L’Eu­ro­pe nor­ma­li­se l’ap­p­li­ca­ti­on de la mé­tho­de BIM

Normes - Série EN ISO 19650

Jusqu’ici, les normes disponibles pour l’application de la méthode BIM se comptaient sur les doigts d’une main: la série européenne EN ISO 19650 complète désormais le cahier technique SIA 2051 et ses deux documentations complémentaires.

Publikationsdatum
19-11-2019
Manfred Huber
Directeur de l’institut de la construction numérique de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW) et président de la SIA 2051 BIM et de la CH-BK 442
Fritz Häubi
vice-président de la SIA 2051 BIM et membre de la CH-BK 442

Depuis mai 2017, le modèle d’échange de données «IFC – Industry Foundation Classes» fait partie de la collection des normes suisses et, à la fin de la même année, la SIA a publié son cahier technique SIA 2051, suivi de deux documentations complémentaires en 2018.

Le contenu de cette nouvelle série de normes est complet, des concepts fondamentaux à la demande et à la fourniture de données durant tout le cycle de vie d’un ouvrage, jusqu’aux effets de la gestion de l’information sur la sécurité des constructions. Au niveau formel, la série EN ISO 19650 décrit des processus de gestion de l’information. Dans la pratique toutefois, une délimitation claire entre les processus concrets - gestion de projet et processus informatiques - et la gestion de l’information est souvent difficile.

La série EN ISO 19650 émane en partie de standards britanniques régissant les appels d’offres et l’exploitation d’ouvrages en appliquant la méthode BIM. Cette origine britannique a suscité la controverse lors de l’élaboration de la série EN ISO 19650. Cependant, l’engagement de la délégation suisse a insufflé une ouverture à différentes cultures de la construction. En vertu de l’affiliation de l’Association suisse de normalisation (SNV) au Comité européen de normalisation (CEN), les normes européennes deviennent automatiquement partie intégrante de la collection des normes suisses. Cela s’applique aussi à la série EN ISO 19650. D’ici la fin de l’année, la SN EN ISO 19650-1 «Concepts and principles» et la SN EN ISO 19650-2 «Delivery phase of the assets» seront publiées. Trois autres normes les compléteront dans les années à venir.

Contenus des nouvelles normes

La SN EN ISO 19650-1 décrit des principes fondamentaux de la gestion de l’information durant tout le cycle de vie d’un ouvrage. Elle se concentre sur la fourniture de données découlant d’objectifs, respectivement de demandes d’information. En complément, y figurent des explications sur les différents rôles et fonctions des groupes d’intervenants impliqués, ainsi que sur les compétences et les ressources des fournisseurs d’information. Les rôles de demandeur et de fournisseur d’information se démarquent des rôles contractuels de mandant et de mandataire. En pratique cependant, le demandeur d’information se confond souvent avec le premier, et le fournisseur avec le second.

Si la SN EN ISO 19650-1 reste délibérément généraliste, la SN EN ISO 19650-2 est, du point de vue suisse, particulièrement détaillée. Elle articule comment des données doivent être commandées et livrées au cours de différentes phases définies sur la base de maquettes numériques. Malgré la généralisation obtenue lors de son élaboration, on remarque toujours que le contenu repose sur un processus d’appel d’offres calqué sur le modèle de l’entreprise totale.

Appréciation

À l’échelon européen, la série EN ISO 19650 renforce l’intercompréhension pour la méthode BIM.

Outre un traitement approfondi des demandes d’information, la première partie décline d’autres précieuses définitions. Cela concerne notamment les concepts relatifs aux espaces de projet virtuels (CDE), le travail avec des données de statut différent, le traitement de maquettes et de documents à divers états d’avancement (LOIN), ainsi que des questions de qualité de l’information. En principe, les concepts tirés de la SN EN ISO 19650-1 peuvent être adaptés à divers modèles de mise en œuvre.

En raison de ses origines, la SN EN ISO 19650-2 est nettement moins compatible avec la culture d’étude et de construction d’ouvrages suisse. Bien qu’ancrée au cœur de la méthode BIM, la relation de partenariat entre mandant et mandataire qui prévaut en Suisse est à peine prise en compte. Le client commande et le fournisseur livre. Et des tâches très précises sont assignées à chacune des parties. Cela ne concerne pas seulement le mandataire, mais aussi son mandant. Même si la série de normes met l’accent sur la gestion de l’information, celle-ci se recoupe avec la gestion de projet dans la SN EN ISO 19650-2, ce qui brouille la délimitation entre processus informatifs et concrets. Sans adaptation spécifique au projet, cette partie de norme est inapplicable. Ainsi, même si elle a été élaborée par des experts s’appuyant sur l’état actuel de la technique, elle doit d’abord faire ses preuves dans la pratique. C’est pourquoi la préface de la norme précise qu’elle n’est pas encore reconnue comme « best practice » et donc pas davantage comme règle acquise de l’art de bâtir.

Applicabilité en Suisse

La Suisse a été et reste associée à l’élaboration de la série de normes EN ISO 19650. Aussi n’existe-t-il pas de contradictions fondamentales entre les nouvelles normes et le cahier technique SIA 2051 Bases pour l’application de la méthode BIM, qui conserve sa validité pour la Suisse. Pour l’application dans la pratique, la commission suisse d’accompagnement CH-BK 442 BIM conseille de ne pas déclarer les nouvelles normes de la série EN ISO 19650 parties intégrantes du contrat. Dans ces normes, il est maintes fois mentionné qu’elles doivent impérativement être adaptées en fonction des interventions envisagées et non appliquées indistinctement à tout projet de construction. La SIA renonce en outre à une traduction des deux documents dans les langues nationales. Il est en effet apparu que cela ne serait guère concevable sans distorsion de contenu. Dans les langues nationales, la SIA ajoutera aux deux normes une préface, ainsi qu’une annexe essentiellement composée d’un glossaire exhaustif des termes employés. De plus, la commission d’accompagnement a décidé de rédiger une marche à suivre pour l’application des deux normes en allemand et en français. La commission est persuadée que cette option sera plus utile en vue d’une application correcte des normes que leur seule transcription dans les différentes langues nationales.

Prof. Manfred Huber, président de la SIA 2051 BIM et de la CH-BK 442
Prof. Fritz Häubi, vice-président de la SIA 2051 BIM et membre de la CH-BK 442

Verwandte Beiträge