Surface

Travail photographique à fleur d’océan

Si le surf et la photographie naturaliste requièrent tous deux de la patience, que dire de la combinaison des deux activités ? Guetter les conditions de mer favorables, se mettre à l’eau en espérant que la lumière désirée sera au rendez-vous, attendre que se produise l’alchimie.  

Il est en effet ici moins question de sport que d’alchimie. De celle qui, puisant l’énergie de l’océan, en façonne la surface en des structures et des textures aussi éphémères qu’improbables, à chaque fois uniques.

Dans son ouvrage, précisément intitulé SURFACE, le photographe français Ben Thouard, installé à Tahiti, explore la géométrie de cette interface entre l’air et l’eau. Quand il place son objectif juste en dessous, il joue de la transparence de l’eau pour dévoiler le terrestre vu de l’intérieur d’une vague, ou de son opacité pour mettre en évidence l’air qu’elle emprisonne, effervescence de bulles ou vortex précisément ordonnés. 

Du dessus, l’eau apparaît le plus souvent comme un solide plus ou moins translucide aux réflexions complexes. L’absence de repères brouille les échelles, dévoilant un jeu de topographies oscillant entre puissance et sensualité.

C’est en figeant ainsi les trains d’ondes ayant traversé l’océan Pacifique pour venir déferler sur les côtes de la Polynésie française que Ben Thouard exprime au mieux l’énergie contenue dans la houle qui, ralentie par le récif corallien, se comprime et s’élève avant de s’effondrer. Le photographe est parvenu à capter les différentes phases de cette respiration aussi éternelle que l’océan. La pétrifiant dans son instabilité, il lui donne une matérialité à la fois brute et fascinante.

Vidéo sur le Making of du livre

Référence

SURFACE    
Ben Thouard, 2018 / 65.– euros
Commande: www.benthouard.com

 

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive