Sto­ckage au centre de la terre

TRACÉS 2020 Décembre

Print Date
02-12-2020

Comment le sous-sol pourrait-il nous aider à gérer certains problèmes consécutifs aux changements climatiques ou à la densification des centres urbains?

Articles principaux

Zone à débattre, éditorial de Philippe Morel

Stockage au centre de la Terre, présentation du dossier, Philippe Morel

Construire en sous-sol: un bilan économique, Michael Doyle, Aurèle Parriaux et Philippe Thalmann
La construction souterraine n’est pas beaucoup plus coûteuse qu’en surface : telle est la thèse que soutiennent les auteurs de cette étude comparative de différents ­scénarios d’une ­construction fictive en surface ou souterraine. Elle devrait permettre de dissiper certaines idées erronées sur la construction en sous-sol, alors que cette stratégie, qui contribue à réduire l’étalement urbain, s’apprête à entrer dans les politiques urbaines.

Utiliser le sous-sol comme un gigantesque thermos, Philippe Morel
Certaines activités produisent de la chaleur ou du froid, d’autres en consomment, selon des cyclicités qui leur sont propres. Stocker temporairement ces calories dans le sous-sol pour les distribuer lorsque la demande augmente permettrait de mieux valoriser les ressources énergétiques. Si les pays du nord de l’Europe ont une longueur d’avance dans le développement de cette technologie, la Suisse travaille à rattraper son retard.

Séquestration du CO2: remettre le carbone à sa place, Philippe Morel
Le climat mondial se réchauffe sous l’influence des émissions de carbone fossile que l’activité humaine injecte dans l’atmosphère. La technologie de captage et de séquestration de CO2, qui ­permettrait en quelque sorte de le remettre à sa place dans le cycle du carbone, représente une piste intéressante pour contribuer à atteindre les objectifs climatiques des États, notamment pour assurer la transition du nucléaire au renouvelable sans péjorer davantage le climat.

Rapprocher le nord et le sud, Valeria Gozzi
Le nouveau tunnel de base du Ceneri parachève le projet de la nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) sur l’axe du Saint-Gothard. Il joue un rôle crucial, aux niveaux cantonal et national, pour le transport des voyageurs, car il s’insère dans le corridor Rhin-Alpes-Ports de la Riviera du Ponant et favorise le transfert du trafic de marchandises de la route vers le rail.