Transformation et agrandissement de la maison du Gruyère à Pringy

Concours de projets d’architecture à un degré en procédure ouverte
Le projet «mujyà
» du bureau Frundgallina remporte le concours grâce à un concept de promenade architecturale et à l’identité très forte des bâtiments.

Jury professionnel

  • Philippe Bardet (Président de la Société coopérative «Laiterie de Gruyères» et Directeur de l’Interprofession du Gruyère AOP
, président)
  • Jacqueline Pittet (Architecte dipl. EPFL / SIA / FSA, Lausanne)
  • Andreas Deplazes (Architecte dipl. EPFZ / SIA / FSA, Coire / Zürich)
  • Antoine Robert-Grandpierre (Architecte dipl. EPFL / SIA / FSA, Lausanne)
  • Jean-Philippe Stähelin (Architecte dipl. EPFL / SIA, Delémont)
  • Frédéric Page (Architecte dipl. EPFL / SIA, Fribourg)

Maître d'ouvrage

Société coopérative Laiterie de Gruyères


Objectifs du Concours

Le projet de transformation et d'agrandissement de La Maison du Gruyère découle de la volonté du Maître de l'ouvrage, d'une part de moderniser sa fromagerie pour répondre à ses besoins futurs, et d'autres parts de maintenir l'attrait de La Maison du Gruyère afin qu'elle puisse continuer à remplir sa mission.

Extraits du rapport du jury

Recommandations du jury:

A l’unanimité, le jury recommande au maître de l’ouvrage d’attribuer le mandat d’architecte au lauréat du concours. Il demande par contre à l’auteur du projet de tenir compte des remarques suivantes:

- Préciser le traitement et la matérialisation des façades et des toitures.

- Valoriser l’espace de circulation développé autour de la cave.

- 
Certaines liaisons entre les différents éléments du projet devront être retravaillées afin d’optimiser la fonctionnalité du projet, comme par exemple la connexion entre la cave et la fromagerie.


- Optimiser les mesures nécessaires à rendre accessible la Maison aux personnes à mobilité réduite.


- L’exploitation du marché gruérien doit être clarifiée.

- La surface de la salle multifonctions doit être optimisée.

- Le nombre de places de parc extérieures doit être légèrement augmenté.


- L’organisation de la livraison du lait, et de la sortie des fromages, devra prendre en compte les contraintes de l’exploitant.



1er rang, 1ère mention «mujyà
», Frundgallina SA
,Neuchâtel

Quatre nouvelles «maisons» composent le lieu et définissent en leur centre un écrin verdoyant dont la topographie intègre la cave à fromage existante. Les bâtiments, aux géométries simples, sont recouverts d’une toiture à quatre pans habillée de tavillons de bois. Le lieu est ainsi entièrement redéfini dans l’intention affichée de s’intégrer au village de Pringy par l’échelle de ses bâtiments, et une expression architecturale qui dialogue avec le patrimoine rural bâti et le paysage naturel environnant.

La Place de l’entrée se situe au nord du dispositif, tournée vers la future gare. La place est définie par le volume du bâtiment d’accueil et celui du couvert polyvalent, élément rassembleur, signalant l’entrée et favorisant les animations extérieures. La Place de la Gare est partiellement libérée de la circulation automobile pour devenir une zone de rencontre. Au nord-ouest, la rue de desserte accueille le parking des autocars sous lequel se trouve le parking des visiteurs et collaborateurs, sur deux niveaux.

Le jury relève la grande qualité d’intégration dans le site et apprécie tout particulièrement l’échelle «villageoise» de l’intervention, crée par la division des programmes de la Maison du Gruyère, ainsi que l’image forte que dégage le bâtiment. Le jury apprécie également que la nouvelle identité du bâtiment puisse se percevoir de toutes les directions. L’évolution du projet au deuxième tour, notamment la suppression d’un volume ainsi que celle de la promenade vitrée au centre des maisons, est fortement appréciée.

(…)

Le traitement spatial, par l’effet de parcours à travers plusieurs bâtiments aux dimensions plus modestes, participe également à enrichir l’expérience des visiteurs de la Maison du Gruyère.

