La stra­té­gie du réem­ploi dans le bâ­ti­ment s'­ex­po­se à Lu­ga­no

Pour permettre au secteur de la construction de réduire sa très importante empreinte carbone, les architectes doivent inclure le réemploi des matériaux et le recyclage dans leurs plans de conception. Les recherches et programmes de formation du Laboratoire EAST de l’EPFL, à la pointe dans ce domaine, sont mises à l’honneur à la Biennale d’architecture de Lugano, dès le 1er octobre.

Particulièrement énergivore, le secteur du bâtiment est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète, et donc un important acteur du réchauffement climatique. Il en est aussi l’une des grandes victimes, avec les tempêtes, inondations, vagues de chaleur ou autres catastrophes naturelles potentiellement dévastatrices qui vont s’accentuer dans les décennies à venir. Une réinvention s’impose de toute urgence dans le secteur, et les architectes sont parmi les premiers concernés. Au sein de la faculté ENAC de l’EPFL, plusieurs laboratoires travaillent sur les techniques et méthodes de conception et de fabrication durables qui feront les bâtiments de demain.

Une des solutions les plus novatrices, mises en avant notamment par le Laboratoire d’architecture élémentaire et d’études typologiques (EAST) des professeurs associés Martin et Anja Fröhlich, est le recyclage et le réemploi des matériaux de construction, qui permettent de limiter les dépenses énergétiques et de préserver les ressources. En Suisse, le secteur de la construction est le premier producteur de déchets, avec 84% des 80 à 90 millions de tonnes de déchets rejetés chaque année. Quant à la consommation d’énergie, elle représente une part considérable de l’impact environnemental de la Confédération. 

Changer les mentalités

L’équipe du Laboratoire EAST réfléchit depuis 2016 aux meilleures manières de recycler et réutiliser non seulement les matériaux composant les bâtiments, mais aussi les bâtiments eux-mêmes, par la compréhension de leurs typologies et leur potentiel. La démarche vise à mettre en place une nouvelle «Baukultur» (culture du bâti) en intégrant cette réflexion dans la formation des futurs architectes. Chaque année, des équipes de 30 étudiants ont conçu et construit des pavillons pour explorer le potentiel créatif des matériaux réutilisables. Avec la particularité de proposer deux solutions en utilisant les mêmes éléments constructifs, un de ces pavillons a été installé dans le zoo de Servion, près de Lausanne, pour accueillir les enfants.

«Avec nos étudiants, nous essayons de mettre en place une réflexion durable dans le processus de conception architecturale, à tous les niveaux», explique Martin Fröhlich. «Nous préparons des citoyens qui peuvent changer le monde à l’avenir. Dans cinq, dix ans, ils seront aux commandes, et ces valeurs doivent être introduites dès maintenant dans leur ADN», ajoute Tiago P. Borges, architecte et assistant au Laboratoire.

Le travail du Laboratoire EAST est mis à l’honneur pour la troisième édition de la Biennale d’architecture de Lugano, organisée du 1er au 3 octobre par l’Institut international d’architecture (i2a), qui explore cette année les dimensions du réemploi. Martin Fröhlich participera à la table ronde « le réemploi à l’école », avec les professeurs Martin Boesch, de l’Università della Svizzera italiana (USI) et Jan de Vylder, de l’ETHZ.

«Nous devons intégrer ce débat sur la conception durable à un stade très précoce de l'éducation, dès l’école. Nous arrivons déjà trop tard à l'université, car nous représentons la dernière occasion de rendre nos étudiants attentifs. Ils sont des acteurs et pas l’audience. Ils doivent agir et pas réagir», analyse Martin Fröhlich.

«Quelque chose doit changer»

L’exposition «Rather Than – Sustainable design principles in the work of Studio EAST» présentera également l’histoire des pavillons, en cartographiant la conception et la fabrication de trois d’entre eux. 

«Nous voulons montrer qu'un matériau ne périme pas quand un bâtiment arrive en fin de vie. Pourquoi jeter un élément qui garde encore ses propriétés et peut être utilisé sans consommer plus de ressources? Puisque le bâtiment a une importante empreinte à plusieurs niveaux, produire des déchets et gaspiller est un geste irresponsable. Quelque chose doit changer et cela passe par apprendre à mieux concevoir», abonde Tiago P. Borges, qui organise l’exposition.

Pour les chercheurs du Laboratoire EAST, la plupart des solutions pour rendre les bâtiments plus durables et moins énergivores existent déjà. Il est important de créer les synergies nécessaires entre chaque professionnel, clients, et la société en général, pour ne plus produire en suivant le modèle des générations précédentes.

La troisième édition de la Biennale d’architecture de l’i2a, consacrée au thème du réemploi, se tient du 1er au 3 octobre à Lugano. Trois jours de conférences, expositions, projections de films et balades citadines avec des scientifiques, urbanistes, architectes et paysagistes.

Vernissage de l’exposition «Rather than - principes de conception durable sur le travail d'EAST» le 2 octobre à 18h30.

Informations: www.biennale.i2a.ch

Tags

Verwandte Beiträge