Ter­reau in­co­gni­to

Publikationsdatum
08-03-2018
Revision
09-03-2018

Concept du projet

Place des terreaux, Galerie Humus, Café Le sycomore, autant de noms qui interpellent tant ils contrastent avec la dalle stérile qu’ils occupent. La pleine terre est absente, tenue à distance par des installations souterraines. La perte du lien est irrévocable.

Aussi, proposer un jardin ici consiste à envisager l’irruption d’une nature disparue de la ville. Il s’agit d’une fiction: comme arrivés d’ailleurs depuis le ciel, trois ilots de nature se sont déposés sur la place. Leurs profils ronds et distincts du sol, leurs surfaces moussues et herbeuses, leurs émergences arborées contrastent avec les éléments gris, froids, métalliques et minéraux qui constituent la place. Faits d’une matière indigène qui semble tout droit venue d’une lisière forestière et d’une prairie, ils frappent par l’incongruité de leur présence. Ils ensevelissent partiellement des pièces de mobilier urbain: un banc, une jardinière en béton, un bout de façade. Les angles-morts du site sont colonisés par ces étranges pièces végétales que le flux des passants transforme en galerie.

Ce qu’en pense le jury

Le projet Terreau incognito suggère de recouvrir de terre plantée ces formes encombrantes, afin d’en adoucir la présence et de faire revenir la terre, la végétation et l’informel dans ce passage hyper minéralisé.

Le jury reconnaît la qualité très contextuelle de ce projet et souhaite que l’équipe se concentre sur une réalisation soignée et ciblée sur des lieux stratégiques. Privilégier la finesse du geste et la qualité plus que les effets et la quantité. Attention à la terrasse du café social. La petite place n’a pas le même degré d’urgence que les autres recoins du labyrinthe.

Site G. Labyrinthe des Terreaux

Retrouvez l'ensemble des projets récompensés

Equipe: Adèle Hopquin, Antoine Magnon, Fanny Vesco, Gaëlle Pranal, Lélia Demoisy (FR). Zurich, Suisse / Marseille, France