L’intégration des espaces extérieurs dans le parcours architectural, met en relation l’environnement bâti aux références traditionnelles, avec le paysage naturel du lieu.

(…)

Cette ballade architecturale pour vivre l’expérience du Gruyère rend également l’utilisation indépendante de chaque bâtiment possible. Chaque volume dispose d’un accès et d’une distribution propre. Ce principe donne vocation à inscrire la Maison du Gruyère dans les activités sociales et commerciales de Pringy, autant que celles de l’accueil au public.

Si le jury relève la grande qualité de ce parcours architectural rythmé de séquences d’atmosphères diverses, il émet également certains doutes sur la multiplication des barrières architecturales, qu’il s’agirait de diminuer afin d’optimiser les flux de groupes de personnes.



2e rang, 2e mention «TRINTCHI

», Dupont Architectes SA
. Ursy

Un travail conséquent a été fourni pour affiner l’expression du volume: La stratification horizontale entre le socle et le corps de bâtiment en tavillons s’est clarifiée, le rapport entre intérieur et extérieur ainsi que le traitement des ouvertures se sont précisés. L’étage de bureau en toiture, qui résulte du maintien de l’organisation existante est traité comme support publicitaire, en affichant l’image commerciale du bâtiment. Le jury regrette que la façade ait gardé un caractère d’emballage, ne réussissant pas à créer une expression forte alliant de manière indissociable une forme et un contenu. La matérialisation constructive devrait également être vérifiée pour assurer à la fois la durabilité et l’homogénéité du vieillissement en fonction des différentes orientations des façades.

La rampe d’accès au parking jugée trop proche de l’entrée a été inversée, générant une liaison extérieure entre d’une part l’entrée principale au rez et d’autre part la terrasse du restaurant et une place de jeux à l’étage. Ce parcours se positionne en connexion avec l’aménagement d’une place piétonne au centre du village, à proximité des transports publics.

A l’intérieur, l’organisation a gagné en fluidité. La demande de créer un parcours en boucle a été bien interprétée. Les visiteurs accèdent directement depuis le hall à l’étage d’exposition, puis peuvent regagner la sortie en utilisant l’escalier existant en passant à côté du magasin. Un passage secondaire permettrait de rejoindre l’exposition sans devoir redescendre dans le hall. Le déplacement des wc dans le hall d’entrée à proximité de l’accès parking est tout à fait adéquat.

Le projet déroge le long de la route du Moléson aux limites de constructions fixées dans le secteur. L’adaptation aux normes AEAI des circulations verticales menant à l’étage de bureaux génère un agrandissement du volume existant qui péjore cet état de fait.

«Trintchi» a su démontrer le potentiel d’adaptation du bâtiment actuel au programme des locaux demandés. Le choix de composer avec l’existant a toutefois impliqué des contraintes importantes dans le développement du projet. Si le fait de conserver un grand nombre d’éléments existants a été jugé pertinent, le projet a aussi montré ses limites quant aux possibilités de proposer une nouvelle image de la Maison du Gruyères.



3e rang, 1e prix «AOP
», COMAMALA ISMAIL ARCHITECTES SARL, Delémont

Tout le programme est regroupé sous un grand toit, dans un volume simple au traitement uniforme. Seul le volume des caves est maintenu, ce qui permet de dégager une importante surface le long de la route de Moléson sur laquelle est développée une grande partie du parking extérieur. Les accès à la fromagerie sont organisés de manière indépendante sur la façade Sud-Ouest du bâtiment.

Les aménagements extérieurs ont été revus et les secteurs entre parking autocars, voitures privées et place de la gare sont bien différenciés. La partie livraison et expédition se trouvent sous un couvert, à l'abri des intempéries. Le (dé)chargement latéral des camions à plusieurs endroits n'est pas pratique.

L’accès principal à la Maison du Gruyère se réalise par l’intermédiaire d’une généreuse entrée couverte qui se développe sur la façade Nord-Est du volume, en face de la gare.

L'espace d'accueil se trouve dans un généreux espace à double hauteur, entouré par le marché gruérien, la cave de stockage, des services, ainsi que la cuisine de production.

L’accès à l’exposition, à l’étage, se fait depuis cet espace public de référence par l’intermédiaire d’un escalier- rampe. L’exposition, qui bénéficie de généreux dégagements sur l’extérieur, se développe autour d’une boîte occupée par la salle multifonctionnelle ainsi que le vide sur la production. Cette disposition est spatialement intéressante, mais les cheminements entre les espaces accessibles au public et ceux à vocation plus privative sont difficiles à séparer.

Les bureaux sont disposés sur la cave actuelle. Leur relation par un long couloir n'est pas optimale, les chemins à parcourir trop longs.

Le restaurant et le coin gourmand sont placés au deuxième étage, ce qui permet d'obtenir un dégagement généreux et une belle vue sur le paysage. La place de jeux en toiture-terrasse est en revanche étrange à la fonction du bâtiment.

Tous les étages sont reliés par un grand escalier en colimaçon qui permet de raccourcir les distances en parcourant les étages. En revanche, par son nouvel emplacement, le restaurant s'isole un peu trop pour un public de passage.

Par son expression simple et uniforme, le contenant tend à faire disparaître son architecture dans le but de valoriser son contenu. Bien que l’utilisation du bois, pour la structure et les éléments de façade, tend à inscrire sa matérialisation dans le thème traité, je jury déplore le fait que l’aspect extérieur du bâtiment ne reflète pas plus le thème traité.



4e rang, 2e prix «FORUM
», Thomas Wegener
 Architecte, Lausanne

Le parti pris, d'aménager toutes le fonctions au nord-ouest de la cave, sur l'emplacement du parking actuel, permet une certaine liberté quant à l'implantation et vise à créer un ensemble cohérent, en ne maintenant des bâtiments existants que le volume de la cave. Par la même, il y a des espaces extérieurs généreux qui sont ainsi dégagés. La répartition du programme sur deux, voire trois niveaux facilite l'intégration dans le contexte villageois.

Accueilli par le forum central qui rappelle déjà certains produits typiques, il y a la possibilité de jeter un coup d'œil à l'intérieur de la cave (malheureusement à l'écart de la logique du flux visiteurs), de visiter l'exposition dans le grand hall, de traverser l'espace de production par une passerelle vitrée et d'avoir une vue plongeante à l'intérieur de la cave. Les visiteurs participent ainsi dans une alternance entre exposition et production à la fabrication du fromage et son historique.

Par rapport à la situation exiguë actuelle, le forum apporte un véritable accueil des visiteurs dans la générosité et la transparence envers les différentes fonctions de la Maison du Gruyère. Les deux espaces principaux du forum et du hall d'exposition sont reliés par un escalier généreux et le hall fonctionne également comme espace de distribution pour accéder au restaurant, à la terrasse aménagée en patio, à la salle multifonction et à la visite de la production. L'organisation de ce flux se fait de manière logique et sans véritable espace de circulation.

(…)

Un des points forts du projet consiste en le regroupement des différentes fonctions autour du forum. Les visiteurs entrent dans un univers cohérent entre la production, la vente, la restauration, l'exposition et l'administration. C'est un ensemble cohérent et les nombreuses places de travail sont mis en réseau autour du forum central.

Le projet ne tire pas vraiment profit des dégagements extérieurs créés autour du solitaire. Les espaces extérieurs - mis à part la place d'accès au forum au nord - acceuillent essentiellement des véhicules, en bonne partie parquées contre la façade. L'organisation des places de parc souterraines est mal gérée et le parking manque de clarté, que ce soit au niveau structurel ou au niveau de l'aménagement des places de parc. Finalement, même l'entrée dans le forum pour la plupart des visiteurs se fait par un escalier sans aucune représentativité.

(…)



5e rang, 3e prix «POYA», Background Architecture Sàrl
, Lausanne

Le projet prend le parti d’unifier la construction existante réalisée par étapes successives en proposant une série de volumes installés en damier. Les toitures inclinées sont végétalisées pour créer un dialogue avec le paysage environnant. La lecture de l’ensemble est complexe du fait de l’addition des volumes et de l’alternance des toitures. La composition en damier est affaiblie par le traitement de l’angle Sud du bâtiment.

