Le pavillon d'Eau

Travail de diplôme d’Alexander Wolhoff, le pavillon est l’aboutissement de cinq mois de recherche, de prototypage et de dialogue entre les différents acteurs locaux et académiques.
Il est le fruit d’une collaboration entre l’EPFL, la HEAD et la commune de Saint-Saphorin. Le projet à été mené à bien dans les laboratoires CERCCO (HEAD), où les tuiles en porcelaines qui constituent le dôme ont vu le jour, et des laboratoires ALICE et LTH3 (EPFL). 
Les tuiles, toutes uniques, ont été pensées pour interagir avec le paysage et le Léman; leur géométrie complexe ainsi que l’émail « Bleu de Sèvres » qui les recouvres permettent à la coupole de jouer constamment avec la lumière et les rayons du soleil. 
La notion de parcours architectural est importante pour appréhender le pavillon. Mais le pavillon adresse également la notion de la dualité ornementation/structure: de l’extérieur, l’ossature prend une forme qui répond à des besoins purement structurels ; tandis que l’intérieur de la coupole assume sa fonction ornementale. 
L’ancrage au fond du lac a reçu une attention particulière témoignant d’une approche non agressive. Les galets qui remplissaient les gabions ont ainsi retrouvé leur lit d’origine une fois le pavillon démonté. 
Le pavillon a pu être construit grâce à la coordination d’une équipe de 35 volontaires répartis sur les différentes étapes de préfabrication et montage: de la production des 300 tuiles, moulées à la main et enfournées une à une, en passant par la préfabrication de la structure en pins, l’acheminement des éléments sur le site difficile d’accès et le démontage, le pavillon a demandé plus de 900 heures de travail dans sa réalisation.
Les baigneurs ont en pu profiter durant un mois dans le cadre idyllique de la plage des Bains Reymond, site classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive