Ville en bois III

Editorial

Tendances sociales, économiques, politiques ou technologiques s’inscrivant sur le long terme: les «mégatendances» marquent l’évolution de l’espace et de l’environnement. Ce numéro spécial est consacré aux mégatendances et à la «con­struction en bois pour maîtres d’ouvrage institutionnels». Rapportées à l’architecture et à l’urbanisme, ces tendances sont par exemple des phénomènes comme la robotique, les logements en clusters, la densification et les biens immobiliers en tant que hubs énergétiques. Certaines se retrouvent de manière plus ou moins marquée dans la construction en elle-même, mais ne peuvent pas toujours être dissociées clairement. 
Quelles sont les conséquences de ces mégatendances sur la construction, et sur le bois suisse en tant que matériau de construction? Notre conviction est la suivante: le bois et la méthode de con­struction qui y est liée sont parfaits pour mettre en œuvre avec succès les exigences qui se dessinent pour l’avenir. Grâce à son poids limité et à la préfabrication qui raccourcit le temps de construction et minimise les surfaces de stockage, le bois est idéal pour densifier les zones d’habitat et pour surélever des bâtiments existants. Si les con­structions réalisées par des robots sont encore du registre de l’exception à l’heure actuelle, les quelques exemples existants laissent supposer que des machines assistées par ordinateur pourront vraisemblablement bientôt construire des maisons entières seules. La technique de fabrication déjà fortement assistée par ordinateur à l’heure actuelle prédestine la con­struction en bois à jouer un rôle de précurseur dans ce type de fabrication. En outre, une initiative intitulée «Forêt et bois 4.0» vise à encourager les changements profonds liés à la numérisation de l’économie du bois. 
Il n’est pas étonnant dès lors que le bois soit de plus en plus utilisé pour construire des immeubles plurifamiliaux. Depuis 2005, la part de marché des structures porteuses en bois dans les nouvelles constructions est passée de 2 à 4% (voir «Ville en bois – Mégatendances comme moteurs»). Dans de nombreuses constructions hybrides actuelles qui n’ont rien à envier sur le plan esthétique aux constructions entièrement en bois, il apparaît que ce matériau y est utilisé de manière toujours plus accentuée et variée. 
Nous nous réjouissons de partager de nouveaux enseignements avec vous. 

Rolf Manser, rolf.manser@bafu.admin.ch
Danielle Fischer, danielle.fischer@tec21.ch
Stefan Meier, stefan.meier@wuestpartner.com
Christoph Starck, christoph.starck@lignum.ch
Retrouvez tous les articles de ce numéro spécial ici

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive