Genè­ve: 41 me­su­res pour att­eind­re la neu­tra­lité car­bo­ne en 2050

Genève se dote d'un plan climat cantonal de 41 mesures. Le gouvernement veut réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 et atteindre la neutralité carbone en 2050, en agissant sur l'énergie, la mobilité et la consommation.

Publikationsdatum
03-06-2021

Genève se dote d'un plan climat cantonal de 41 mesures. Le gouvernement veut réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 et atteindre la neutralité carbone en 2050, en agissant sur l'énergie, la mobilité et la consommation.

"Après celui de 2015, ce plan climat de seconde génération doit répondre à l'urgence climatique déclarée par le Conseil d'Etat en 2019", a annoncé mercredi devant les médias et l'exécutif in corpore le nouveau président du gouvernement Serge Dal Busco. "Il s'agit d'un des actes politiques le plus important de la législature qui va marquer les prochaines décennies", a poursuivi Antonio Hodgers, en charge du Territoire.

Le Plan climat cantonal 2030 vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à anticiper les effets du changement climatique, a souligné le magistrat Vert. Le réchauffement est bien plus marqué en Suisse, et le climat de Genève pourrait ressembler à celui du sud de l'Italie à la fin du siècle. Afin d'éviter ce scénario, le canton entend réduire de 90% ses émissions en 2050, par rapport à 1990.

40% de voitures en moins

Les émissions baissent depuis 30 ans, malgré une hausse de la population. "La transition écologique a déjà commencé, il faut la poursuivre plus rapidement", a relevé M. Hodgers. Elle concerne tous les départements, mais les efforts vont se concentrer sur l'énergie (39% des émissions), la mobilité (26%) et la consommation (28%).

En matière d'énergie, les mesures concernent surtout les bâtiments, avec la fin du chauffage à mazout et une accélération des rénovations. Le canton veut atteindre 80% d'énergies renouvelables, en multipliant par cinq la surface dévolue au photovoltaïque, soit l'équivalent de 200 terrains de foot.

Pour ce qui est de la mobilité, l'objectif est une baisse de 40% du trafic individuel motorisé en 2030, grâce au développement de la mobilité douce et des transports publics, notamment ferroviaires. Le parc automobile restant devra être composé à 40% de véhicules électriques. "Il faut agir avec pragmatisme et efficacité", a plaidé Serge Dal Busco, en charge des Infrastructures.

Circuits courts

Toujours en matière d'aménagement du territoire, l'exécutif veut privilégier "la ville dense, des courtes distances et des espaces verts, où l'essentiel des besoins quotidiens sont satisfaits à proximité", a décrit M. Hodgers, précisant que "le Conseil d'Etat a décidé qu'il n'y aura plus de grands déclassements des terres agricoles." Le 70% du canton va rester dédié à la nature.

Préserver l'agriculture locale s'inscrit dans l'objectif de privilégier les circuits courts dans la consommation d'aliments, d'appareils électroniques, de vêtements ou de meubles. L'Etat va soutenir les programmes visant plus de durabilité et agir dans le cadre des marchés publics, a fait savoir Fabienne Fischer.

La ministre de l'Economie et de l'Emploi entend accompagner les entreprises dans la transition écologique en fonction de leurs besoins. Elle a créé une task force sur l'employabilité. La formation est aussi concernée, avec une réorientation vers les métiers "verts" et une éducation aux questions environnementales, selon la cheffe de l'Instruction publique Anne Emery-Torracinta.

Inaction coûteuse

De son côté, la loi sur l'aide sociale individuelle va développer des programmes sur ces métiers d'avenir. "Il n'y aura pas de transition écologique sans justice sociale", a martelé le ministre de la Cohésion sociale Thierry Apothéloz, pour qui la mise en application du Plan climat ne devra pas creuser les inégalités.

L'environnement a un impact sur la santé, a souligné le conseiller d'Etat Mauro Poggia, rappelant la hausse des décès lors de canicules et le risque de voir de nouvelles maladies se développer avec le réchauffement climatique. Le canton veut veiller à la qualité de l'air mais aussi de l'eau et de l'alimentation.

Le plan des investissements 2021-2030 consacre déjà 3 milliards de francs à la transition écologique, une somme qui sera doublée pour atteindre les objectifs climatiques. Atteinte à la santé, baisse de rendement agricole, moindre compétitivité des entreprises, dévaluation boursière: ne rien faire coûterait 1,5 milliard par an à l'horizon 2050, a indiqué la grande argentière Nathalie Fontanet.

Le Plan climat cantonal 2030" peut être téléchargé ci-dessous