A M D G

[Pas] mal d’archives
Une série d’articles à partir des Archives de la construction moderne (ACM)

Cet acronyme en-tête de la Compagnie de Jésus et dont on sait qu’il signifie «pour une plus grande gloire de Dieu» (Ad maiorem Dei gloriam) pourrait constituer, pour l’historien de l’art capable de surmonter un certain degré d’anachronisme, le mot d’ordre même de la colossale entreprise d’édification des symboles de l’Occident chrétien : les cathédrales gothiques. L’abbé Suger (1081-1151) et Saint-Bernard de Clairvaux (1091-1153) ont débattu du principe, du pourquoi, du comment et même de la forme. Le second, face à l’impétuosité de la fureur de bâtir, recommandant aux moines de modérer le caractère démonstratif de leurs architectures, de renoncer à des clochers qui, s’élevant trop haut dans le ciel, mettaient en évidence l’orgueil des bâtisseurs et offensaient le Seigneur.
Si la curiosité pousse à remonter dans le temps, le fait religieux est indissociable de l’architecture et de l’art de bâtir. C’est si vrai que notre langue, qui mieux que tout autre chose, littéralement, nous construit, n’a qu’un seul et même mot pour désigner l’institution et l’édifice : l’église. Jérusalem fait de la partie le tout, elle est parvenue, au fil des siècles, à concentrer dans ses murs à la fois les vestiges archéologiques du temple de Salomon, la mosquée d’Omar, appelée dôme du Rocher, et l’église du Saint-Sépulcre. Elle s’est constituée ville-église – la fonction est nommée lorsqu’on écrit qu’elle abrite les lieux saints des trois cultes du livre. Dans l’iconographie chrétienne, elle est devenue la cité de Dieu, support dans la fantaisie des artistes de la Jérusalem céleste aux déclinaisons infinies. Cette vision a imprégné l’imaginaire de l’Occident pendant des siècles, elle s’est perpétuée ; c’est ainsi par exemple que le dessinateur genevois Rodolphe Toepffer (1799-1846) appelait Sion en Valais «ma jolie petite Jérusalem».
Les faits urbains, religieux et les manifestations d’architecture sont liés de manière indissociable. Sur la rive droite de l’Euphrate, on trouve les vestiges de villes dans lesquelles la mosquée, l’église et la synagogue s’ouvraient sur une seule et même place. La méchante spécificité constitutionnelle d’un pays qui interdit l’édification de minarets aux habitants adhérents à la foi musulmane s’en trouve cruellement éclairée et il n’est peut-être pas vain d’ajouter dans ces colonnes qu’il n’y a rien de choquant en soi à voir un groupement évangélique déployer une structure éphémère dans l’espace public pour tenter de gagner des parts sur le marché des croyants. A cet égard, l’éditorial du numéro Tracés 11/2015 était inutile autant qu’incompréhensible.
Depuis leur constitution en 1988, les Archives de la construction moderne ont admis des critères de sélection davantage axés sur la représentativité que sur l’héroïsme stylistique moderne. De ce fait, les fonds collectés reflètent assez largement la réalité de ce qui s’est construit en Suisse romande. Exceptionnellement, on peut y trouver des chefs-d’œuvre et dans l’ensemble une cohorte respectable d’œuvres d’architectes du rang. Parmi ce matériel, de nombreux temples et de nombreuses églises, de même que le très remarquable couvent des capucins de Sion (Mirco Ravanne, architecte, 1928-1991)1. Quelques protagonistes se sont même fait une spécialité de la clientèle diocésaine et paroissiale. Paul Lavenex (1901-1994), frère de pasteur, a construit de nombreux temples protestants, Fernand Dumas (1892-1951) et ses fils Jacques et Pierre ont joué un rôle central dans l’édification des églises catholiques. Dumas père, rassemblant au sein du groupe de Saint-Luc des artistes de premier plan, leur fournissant travail, revenus et opportunités de s’exprimer. Cette action stimulante a produit probablement plus de résultats probants que des décennies de politiques publiques d’achat d’œuvres d’art.
Le couvent des capucins de Sion fait l’objet de soins attentifs de la part de son nouveau propriétaire; son inscription au patrimoine architectural de la Confédération est intervenue récemment.

Pierre Frey, historien de l’art

Note

1. Angelica Bersano, "Le Couvent des Capucins, Sion Mirco Ravanne", in : L’architecture du 20e siècle en Valais 1920-1975. Sous la direction de l’Etat du Valais en collaboration avec les Archives de la construction moderne, Infolio 2014  

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive