wogeno, la famille Kohler a mené de 2016 à 2017 des mandats d’étude parallèles, remportés par Conen Sigl Architekt :innen en collaboration avec Kuhn Landschaftsarchitekten. C’est ici, sur la Zukunftstrasse, que se concrétisent les visions du programme du concours: dans le rapport du jury, le projet était loué pour son «ambiance poétique d’une insouciante fraîcheur», parce qu’il préservait la mémoire du lieu. Il réinterprète en effet l’atmosphère caractéristique des serres et des simples hangars en tôle: les façades sont constituées de grandes plaques ondulées et robustes en fibrociment, dont les tons verts argentés rappellent ceux de la pépinière et des hangars industriels.

L’approche évoque celle de l’architecte américain Robert Venturi qui, en 1967, décida de repeindre en gris-vert la maison de sa mère – la «Vanna Venturi House» – pour qu’elle se fonde dans les arbres et arbustes environnants. Une petite pique à Marcel Breuer, qui avait déclaré que «la couleur de la nature» ne convenait pas aux maisons. Venturi était d’un autre avis1, et l’architecture contemporaine semble lui avoir donné raison, puisque la couleur y est largement utilisée, du vert James Stirling au vert pistache, en passant par le vert sauge.

Chien ou dragon

L’intérêt pour le contexte et la mémoire, le soin apporté à la conception de la façade ainsi que l’utilisation de références peuvent être considérés comme autant de leçons à tirer du postmodernisme. Les architectes de Conen Sigl voulaient ajouter au lieu quelque chose qui ait sa propre force, afin de renforcer l’identité existante. En ce sens, la forme de leur bâtiment pourrait évoquer celle d’un chien. Ou d’un sympathique dragon, comme Fuchur, le dragon volant porte-bonheur, échappé de L’histoire sans fin (Michael Ende, 1979), avec ses écailles argentées. Aux deux angles les plus élevés, la tête s’incline vers l’arrière et se tourne vers l’extérieur, en direction du voisinage et de la voie ferrée. La créature est lovée autour de la cour : son corps est un bâtiment de trois étages; son long cou écaillé culmine à neuf. Même sans l’enseigne qui aurait dû la couronner, la figure est dotée d’une forte présence, celle d’un dragon au repos qui veille à la périphérie de la ville.

Dans la cour, une cage d’escalier ouverte mène à une terrasse semi-publique avec vue sur les voies ferrées, les traînées blanches des avions qui atterrissent et décollent de Kloten et les silhouettes des tours derrière le remblai ferroviaire. On retrouve sur la terrasse une oasis typique des logements coopératifs : plantes grimpantes, fleurs de prairie dans des caisses-palettes CFF, guirlandes de fanions. Les tomates mûrissent sous le soleil d’automne, les chaises et les tonneaux colorés contrastent avec les constructions métalliques et la terrasse est couronnée d’une pergola, dont l’expression sculpturale en acier galvanisé à chaud rappelle les anciennes serres ou un lotissement de maisons mitoyennes. La structure se termine au faîte, comme autant d’oreilles de chat pointues – évocation de la tour Kreuzberg de Berlin, réalisée par l’architecte américain John Hejduk en 1988. Mais outre la figuration et l’analogie, la structure utilisée assume également une fonction pratique: l’extérieur de la pergola est équipé d’un vitrage insonorisant qui protège des nuisances du trafic ferroviaire.

La terrasse fait partie d’un parcours qui longe la cour intérieure, traverse des ponts aux structures d’aspect industriel, donne sur un passage le long de la partie haute et revient à la cage d’escalier. Toute la cour est accessible: l’idée de communauté et de générosité confère une plus grande importance au bâtiment. Au-delà de la conception purement formelle, des thèmes tels que la coexistence sociale et la biodiversité sont intégrés au projet. On retrouve sur la terrasse une série de cheminées qui abritent les nids d’oiseaux migrateurs et, sur la partie haute du bâtiment, des sites de nidification pour les cigognes et les chauves-souris. Ainsi, le bâtiment n’est pas seulement lisible en tant qu’animal: il est également habité par des êtres non humains.

Entre monumentalité et monotonie

Les matériaux de la cour intérieure sont robustes, mais expressifs et utilisés avec soin. Les numéros de rue surdimensionnés du bureau graphique Martin Stoecklin et Melina Wilson rappellent les supergraphies de la «Lieb House» (1967) du bureau Venturi and Rauch2, et contribuent, avec l’acier galvanisé à chaud et les supports inclinés, à l’esthétique du panneau d’affichage géant. Les détails iconiques évoquent une maquette en carton à grande échelle, dont le papier ondulé se déploierait en auvents surplombant les entrées.

