La ville pro­duc­tive

TRACÉS 2019 10

10,00 CHF
Print Date
09-05-2019

Si l’économie de production repose bien évidemment sur des variables exogènes complexes, il n’est pas interdit d’espérer qu’une politique urbaine adaptée puisse contribuer au retour de quelques activités industrielles en ville, ou du moins à conserver ce qu’il en reste. De ces efforts pourrait naître une atmosphère urbaine bien plus riche et diversifiée que les cités-dortoirs et les cités-boutiques que nous créons au cœur des villes. Ce numéro de Tracés explore quelques pistes pour une ville productive de qualité.

Articles principaux

Freitag : rester en ville à tout prix, propos recueillis par Marc Frochaux
En évoquant la création de l’usine Noerd, achevée en 2011, et le lancement récent de l’association Made in Zurich Initiative, Markus Freitag, cofondateur de l’entreprise Freitag, explique pourquoi les producteurs ont tout intérêt à mutualiser espaces et services afin de maintenir une présence de l’industrie en ville. Avec les membres de l’association, il milite pour une mixité habitat / petite industrie / commerce.

Au PAV, l’industrie est-elle soluble dans le projet urbain?, Stéphanie Sonnette
Depuis 2005 se développe dans le canton de Genève un projet de grande envergure qui doit transformer 230 hectares à vocation industrielle et artisanale en quatre quartiers mixtes qui accueilleront à terme 12 000 nouveaux logements et 6000 nouveaux emplois. Si l’État et les Communes (Genève, Carouge et Lancy) affichent leur volonté de préserver ce tissu productif au sein du secteur Praille Acacias Vernets (PAV), c’est sous une forme renouvelée que les entreprises devront se restructurer, au sein du quartier ou d’autres zones industrielles du canton, elles aussi en cours de mutation.

Histoire d’une structure de production: le site industriel du Closel à Renens, Franz Graf et Lucien Favre
Assurer l’essor de la presse lausannoise par la construction de locaux adaptés aux nouvelles techniques d’impression et de reliure : voici la mission que Marc Lamunière, directeur des Imprimeries Réunies de Lausanne, confie à son cousin architecte Jean-Marc Lamunière en 1961. À la suite d’une étude menée au sein du laboratoire Techniques et sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM–EPFL), les auteurs expliquent avec minutie comment les enjeux de la sauvegarde d’un patrimoine industriel éclairent forcément ceux des professions manufacturières.