Bâ­ti­ment et éner­gie: des liens étroits

Paru dans le Hors-série n°2: Immobilier et énergie

Le développement de zones résidentielles s’accompagne souvent de la recherche de sources d’énergies renouvelables. Les investisseurs privés coopèrent de plus en plus étroitement avec les pouvoirs publics pour élaborer à cette occasion un réseau d’approvisionnement décentralisé.

Date de publication
14-06-2019
Paul Knüsel
Rédacteur en chef adjoint TEC21 / environnement et énergie

Quels enseignements tirer des méga-cités? Des villes comme Hong Kong, Singapour ou Tokyo constituent pour le Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP) de bons exemples de développement urbain durable. Avec ses 38 millions d’habitants, la capitale japonaise est l’agglomération la plus dense au monde; la recette suivante est appliquée pour assurer la décarbonisation: des réseaux énergétiques favorables au climat et décentralisés parcourent la vaste zone urbanisée. Les investisseurs doivent combiner la construction d’importantes zones résidentielles et la création d’une infrastructure d’approvisionnement propre en favorisant nettement l’énergie issue de sources faibles en émissions. Même une métropole aussi dense en dispose suffisamment: le chauffage et le rafraîchissement de ces nouvelles zones résidentielles peuvent ainsi être assurés par la chaleur résiduelle de bâtiments industriels et de bureaux, mais aussi d’installations d'incinération des déchets ou de tunnels ferroviaires. Tokyo exploite aujourd’hui aussi la chaleur résiduelle de l’eau souterraine ou de nombreux cours d’eau.

Planification énergétique spatiale

Les agglomérations suisses sont certes moins peuplées que les métropoles asiatiques, mais leur organisation interne présente une surprenante similitude: de plus en plus de quartiers s’approvisionnent largement à l’échelle locale en chaleur et en électricité. Là aussi, le développement résidentiel durable et l’approvisionnement énergétique favorable au climat vont souvent main dans la main. Il est frappant de constater que de tels réseaux s’associent sur les plans aussi bien physique qu’organisationnel. Pour de nombreux sites, la densification ou la reconversion est guidée par une règle: les développeurs, entreprises énergétiques et autorités collaborent toujours plus étroitement autour du futur approvisionnement du site.

La création d’une infrastructure énergétique décentralisée nécessite par contre des sources d’énergie écologiques disponibles à l’échelle locale. Comme le démontrent actuellement des villes et des agglomérations entre l’arc lémanique et la Suisse orientale, en passant par les Préalpes, de telles sources existent bel et bien. Des lacs et des cours d’eau peuvent à de nombreux endroits servir de fournisseurs d’énergie latente pour le chauffage et le rafraîchissement de quartiers existants ou nouveaux. De tels réseaux de chaleur exploitant l’eau de lacs ont notamment été réalisés à Zoug, à Lucerne ou à Zurich. En l’absence d’accès local à des cours d’eau, le sous-sol, l’eau souterraine ou le bois énergie issu de la forêt représentent des alternatives écologiques pour l’approvisionnement local en chaleur.

Pour aller plus loin encore, des investisseurs et des concepteurs optimisent les potentiels énergétiques sur les zones en développement. Les bâtiments sont utilisés pour le stockage de l’énergie. Les façades solaires peuvent aussi produire de l’énergie.

La tendance vers l’interconnexion énergétique devrait s’accentuer: de nombreuses communes élaborent actuellement une stratégie énergétique favorable au climat. Le résultat, ce sont des plans d’aménagement réglementaires, mais aussi l’obligation faite aux propriétaires privés de se raccorder à des réseaux de chaleur existants ou futurs. Il convient à cet égard de garder à l’esprit qu’un raccordement au réseau devrait idéalement s’accompagner d’une rénovation énergétique des bâtiments. La Ville de Zurich présentera prochainement une autre variante d’aménagement énergétique spatial: elle souhaite introduire dans la zone résidentielle des «zones énergie» soumises à une obligation d’utilisation minimale d’énergies renouvelables. La Suisse est aussi en cours d’apprentissage dans ce domaine. Mais ici, les petits comme les grands révèlent comment fonctionne la protection du climat!

SuisseEnergie pour les communes: planification énergétique spatiale sur www.local-energy.swiss/fr/

Cet article est paru dans la publication Hors-série N°2: Immobilier et énergie. D'autres contributions sur le sujet sont également à lire dans notre dossier en ligne.

Étiquettes

Sur ce sujet