Vaud de­vra ré­duire sa dé­pen­dance au bé­ton

Mardi 31 août, le Grand conseil a adopté une motion écologiste demandant à favoriser les alternatives au béton dans le bâtiment. Le canton devra désormais inciter à l'utilisation de matériaux de construction à faible impact climatique et environnemental.

Date de publication
02-09-2021

Malgré un titre clivant, la motion «Laisse béton», du député vert Vassilis Venizelos, ne vise pas à interdire l’usage du béton dans la construction. Au contraire, le texte aspire à développer des incitations pour favoriser l’usage de solutions alternatives, à travers l’emploi de matériaux durables et locaux.

Moyennant une modification de la loi sur l'aménagement du territoire et des constructions (LATC), le motionnaire vise à inciter le recours aux matériaux présentant un faible impact climatique et environnemental, tout en anticipant une situation de pénurie de sable et de calcaire. Sont concernés aussi bien les maîtres d’ouvrage publics que les privés.

Parmi les options envisagées, Vassilis Venizelos cite entre autres l’usage du béton allié à des matériaux recyclés ou des techniques permettant de remplacer le ciment par des liants moins impactants pour le climat. Et le député d’ajouter qu’il souhaite à l’avenir «favoriser les stratégies de réemploi, plutôt que de favoriser la déconstruction et la reconstruction systématiques».

Christelle Luisier, conseillère d’État en charge du Département des Institutions et du Territoire (DIT), qui a pragmatiquement remis dans son contexte la portée de ce texte par rapport aux dispositions légales et réglementaires existantes, a évoqué, parmi les incitations possibles, l’octroi de bonus énergétiques ou de subventions aux constructeurs et l’inscription de dispositions allant dans cette perspective dans le règlement des communes. Les député·e·s ont plébiscité la motion à une large majorité. Dès à présent, le Conseil d'État a une année pour présenter son projet de loi ou de décret.

Étiquettes