Des élé­ments de cons­truc­tion plus ré­sis­tants à la grêle

L’augmentation de la fréquence des averses de grêle accompagnées de gros grêlons nécessite une révision du chapitre «Grêle» de la norme SIA 261/1 «Actions sur les structures porteuses – Spécifications complémentaires». Adoptant une approche simplifiée et basée sur le risque, cette révision vise à encourager un mode de construction durable.

Date de publication
04-06-2024
Dörte Aller
météorologue, responsable Climat / Dangers naturels auprès de la SIA

En Suisse, la grêle cause d’importants dégâts aux bâtiments, qui se chiffrent ces vingt dernières années à plus de 100 millions de francs par an en moyenne. Lorsque les matériaux ne sont pas suffisamment résistants à la grêle, les grêlons peuvent causer des dégâts importants, notamment sur les éléments de construction de l’enveloppe du bâtiment. Dans certains cas, les dommages restent purement esthétiques. Dans d’autres, ils restreignent la fonction des éléments de construction, telle que l’étanchéité ou une fonction mécanique. Lorsque la pluie peut s’infiltrer dans le bâtiment, des dommages subséquents peuvent alors être causés à l’intérieur. Dans le cas où des éléments de construction doivent par la suite être remplacés, les dommages sont donc à l’origine de coûts élevés et d’une consommation importante de ressources. C’est pour cette raison que les éléments de construction devraient être adaptés au risque de grêle. Au cours des dernières décennies, les averses de grêle se sont avérées plus fréquentes que les estimations contenues dans les normes: c’est ce que montre une étude de l’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse, qui a analysé la taille des grêlons des vingt dernières années. Jusqu’à présent, la fréquence des gros grêlons a été sous-estimée. 

Des bâtiments durables et résistants à la grêle grâce à une approche axée sur le risque

Afin d’éviter les dommages dus à la grêle, un groupe de travail de la commission de la norme SIA 261 a élaboré une proposition visant à rendre les bâtiments plus résistants aux gros grêlons. Les éléments de construction présentant une résistance à la grêle plus élevée jouent dans ce cadre un rôle central: ils doivent en effet moins souvent être remplacés après des averses de grêle, et sont donc non seulement plus sûrs et plus durables, mais également moins coûteux à long terme. Le groupe de travail s’est basé sur les recommandations de la plate-forme nationale «Dangers naturels» (PLANAT 2018): les mesures doivent être adaptées, le risque résiduel doit être supportable et il convient de tenir compte des intérêts des différents acteurs impliqués dans le processus de construction, tels que les planificateurs, les assurances et les fabricants. Pour élaborer cette proposition, le groupe de travail a jugé important de considérer tous les facteurs de manière égale afin aussi bien de promouvoir les développements technologiques que d’encourager une diminution du risque et permettre une facilité d’utilisation. 

Quels changements pour les planificateurs?

Le risque de grêle variant d’une région à l’autre, la carte des zones de grêle de la norme permet aux planificateurs d’adapter leur concept selon la région concernée. Les planificateurs et les maîtres d’ouvrage peuvent s’écarter des exigences standard dans les deux sens, si les dommages potentiels sont acceptables ou, au contraire, si la situation s’avère plus exigeante. Le défi, pour les planificateurs, consiste à s’adapter à la multiplication des averses de grêle en raison du changement climatique. Pour garantir la sécurité et la longévité des ouvrages, il est donc indispensable de réfléchir et d’agir en prenant ce risque en compte, ainsi que d’utiliser les ressources à disposition de manière efficace. De même, il convient de prendre des décisions qui à la fois sont pertinentes d’un point de vue économique et reflètent l’engagement écologique et social du secteur de la construction et de la planification. 

Informations pratiques

 

- Dans le cadre de la procédure de consultation, il est possible de prendre position jusqu’au 12 juillet 2024 au sujet de la norme SIA 261/1 «Actions sur les structures porteuses – Spécifications complémentaires», chapitre 9 «Grêle» et annexe G «Carte des zones de grêle». 

 

- Des informations complémentaires relatives à la révision (qui ne font pas partie de la consultation) se trouvent dans le document «Anpassung SIA 261/1 Kapitel Hagel / Herleitung» (disponible uniquement en allemand). 

 

- Lien vers la consultation

 

- Herleitung (document en allemand: «Anpassung SIA 261/1 Kapitel Hagel / Herleitung»)

Liens supplémentaires

 

- Climatologie de la grêle en Suisse

 

- SIA D 0260 «Intégration des dangers naturels dans la conception et la planification de bâtiments» 

 

- Répertoire grêle

 

- Protection grêle – tout simplement automatique

 

- Protection contre les dangers naturels

Sur ce sujet