La volonté d’homogénéiser les étapes d’intervention en proposant une enveloppe modulaire en béton est intéressante. L’image résultante n’est toutefois pas très évocatrice et ne réussit pas à séduire le jury.

L’organisation générale est relativement claire. Le déplacement de l’entrée en lien avec les arrivées des bus est intéressant, de même que le parcours en boucle du visiteur et l’idée du bar avec la vue sur les caves ont été appréciés. Par contre la juxtaposition des deux entrées sur la place de la gare n’est pas résolue. Si le regroupement à l’étage du restaurant, de l’exposition et de la salle multifonctions est idéal, l’absence de relation entre la salle à manger et la cuisine située au rez est problématique pour l’exploitation.

La forme générale irrégulière due au décalage des volumes ne réussit pas à créer un véritable espace d’entrée, il manque d’ailleurs la place de jeux demandée dans le programme. A l’étage, les prolongements extérieurs ne sont pas suffisamment exploités. La terrasse du restaurant qui bénéficie d’une orientation Sud, donne d’un côté sur le quartier de villas et de l’autre sur l’aire de travail de manœuvre des camions.



6e rang, 4e prix «Learning from Gruyère», aaag architectes sàrl, Fribourg

Le complexe actuel est complété par trois nouvelles extensions:

- Côté ouest, il reçoit un nouvel espace de production de forme cylindrique avec l'exposition à l'étage.

- Orienté vers la gare un bâtiment de liaison, dans l'esprit d'un "mall", est avant-posé à la façade actuelle.

- Un parking souterrain est aménagé en-dessous du parking visiteurs actuel.

(…)

L'organisation du parcours de l'exposition ne diffère que de très peu de l'actuelle. On dispose d'une vue sur le nouveau lieu de production et d'une vue plongeante sur les caves. Il n'y a pas de volonté de créer une nouvelle image, nostalgique et purement touristique: il s'agit plutôt d'emmener les visiteurs dans les lieux de production actuels d'une fromagerie contemporaine.

Ce maintien des bâtiments actuels crée passablement de contraintes. Si l'idée d'un mall peut paraître intéressante, sa disposition - le rapport avec l'accès depuis le parking souterrain, mais aussi l'accès par une façade pignon pour les visiteurs en autocar - manque de générosité. Le volume du mall est orienté sur une gare qui sera bientôt transférée, alors que le volume cylindrique qui devrait rappeler la forme des meules - n'est qu'un habillage qui fait penser aux bâtiments industriels bas de gamme.

(…)

La démarche de conserver un maximum des bâtiments existants et de les compléter par de nouveaux volumes répond clairement aux critères du développement durable. En revanche, le besoin de mettre aux normes - en particulier énergétiques - les bâtiments existants, demande un investissement considérable et il n'est pas certain qu'économiquement cette stratégie soit rentable.

La matérialisation, en bonne partie en bois, est certes appropriée pour les nouvelles constructions. L'éloignement entre production - cuisine / restaurant - administration ne contribue pas à une collaboration étroite entre les différents intervenants sur le site. Les aménagements extérieurs actuels sont plus ou moins conservés: les emplacements de l'accès au parking, de la terrasse du restaurant et la place de jeux, l'accès principal depuis la place de la gare. Les visiteurs arrivant en voiture, se parquent dans le parking souterrain et doivent remonter à l'extérieur, sur la place de parc des autocars et chercher l'entrée au bâtiment - affichée de manière criante - mais «du mauvais côté», face à la gare.

La qualité de la terrasse du restaurant est diminuée. Pas seulement le côté «aire de ravitaillement» est conservé, mais en plus, la vue vers le Moléson est obstruée par le nouveau bâtiment de production.

A priori, le projet cherche la simplicité dans le geste; une certaine économie des moyens. Les nouveaux bâtiments pourront être réalisés de manière économique. Les incidents sur les bâtiments existants sont par contre assez importants et il faudrait tenir compte des nouveaux aménagements intérieurs et de la mise aux normes des enveloppes extérieures.

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive