SIA: Pen­ser le ter­ri­toire, pour­quoi ?

Conçue par la SIA et l’EPF de Zurich, l’exposition Penser le territoire a, pendant deux ans et demi, fait la tournée des villes de Suisse dans deux conteneurs. Aarau l’a accueillie pour sa 37e et dernière halte.

Date de publication
12-02-2015
Revision
05-11-2015

Les deux conteneurs maritimes, un petit de couleur rouge aux couleurs de la SIA et un grand de couleur blanche arborant le profil imprimé d’un paysage, ont désormais parcouru toute la Suisse : pendant près de trois ans, l’exposition Penser le territoire, conçue par l’EPF de Zurich et la SIA, a fait la tournée de toutes les régions. Compacte, elle a été accueillie dans les rues et sur les places de 37 villes. Le but de ses auteurs était double : plaider en faveur des objectifs d’aménagement du territoire et de leur nécessité, mais aussi expliquer à un large public comment fonctionne cet aménagement. A la Pestalozzischulhaus -d’Aarau, les représentants de la Ville, de la SIA, de l’EPFZ et de l’Union des villes suisses ont fêté la fin de l’exposition itinérante peu avant Noël. 

Le bilan était positif : de 2012 à 2014, plus de 15 000 visiteurs ont vu l’exposition. Une large place a également été accordée aux visites scolaires et aux « cours pour écoliers », qui ont permis d’initier plus de 1000 enfants au thème de l’aménagement du territoire. Ces chiffres réjouissants prouvent que les organisateurs ont été bien inspirés de concevoir cette exposition tenant dans deux conteneurs, que l’on a pu transporter ainsi sans effort et, du fait de leur surface minimale, placer dans les centres-villes, au milieu de places très fréquentées, avec un public de passage nombreux.

A chaque halte, l’inauguration a permis aux auteurs d’établir un lien avec les acteurs locaux : autorités administratives, hommes politiques, bureaux d’études régionaux et enseignants des hautes écoles ont chaque fois été intégrés à l’événement. En présentant un thème d’aménagement de la région hôte, « Regio-Flash » jetait une passerelle avec la situation locale, illustrant de manière plus concrète le thème, abstrait en soi, de l’aménagement du territoire. Martina Koll-Schretzenmayr, la commissaire d’exposition, est ravie des échanges nombreux et intenses qui ont eu lieu lors des cérémonies d’inauguration : « Ce projet a montré que la population s’intéresse réellement au thème de l’aménagement du territoire. » 

Dialogue et débat encouragés 

Pour tous les acteurs impliqués, ces expériences positives avec l’exposition itinérante sont un encouragement à instaurer, à l’avenir aussi, le dialogue avec les citoyens et les protagonistes régionaux grâce à des actions tout aussi vivantes, et à susciter en même temps le débat public dans la ville concernée. Responsable du projet Penser le territoire pour la SIA, Thomas Noack souligne que la loi révisée sur l’aménagement du territoire marque une césure pour l’économie du bâtiment, puisqu’elle est exclusivement axée sur le développement vers l’intérieur des zones urbanisées existantes. « L’époque des constructions effrénées dans les campagnes est définitivement révolue », a-t-il déclaré dans son discours de clôture. De l’entreprise de menuiserie à l’architecte, un changement de mentalité est, selon Thomas Noack, nécessaire dans le secteur de la construction ; il passe, par exemple, par des prestations plus adaptées au bâti existant. Par ailleurs, il faut, sur une large base, continuer à promouvoir la compréhension des objectifs de la révision. Il s’agit d’appliquer désormais la loi révisée sur l’aménagement du territoire à une large échelle, de traduire cette exigence politique en actes concrets. Dans sa conclusion, Thomas Noack résume cela d’une formule lapidaire : « Aux planificateurs de chausser leurs bottes ! »

Magazine