L’es­pace aux temps du co­ro­na

TRACÉS 2020 09

CHF 10.00
Print Date
28-05-2020

Depuis le début de la crise, Espazium est allé à la rencontre des acteurs de la culture du bâti, architectes, ingénieurs, enseignants, géographes, historiens de la médecine… pour tenter de saisir cette crise et ses répercussions. Cette série d’entretiens, à lire sur espazium.ch, se poursuit dans cette édition papier avec Frédéric Frank, Paola Viganò, Vincent Kaufmann, Valentin Bourdon et Sébastien Marot autour des liens entre aménagement de l’espace et crise sanitaire. La pandémie a mis le monde à l’arrêt. Profitons de cette pause pour réfléchir avant qu’il ne s’empresse de retrouver sa vitesse de croisière.

Articles principaux

L’urgence de ralentir, éditorial de Stéphanie Sonnette

«On ne peut pas incriminer frontalement la densité», Frédéric Frank, propos recueillis par Marc Frochaux
La pandémie questionne immanquablement la relation entre santé et densité urbaine, poursuivant un débat datant de l’Antiquité. Les opposants à la ville dense pointent du doigt Madrid ou New York, sévèrement touchées ; d’autres relèvent que des grandes villes asiatiques, comme Hong Kong, Singapour ou Séoul, n’ont pas connu le même sort, grâce aux mesures sanitaires rapides et aux comportements sociaux des habitants. En Suisse aussi, il est certain que ce thème sera débattu, étant donné que le principe de « densification vers l’intérieur » fait régulièrement l’objet de discussions intenses à tous les niveaux. Pourtant, ici non plus, aucune statistique ne permet de tirer de conclusion à ce stade. La question est complexe et ses enjeux subtils. Nous en avons parlé avec Frédéric Frank qui étudie les problématiques liées à la densité

«La notion de résilience doit nous amener à renverser le paradigme de notre rationalité moderne occidentale», Paola Viganò, propos recueillis par Stéphanie Sonnette
La crise actuelle a suscité une inflation de discours et de prises de position parfois hâtives sur les causes de la pandémie, la gestion de la crise sanitaire, et les mesures, notamment spatiales, à mettre en œuvre aujourd’hui et pour l’avenir. Nous avons demandé à Paola Viganò si cette crise affectait ses réflexions en cours – sur la ville horizontale, les sols, les climats –, comment elle appréhendait ses possibles impacts sur l’espace et la discipline de l’architecture et de l’urbanisme, et quels pourraient être les concepts opérants pour penser l’après.

«Si les réseaux de mobilité deviennent moins rapides, certains choix de vie seront remis en question», Vincent Kaufmann, propos recueillis par Stéphanie Sonnette
Entre nouvelles contraintes de mobilité liées à la crise sanitaire et aspirations personnelles à un rythme moins soutenu, Vincent Kaufmann fait l’hypothèse que l’épisode du confinement pourrait inciter les citoyens à changer leurs modes de vie et leurs pratiques de mobilité, pour le meilleur.

Plus que jamais, le logement fait la ville, Valentin Bourdon
En second plan des aspects sanitaires, la pandémie à laquelle les villes du monde font face donne à lire l’importance de leurs structures foncières, drastiquement divisées entre lieux collectifs et espaces de la vie domestique. Par un effet de vases communicants, elle interroge aussi et en particulier la nature du logement comme dernier lieu possible du retrait et d’expression de la communauté, face aux risques de contaminations. Le repli physique de toute une société vers son élément premier, l’habitation, donne l’occasion d’y porter un regard d’autant plus critique qu’il en révèle l’importance.

À la portée du Sphinx: l’urbanité préfabriquée des Arsenaux à Fribourg, Nicolas Bassand
Livré au début de l’année 2020 à Fribourg, l’ensemble bâti des Arsenaux propose un nouveau morceau de ville dans un périmètre autrefois peu attractif, en bord de rail et à l’arrière du boulevard de Pérolles, qui accueillait essentiellement des activités militaires et industrielles. Conçu par le bureau d’architecture Bakker & Blanc, l’ensemble est composé de trois blocs urbains, abritant 234 logements locatifs et des arcades commerciales au rez-de-chaussée1. Pour favoriser l’articulation de ce quartier en mutation avec la ville, il cherche à s’affirmer comme un nouveau pôle urbain.