En­fi­lade ou le mys­tère de l’or­di­naire

Immeuble aux Boveresses, Lausanne (VD)

Et dire que l’enfilade est parfois décrite comme ennuyeuse. Qu’il n’y aurait dans ce thème éculé rien de plus à évoquer qu’une succession de pièces, dont l’expérience spatiale ne serait ni bien novatrice, ni bien riche… Et pourtant, si le plan de nos lieux de vie est à l’image des relations sociales d’une époque, alors le dernier projet du bureau Fruehauf, Henry & Viladoms (FHV) raconte, à sa manière, ­certaines mutations identitaires de notre temps.

Date de publication
01-03-2022

Les Boveresses est un quartier dans les hauts de Lausanne. Scindé par l’autoroute, il est presque entièrement composé de logements subventionnés dédiés à des populations économiquement précarisées. Celles-ci sont obligées de quitter leur appartement dès que leur revenu augmente – un système qui provoque un tournus élevé dans le quartier et ne favorise pas l’appropriation. De plus, les barres en béton apparent et les immeubles à redents construits dans les années 1960 évoquent toujours pour une majorité de la population les grands ensembles jugés problématiques des banlieues.

Le mandat d’études parallèles, organisé en 2016 par la coopérative Logement Idéal pour une crèche, une ludothèque et un immeuble de soixante logements à loyers contrôlés du 1.5 au 6.5 pièces, a pour objectif d’apporter un peu de mixité sociale dans le quartier. L’ambition avouée politiquement est de permettre aux familles qui le souhaitent de rester aux Boveresses, afin d’y apporter davantage de cohésion.

Vidéo: Camille Claessens-Vallet explique son choix.

Aussi, quand le bureau FHV remporte la procédure et qu’il s’inspire des morphologies et de la matérialité des sinistres immeubles voisins, on est en droit de se demander si les architectes ne font pas preuve d’un certain cynisme par rapport à l’esprit du lieu. Si les grands ensembles de la modernité ont provoqué un certain rejet, peut-on assurer cet héritage et ne pas craindre de poursuivre leur langage?

25 millions de francs

Pourtant, ce serait une erreur de s’arrêter à une première impression. Car c’est une chose de célébrer l’architecture d’exception, les beaux paysages et le patrimoine ancien; c’en est une autre de bâtir des logements sociaux, dans lesquels personne n’a intérêt à investir. La totalité du nouveau projet des Boveresses n’a ainsi coûté que 25 millions de francs. Et au-delà de son aspect économique, on découvrira ses qualités plastiques et spatiales en l’observant: le bâtiment, spectaculaire par sa volumétrie, s’articule dans la pente sous la forme de deux puissantes masses découpées qui se faufilent autour des grands arbres présents sur le site. En enfonçant leur volume dans le terrain, les architectes ont proposé, lors du MEP, un bâtiment doté d’un étage de plus que leurs concurrent·es – un avantage indiscutable en termes de mètres carrés, qui offre également à l’impressionnante forme une silhouette plus élancée.

Vous pouvez en savoir plus sur la culture de bâti: qualité et critique dans notre e-dossier.

Il a fallu l’abnégation des architectes et de l’entreprise de construction (qui réalise ici son premier béton de parement, étant habituellement spécialisé dans la production de sauts-de-loup) pour concevoir cette façade entièrement constituée d’un seul module préfabriqué. Les fenêtres, toutes identiques pour réduire les coûts, fendent des bandeaux verticaux dans la surface grise homogène. En dépit de ces itérations, le projet se distingue de l’environnement morne et répétitif des grands immeubles voisins – aux fenêtres horizontales et aux parements de béton désactivés – par ses façades aux proportions verticalisées et aux multiples redents.

