«Pla­ni­fier l’éclai­ra­ge ne se ré­su­me pas à ac­cro­cher des lu­mi­n­ai­res a pos­te­rio­ri»

L’Association suisse pour l’éclairage (SLG) fête ses 100 ans. Alors qu’à l’époque de sa création, l’entreprise faisait figure de pionnière, la société se voit aujourd’hui plutôt confrontée à la complexité croissante et au rythme élevé du progrès technique. Le directeur général Philippe Kleiber s’est entretenu avec nous sur les défis actuels.

Publikationsdatum
28-07-2022

espazium.ch: L’Association suisse pour l’éclairage SLG fête cette année son 100e anniversaire. À l’époque de sa création, le marché de l’éclairage était encore de taille raisonnable, et la SLG faisait figure de pionnière. Les choses ont à présent changé. La SLG est-elle encore nécessaire?
Philippe Kleiber: Plus que jamais. L’éclairage est de plus en plus complexe. Les nouvelles technologies apportent aussi plus de possibilités. L’existence d’un organisme indépendant qui puisse informer sur ces nouvelles technologies et jouer un rôle d’intermédiaire entre les fabricants, les planificateurs et les utilisateurs est donc importante.

 

Cela signifie que la SLG considère son rôle comme celui d’un pont entre la théorie et la pratique, entre la technique et la planification. Êtes-vous également impliqué dans les questions de réglementation, par exemple dans l’élaboration de normes?
Oui, nous avons plusieurs groupes spécialisés qui s’occupent des normes et qui rédigent également des directives sur l’application des normes. Il est important que quelqu’un se sente responsable de cela. Nous sommes également membres de comités internationaux spécialisés et de normes de la CIE et de l’Association européenne des experts en éclairage (ELEA).

Quels sont les thèmes dont s’occupe actuellement la SLG?
La pollution lumineuse ainsi que le retrait prochain d’une grande partie des sources lumineuses sont des sujets importants pour nous. Il y a encore beaucoup d’informations à fournir à ce sujet (cf. illustration dans la galerie de photos).

Qu’est-ce que cela signifie?
Au cours de l’année prochaine, un grand nombre de sources lumineuses ne pourront plus être vendues. Cela commence le 25 février 2023 avec les lampes fluocompactes et les lampes fluorescentes circulaires, puis concerne les tubes fluorescents T5 et T8 à partir du 25 août et les lampes halogènes haute tension et basse tension à partir du 1er septembre. La raison en est, pour les lampes fluorescentes, la reprise de la directive européenne 2011/65 sur la « limitation de l'utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques ». Concrètement, il s’agit de la teneur en mercure de ces sources lumineuses.
Le plan est très ambitieux, si l’on considère le nombre de lampes fluorescentes encore en service. La difficulté réside dans le fait de trouver une solution de raccordement adaptée qui ne fonctionne pas seulement du point de vue électrique, mais aussi du point de vue de l’éclairage, en raison des différentes caractéristiques de rayonnement. Remplacer simplement un tube fluorescent par un tube LED ne fonctionnera donc pas dans de nombreux cas. Le secteur a réalisé peu à peu que la fin des lampes fluorescentes était proche, mais le consommateur final n’en est probablement pas conscient.

La planification de la lumière naturelle est-elle également au programme de la SLG, ou vous concentrez-vous délibérément sur la planification à l’aide de la lumière artificielle?
C’est un sujet qui nous concerne et j’aimerais y travailler davantage. Dans ce domaine, nous sommes très impliqués, surtout en Suisse romande. Une harmonisation entre les différents groupes d’intérêt est nécessaire. L’utilisation de la lumière du jour est rentable, ne serait-ce que parce qu’elle ne nécessite pas d’énergie supplémentaire. Il est important que la lumière du jour soit prise en compte dès la conception, c’est-à-dire très tôt dans le processus de planification. Ce qui serait aussi souhaitable pour la planification de l’éclairage artificiel – la planification de l’éclairage ne consiste pas à accrocher quelques luminaires dans une pièce a posteriori.

Pour les architectes, la conception et la planification deviennent de plus en plus complexes en raison des exigences toujours plus élevées et de l’implication plus précoce de planificateurs spécialisés. Comment essayez-vous de renforcer la position des planificateurs éclairagistes dans ce contexte?
Nous venons de constituer un groupe de travail chargé de chercher le dialogue avec la SIA à ce sujet. Je suis moi-même ingénieur électricien. Souvent, nous avons aussi travaillé au bureau sur la planification de l’éclairage, ce qui ne correspond bien sûr jamais qualitativement au niveau souhaité par un architecte. Nous travaillons actuellement à l’élaboration d’un cahier des charges qui devrait mettre en évidence les prestations des planificateurs éclairagistes indépendants. Elles peuvent ainsi être communiquées de manière transparente et claire, tant aux architectes qu’aux maîtres d’ouvrage.

L’économie circulaire est un thème qui a pris de l’importance ces derniers temps dans la construction. Est-ce que cela concerne le secteur de l'éclairage, par exemple en réutilisant des composants?
Oui, c’est définitivement d’actualité. Dans ce domaine, différentes démarches sont également entreprises par les fabricants. C’est également le cas dans la construction des lampes et des sources lumineuses: l’objectif est qu’elles soient construites de manière réversible, qu’elles puissent être réutilisées et mieux éliminées.

Le BIM est un autre thème important de la planification. Également pour la planification de l’éclairage?
La planification de l’éclairage est prédestinée au BIM, surtout si l’on intègre également les phases d’exploitation et le plan de maintenance dans le modèle BIM.

 

Travaillez-vous aussi avec des sociétés d’éclairage à l’étranger?
Nous avons de nombreux contacts avec des sociétés d’éclairage des pays voisins. Dans les pays germanophones, nous organisons des événements communs. Il existe également des normes de formation communes dans ce domaine. Les thèmes qui occupent les planificateurs éclairagistes de l’autre côté de la frontière sont les mêmes qu’en Suisse.

 

Y a-t-il des différences dans la définition des thèmes au sein de la Suisse?
J’ai l’impression que la suisse romande est légèrement plus sensible aux thèmes de l’éclairage que la Suisse alémanique. Mon objectif est d’impliquer encore davantage la Suisse romande, notamment en organisant des événements communs, par exemple sur l’éclairage public. Il y a ici des différences d’approche, y compris dans les produits utilisés. Nous prévoyons également de localiser plus souvent les événements à Berne, afin qu’il soit plus facile pour les Romands d’y participer – comme aujourd’hui pour notre fête d’anniversaire au Bierhübeli.

Fondée en 1922, l’Association suisse pour l’éclairage (SLG) est une association professionnelle indépendante qui s’adresse à tous ceux qui s’occupent de lumière et d’éclairage dans leur environnement professionnel. Avec le SLG College, elle propose des formations continues ainsi qu’une formation de planificateur éclairagiste avec brevet fédéral.

 

À l’occasion du 100e anniversaire, la publication «Guide Lumière» est parue, résumant l’histoire de la planification de l’éclairage en Suisse et présentant des projets actuels – de Bâle à Caslano (TI) et de Gossau (SG) à Lausanne.

 

Publication et autres informations sur: slg.ch