Au-dessus de l’espace intime de la cour s’élève l’imposante tour d’habitation. Vu d’en haut, le panorama se déploie sur la vallée de la Glatt et la chaîne des Alpes. Dans la cour intérieure, l’échelle est réduite par la répartition fine des balcons. La façade tournée vers le Lycée français se caractérise par une apparence plus monotone. Les derniers étages sont monochromes et réunis en un seul volume. À chaque angle, un petit balcon donne le ton, relié par une corniche à la tour et au socle – comme un volant sur une robe. En dessous, les étages sont divisés en bandes vertes et argentées, dont le léger décalage des fenêtres n’est qu’en apparence dû au hasard. La façade dans son ensemble oscille entre maison d’habitation, bâtiment de production et bureaux, ce qui devrait permettre une réaffectation ultérieure.

Le travail intensif des architectes en maquette tout comme leur volonté de réaliser une création iconique sont récompensés par une composition formelle puissante, à défaut d’être colorée. Contrairement à la façade, l’intérieur est plus audacieux en termes de couleurs: des primaires dans la cuisine, un outremer lumineux dans les escaliers et des accents jaunes dans les passages.

Un projet au-delà de la fonction

Parfois plus, parfois moins «en vogue», les accents de couleur ont connu un regain d’intérêt pendant la période postmoderne grâce à des architectes comme l’Américain Charles Moore et le Britannique James Stirling. La couleur leur servait à mettre en valeur des éléments de construction et à souligner leur fonction symbolique. Marqués dans leurs études par les bâtiments abstraits et monolithiques des années 1990, Maria Conen et Raoul Sigl ont découvert le plaisir de la couleur comme moyen efficace de créer une ambiance et une identité; comme une manière de concevoir au-delà de la fonction. La ville a pris une nouvelle signification et est devenue aussi importante que le plan de l’appartement. Il et elle ont reconnu la façade comme une interface entre le monde intérieur et le monde extérieur, qui détermine l’ambiance de l’espace de la rue.

Le quartier hétérogène de Hochbord Dübendorf, caractérisé par des constructions à grande échelle, se redéfinit et se réinvente. Le nouveau bâtiment Westhof de Conen Sigl Architekt:innen, finement équilibré, contribue fortement à cette évolution. Ses couleurs discrètes sont certes courantes, mais sa silhouette marquée, ses espaces extérieurs polyvalents et sa façade soigneusement conçue lui confèrent un visage unique. Si l’on se retourne une dernière fois vers la gare, le sympathique animal nous adresse un clin d’œil – une silhouette à la tête et aux oreilles inclinées, en lieu et place de l’enseigne jamais construite. Mais peut-être sera-t-elle là un jour, comme un phare dans l’agglomération, un emblème au bout de la ville. Car tout le monde parle encore de «Bello».

Cet article est paru dans sa version originale dans TEC21 37/2023. Traduction Tracés

Westhof, ensemble de logement à Dübendorf (ZH)

 

Maîtrise d’ouvrage
Palmahus, Dübendorf; Wogeno, Zurich

 

Représentant du maître d’ouvrage 
Topik Partner, Zurich

 

Architecture
Conen Sigl Architekt:innen, Zurich

 

Architecture du paysage
Kuhn Landschaftsarchitekten, Zurich

 

Direction des travaux
WT Partner, Zurich

 

Conception structure porteuse
Seforb, Zurich

 

Conception façade
Salm Fassadenbau, Schinznach

 

Planification électrique
Hefti. Hess. Martignoni, Zurich

 

Planification CVC
Balzer Ingenieure, Winterthour

 

Physique du bâtiment et protection incendie
Mühlebach Partner, Winterthour

 

Durabilité
3-Plan Haustechnik, Winterthour

 

Graphisme
Martin Stoecklin & Melina Wilson, Zurich

 

Volume
46 006 m3

 

Coûts de construction CFC2
39.6 mio CHF

Notes

 

1 Frederic Schwartz, dans son livre Mutters Haus: Die Entstehung von Vanna Venturi Haus in Chestnut Hill (Wiese, 1992), fait référence à l’anecdote tirée des notes de cours de Venturi.

 

2 Plus tard, Venturi, Scott Brown and Associates. Denise Scott Brown est entrée officiellement dans la société Venturi and Rauch en 1967 mais avait déjà participé auparavant à des projets tels que la «Vanna Venturi House» et la «Lieb House».Voir Frida Grahn, Denise Scott Brown In Other Eyes: Portraits of an Architect, Bâle, Birkhäuser, 2022