Balkrishna Doshi reçoit le Pritzker Prize 2018

Architecte, urbaniste et enseignant depuis 70 ans, Balkrishna Doshi a contribué à façonner le discours de l'architecture en Inde et à l'échelle internationale. Influencé par les maîtres de l'architecture du 20e siècle – Le Corbusier et Louis Khan principalement – Doshi a su interpréter l'architecture et la transformer en œuvres bâties qui respectent la culture orientale tout en améliorant la qualité de vie en Inde. Depuis les années 1950, son approche éthique et personnelle de l'architecture a touché toutes les classes socio-économiques.

«My works are an extension of my life, philosophy and dreams trying to create treasury of the architectural spirit. I owe this prestigious prize to my guru, Le Corbusier. His teachings led me to question identity and compelled me to discover new regionally adopted contemporary expression for a sustainable holistic habitat. (…) With all my humility and gratefulness I want to thank the Pritzker Jury for this deeply touching and rewarding recognition of my work. This reaffirms my belief that, ‘life celebrates when lifestyle and architecture fuse», a commenté l’architecte indien à l’annonce de sa nomination. 

Doshi décrit l'architecture comme une extension du corps. Le choix des matériaux, le chevauchement des espaces et l'utilisation d'éléments naturels soulignent sa capacité à aborder avec attention la fonction tout en tenant compte du climat, du paysage et de l’urbanisation.

L'architecte a conçu Aranya Low Cost Housing (Indore, 1989), qui accueille actuellement plus de 80 000 personnes à travers un système de maisons, de cours et un labyrinthe de chemins intérieurs. Plus de 6 500 résidences, allant de modestes unités d'une pièce à des maisons spacieuses, hébergent des habitants à revenu faible ou moyen.

L'architecture de Doshi est à la fois poétique et fonctionnelle. L'Indian Institute of Management (Bangalore, 1977-1992), inspiré par les villes et les temples traditionnels, est organisé en bâtiments, cours et galeries imbriquées.

Les espaces communs de son atelier Sangath (Ahmedabad, 1980), comprenant notamment un jardin et un amphithéâtre extérieur, soulignent l'importance qu’il a toujours donné à la collaboration et à la responsabilité sociale. Les toits voûtés, les couvertures en mosaïque de porcelaine, les zones de verdure et les espaces creux atténuent la chaleur extrême. Le détail de la mosaïque est repris pour le toit d'Amdavad Ni Gufa (Ahmedabad, 1994), une galerie d’art dont le design est inspiré de la carapace des tortues, et qui expose des œuvres de Maqbool Fida Husain.

Parmi les autres ouvrages remarquables de l’architecte indien, on peut citer le Centre for Environmental Planning & Technology (CEPT University) (Ahmedabad, 1966-2012); des espaces culturels tels que le Tagore Memorial Hall (Ahmedabad, 1967), l'Institute of Indology (Ahmedabad, 1962) et Premabhai Hall (Ahmedabad, 1976); les complexes d'habitation Vidhyadhar Nagar Masterplan and Urban Design (Jaipur, 1984).

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive