«L’ar­chi­tec­ture est un fait phy­sique»

Le travail à distance empêche le travail artisanal sur le projet et produit des bâtiments standardisés, soutient Mario Botta. Pour lui, la situation actuelle est «un désastre».

Date de publication
12-05-2020

Espazium: Mario Botta, votre bureau, chargé de mandats en Suisse et à l’étranger, a vu lui aussi ses activités fortement impactées par le Covid-19. Comment faites-vous face à la situation?
Mario Botta: Vous pouvez écrire que Mario Botta a dit que c’était un désastre, parce qu’il travaillait de manière artisanale et que le travail à distance l’a contraint à changer de métier.

Que voulez-vous dire?
Je travaille avec vingt collaborateurs qui s’occupent des aspects de conception. Pour le volet exécution, nous coopérons avec des bureaux à l’étranger. Aujourd’hui, tous mes collaborateurs sont à la maison. Au bureau, j’étais habitué à être derrière eux, je corrigeais chaque trait qu’ils traçaient. Je n’inventais rien et corrigeais en permanence, parce que je n’ai aucune certitude: notre travail consiste à créer quelque chose que nous ne connaissons pas. C’est la raison pour laquelle je ne peux pas ordonner comment faire à distance. Ce serait comme prétendre peindre un tableau en disant à un peintre : «Mets une touche de rouge ici, une touche de bleu là, une touche de jaune, une touche de blanc...».
Je réalisais jusqu’à présent un travail artisanal et un travail de recherche. Ce que j’accomplis maintenant à distance est un autre métier. Je ne dis pas que c’est impossible à faire, mais c’est une autre approche, une autre génération. La démarche convient à ceux qui travaillaient déjà à distance, avec les catalogues. Ils sont nombreux. En effet, si les bâtiments se ressemblent tous à travers le monde, c’est parce que les concepteurs travaillent désormais de manière abstraite: la fenêtre conçue de telle manière, la façade pareillement, il n’y a plus de créativité dans l’organisation de l’espace et de la construction. Ce coronavirus n’a fait que révéler des contradictions existantes, puisque le travail à distance était déjà très répandu.

Quel est selon vous, d’un point de vue théorique, l’impact du confinement sur notre rapport à l’espace domestique?
Le constat minimal est que nous avons besoin de plus d’espace dans la vie que nous menons en ce moment. Il est impossible de manger, de dormir, de recevoir des amis et d’avoir son bureau dans vingt mètres carrés. On peut imaginer qu’en incluant également l’espace professionnel dans l’espace domestique, les bureaux disparaîtront. Si l’on y réfléchit bien, les bureaux sont un concept étrange: des espaces utilisés à mi-temps, pour seulement huit heures par jour...

Nous nous acheminons donc vers une société où le domicile sera également le lieu de travail?
Ne dites pas «nous nous acheminons», mais «malheureusement nous nous acheminons», parce que cette tendance a de graves conséquences. Le modèle américain du travail à distance est pervers. Il convient peut-être pour la finance qui est une activité abstraite, mais c’est une absurdité pour les activités artistiques. Demanderait-on à un menuisier de fabriquer une chaise ou une table à distance? En principe, on peut tout faire. On pourra aussi concevoir une table en télétravail, mais c’est un autre métier.

Durant ces journées de confinement à la maison, ressentez-vous le manque de visites sur le terrain?
Imaginez un peu un travail sans un contact direct avec le site! Nulle part dans le monde, je n’ai vu bâtir sans donner voix à l’environnement. L’environnement est une partie du projet, il n’est pas extérieur au projet.
L’architecture n’est pas un outil pour construire un lieu, mais un outil pour construire ce lieu-ci. Or celui-ci change, il est donc nécessaire de le connaître.

Pensez-vous que les autorités ou les associations comme la SIA puissent aider les bureaux à maîtriser la situation?
L’architecture ne doit pas attendre que les hommes politiques interviennent... Elle est le reflet, certes parfois impitoyable, de la société, mais elle est bien son reflet. Si la société tend vers un monde où tout devient virtuel, nous perdrons un peu le sens du travail. Pour moi, le travail a toujours été synonyme de plaisir. Je n’aime pas la notion de «temps libre». Le temps libre suppose l’idée d’un temps assujetti au travail, mais si le travail est beau, le temps libre est inutile.
Je pense que nous ne pouvons pas avancer ainsi, je ne vois pas la lueur au bout du tunnel. L’architecture est un fait physique. Tout le plaisir de cette profession consiste à découvrir un fragment, un microcosme de vérité à chaque étape. Si vous lui ôtez ce processus, vous en faites un autre métier, ce n’est alors plus celui en lequel nous avons eu foi.

Entretien mené le 25 mars 2020.

Mario Botta Architetti

 

Siège: Mendrisio

Nombre de collaborateurs : 20 (tous dans le Tessin)

Nombre de chantiers en cours avant la fermeture décrétée par le canton : 3 dans le Tessin, 1 en Suisse et d’autres à l’étranger

Parmi les projets présentés dans «Archi» (en italien) :  Teatro dell'architettura, Mendrisio; Centro di pronto intervento, Mendrisio; Edificio Fuoriporta, Mendrisio

Étiquettes