La qua­lité sous tous ses angles

Qu’elle soit appréhendée par des systèmes de gestion ou la perception individuelle, qu’elle soit définie en tant qu’absence de défauts ou comme ensemble de caractéristiques : la qualité est dans toutes les bouches. Reste à savoir si la signification est toujours la même. Tentons d’y voir plus clair.

Date de publication
18-08-2021
Laurindo Lietha
BSc FHO Civil Engineering / DAS Economie de la construction, spécialiste Règlements/Marchés

Le 1er janvier 2021, la nouvelle loi fédérale sur les marchés publics (LMP) entrait en vigueur, entérinant la primauté de la qualité sur le critère d’adjudication du prix. Il y a deux ans et demi, le pont autoroutier Morandi s’écroulait à Gênes, entraînant des automobilistes dans la mort. La question des défauts de qualité, tant dans la construction que la maintenance fait alors la une des médias. Et parfois, c’est «l’exceptionnelle qualité» d’un projet qui le distingue de ses concurrents dans le cadre d’un concours… Du côté de la SIA, la qualité est au cœur de la mission première qu’elle s’est fixée : faire de la Suisse un cadre de vie de qualité, durable et porteur d’avenir.

La qualité selon ISO 9000

Ces différents exemples révèlent la grande élasticité sémantique du terme et suggèrent qu’il se définit en premier lieu au regard du contexte dans lequel il s’inscrit. La norme de gestion de la qualité ISO 9000 définit ainsi la qualité comme «aptitude d’un ensemble de caractéristiques intrinsèques d'un objet à satisfaire des exigences.» Soit comme un indicateur du rapport entre un cahier des charges et la capacité fonctionnelle d’un objet à le remplir. La «qualité» est donc une notion largement subjective. Pour en déterminer le degré, il faut définir le référentiel et le faisceau d’exigences par le biais desquels une chose – dans le cas qui nous intéresse, les processus liés au cycle de vie d’un ouvrage – est considérée. Rien de plus limpide lorsque lesdites exigences reposent sur des critères mesurables quantitativement. En effet, si l’on détermine des spécifications concrètes – dimensions, niveau de dureté, composition, taux d’humidité, caractéristiques superficielles, seuils en matière d’énergie grise par exemple – en fonction desquelles un processus de fabrication doit être mené, il suffit de calculer l’écart entre les valeurs visées et les données relevées. Ce delta individuellement pondéré définit alors la qualité en termes chiffrés.

Cahier technique SIA 2007 – La qualité dans la construction

Il y a vingt ans paraissait le cahier technique révisé SIA 2007 La qualité dans la construction – L’élaboration et l’usage des systèmes de gestion. Rédigé par des représentants de diverses organisations, ce texte intègre leurs différentes perspectives. L’objectif déclaré était d’une part de systématiser et d’optimiser l’ensemble des processus de conception et de construction des ouvrages. D’autre part, le but était de fournir aux acteurs de projet – des maîtres de l’ouvrage aux bureaux d’étude en passant par les entrepreneurs – des instruments leur permettant de développer une organisation interne garante d’une solide gestion de la qualité. Une démarche essentielle, car de la qualité organisationnelle découle celle des processus d’étude et de construction: l’œuf et la poule se présupposent mutuellement. Une fois la qualité établie sur le plan organisationnel, encore faut-il instaurer une langue commune. C’est pourquoi une dizaine de pages du document sont consacrées à la mise en place d’un socle terminologique qui permet d’aborder le cœur du sujet, la «Gestion de la qualité spécifique à un projet» (PQM), de manière cohérente. Cette approche garantit une prise en compte ciblée du facteur qualité grâce notamment à la définition de balises – évaluation des risques, organisation des acteurs, convention sur les objectifs qualité, exigences de projet. La PQM est un instrument qui facilite la communication, la gestion et la mise en œuvre de processus tout au long du projet.