Le terrain se brise sur le volume comme une vague d’herbe. On descend le long de celui-ci pour atteindre le niveau du rez inférieur, cinq mètres en contrebas, où se situent les programmes de la petite enfance qui s’ouvrent de plain-pied sur une cour abritée. Le parking de 125 places est à l’arrière, dans la partie enterrée. Cette coupe permet de disposer deux entrées qui distinguent l’accès des locaux publics de ceux des logements. Les appartements en lien avec la place sont en rez surélevé. Ainsi soustraite aux regards indiscrets, la typologie devient vi(v)able.

Des pièces d’apparat pour un 1.5 pièces

Pour comprendre la façade, il faut lire le plan – fascinant – du projet, dont l’orthogonalité est réglée sur une trame de 3.6 m rigide sur l’axe nord-sud et un assemblage plus souple sur l’axe est-ouest. En bref, ce sont des pièces, liées par des portes: une enfilade. Au fil des siècles, cette typologie s’est exprimée de différentes manières. Dans l’Italie du 16e siècle prédomine une logique d’accumulation de pièces sans fonction clairement définie. La hiérarchie sociale des occupant·es correspond à la situation de leur chambre dans ce système: les servant·es sont proches de l’entrée, les maître·sses en sont éloigné·es. Pendant la seconde moitié du 19e siècle en Angleterre apparaît le couloir, qui soustrait à l’enfilade la fonction d’usage, pour ne lui laisser que celle d’apparat: ségrégation spatiale des classes, utilité contre beauté. Or, si, comme le prétend l’historien Robin Evans, le plan de nos lieux de vie est «une image des relations sociales d’une époque»1, que raconte le projet de FHV sur notre manière d’habiter?

D’abord, on ne circule pas de ma­nière conventionnelle à l’intérieur des appartements, par ramifications, de la sphère collective à l’intime, mais dans une logique d’orbites. On passe de l’entrée à la salle de bain, à la chambre, au salon, puis à nouveau à l’entrée, comme si le fonctionnalisme d’usage des plans modernes – qui domine encore le marché immobilier – avait enfin été aboli.

Ensuite, le plan, compact mais généreux, confère, même aux logements les plus modestes, des qualités dignes d’une petite villa Renaissance. À une exception près, les couloirs sont abolis, les usages juxtaposés: en supprimant les espaces de circulation, on gagne en lieu de vie. Les pièces – salle de bain, entrée, séjour, chambre ou cuisine – possèdent certes des proportions et équipements standards, mais leur mise en relation visuelle et spatiale leur offre de la profondeur. Dans cette grille orthogonale se dégagent même des moments en diagonale d’une grande beauté, laissant le regard traverser l’appartement, oscillant parfois entre extérieur et intérieur à travers le balcon niché dans l’angle. Par un habile travail du plan, tout vis-à-vis entre appartement est évité et l’intimité des habitant·es garantie. À pouvoir embrasser son logement d’un seul coup d’œil, on se sentirait telle la noblesse terrienne qui couve son (petit) domaine du regard. Dans un logement subventionné.

Il faudrait nous enseigner la culture du bâti comme on enseigne la littérature. Les immeubles des Boveresses seraient un joli cas d’étude: on les lirait comme du Perec ou du Sagan, en discernant dans l’écriture de l’ordinaire la marque d’une époque.

Cet article a été publié dans le numéro spécial «Culture du bâti: qualité et critique». Commandez dès maintenant!

Note

 

1 Robin Evans, Figures, Doors and Passages, 1978

Immeuble aux Boveresses, Lausanne (VD)
Intervenants
Maître d’ouvrage
Logement idéal – Société coopérative

 

Architecte
Fruehauf, Henry & Viladoms (FHV)

 

Direction des travaux
Pragma Partenaires

 

Ingénieur civil
AIC Ingénieurs

 

Ingénieur chauffage-ventilation
Olivier Zahn & Associés

 

Données du projet
Concours
2016

 

Réalisation
2018-2021

 

Coût total TTC (CFC 1-2-4)
24.7 mio fr.

 

Surface de plancher SIA 416
10 913 m2