Le Système Davos de qualité pour la culture du bâti

Alors que ce cahier technique définit la qualité selon un angle processuel, le Système Davos de qualité pour la culture du bâti – texte qui s’inscrit dans la continuité de la Déclaration de Davos de 2018 – s’axe sur le résultat. Ladite déclaration promeut une culture du bâti de qualité en Europe, et ce document annexe apporte des précisions sur ses termes clefs. Les auteurs de ce texte – dont la SIA – y affirment ainsi en introduction: «La culture du bâti englobe toutes les activités qui ont des effets sur l’espace, des détails d’artisanat à la planification urbaine à grande échelle et au développement des paysages». Afin d’arrimer la notion de qualité à des éléments objectifs, huit critères – gouvernance, fonctionnalité, environnement, économie, diversité, contexte, esprit du lieu et beauté – ont été dégagés et assortis de questions d’évaluation. Celles-ci ne sont pas nécessairement de nature quantitative, mais présupposent la compréhension de concepts complexes. Pour le critère diversité, par exemple, il est demandé: «Le lieu empêche-t-il la ségrégation, la gentrification et la ghettoïsation de groupes spécifiques dans certaines zones?» La question «Le lieu contribue-t-il à la cohésion sociale et spatiale en créant ou en améliorant les occasions d’interaction sociale, et en renforçant la fierté civique et une vision partagée de ses identités?» est posée pour mieux cerner l’esprit du lieu. Les répondants sont aussi invités à s’interroger si l’on attribue «des valeurs esthétiques spécifiques, représentant un rapport équilibré entre ses qualités formelles et son intégration dans son contexte complexe?» pour faire le point sur la beauté d’un lieu.

Première Journée des règlements SIA

Tant le cahier technique SIA 2007 que le Système Davos de qualité prétendent à l’objectivité, et pourtant, ils se basent non seulement sur des indicateurs, mais aussi des approches différents. Il en résulte que les critères d’évaluation de la qualité ne sont pas les mêmes d’un document à l’autre et que les conclusions qui en ressortent varient. Un projet de construction peut être exécuté de manière exemplaire, à l’entière satisfaction du mandant et dans le respect du budget sans présenter d’intérêt du point de vue de la culture du bâti. À l’inverse, un ouvrage peut remplir à merveille les critères du Système qualité mais être géré de manière totalement chaotique. Ainsi, la qualité d’un ouvrage ne présuppose pas nécessairement celle des processus de construction, de même qu’un projet rondement mené n’est pas forcément synonyme de culture du bâti. Le défi est donc de faire rimer qualité de la mise en œuvre et qualité de l’ouvrage. Sur fond d’entrée en vigueur de la LMP révisée – qui préconise une utilisation économiquement, écologiquement et socialement durable de l’argent public – et du paradigme formulé par le Système Davos de qualité, la première Journée des règlements SIA abordera donc la qualité dans tous ses états. Kerstin Müller, ingénieure et architecte, Baubüro In Situ; Heinz Ehrbar, président de la commission SIA 118; Stefan Kurath, professeur au département d’architecture, de design et de génie civil de la ZHAW ainsi que Mario Marti, secrétaire général de l’USIC entre autres intervenants apporteront leur contribution particulière à la définition de la qualité.

1re Journée des règlements

 

La 1re Journée des règlements SIA aura lieu le 16 septembre 2021 au Kongresshaus de Zurich. Des représentants des milieux économique et politique mais aussi de la recherche et de la société civile débattront de questions d’actualité en matière de passation des marchés. Informations complémentaires et billets sur: ordnungstag.sia.ch/fr. Et vous, quelle est votre définition de la qualité ? Nous attendons vos réflexions à l’adresse: laurindo.lietha [at] sia.ch ()

Candidatures pour l’équipe de travail SIA 2007

 

Il y a 20 ans, les auteurs du cahier technique 2007 promettaient: «Par nos réflexions et nos actes, nous remettons périodiquement en question la notion “qualité” dans le but d’atteindre une compréhension plus complète et appropriée.» Cet engagement se concrétise aujourd’hui puisqu’un groupe pilote est actuellement en train de fixer des objectifs et de former une équipe en vue de l’actualisation du cahier technique SIA 2007. Vous souhaitez la rejoindre ? Envoyez votre candidature à: laurindo.lietha [at] sia.ch