Extension de l’école de Meinier

Concours de projets d’architecture en procédure ouverte à un degré – SIA 142
Le groupement d’architectes Arnaud Schelstraete, Frédéric Garrigues et Gwénaël Jézéquel remporte l’un des concours d’architecture plus convoités de l’année: l’extension de l’école de Meinier. Parmi plus de 120 participants, la proposition de l’équipe parisienne se distingue par une implantation linéaire en alignement de l’ancienne école du XIXe siècle.

Jury non professionnel

  • Alain Corthay (maire de la Commune de Meinier)
  • Coranda Pierrehumbert (adjointe au maire, Commune de Meinier)
  • Daniel Jauch (conseiller municipal, membre de la commission Bâtiments et Aménagement, Commune de Meinier)
  • Ania Schwab (conseillère municipale, présidente de la commission Petite enfance, école et institution pour la jeunesse, Commune de Meinier)

Jury professionnel

  • Mireille Adam Bonnet (architecte EPFL - FAS, Genève)
  • Giorgio Bello (architecte EAUG - SIA, Genève)
  • Renato Salvi (architecte EPFZ - FAS, Sion)
  • Laurent de Wurstemberger (architecte AAM - SIA - SWB, Genève)
  • Jean-Frédéric Luscher (architecte, directeur du service des monuments et des sites, Département de l’aménagement, du logement et de l’énergie, Etat de Genève)

Maître d'ouvrage

Commune de Meinier


Objectifs du concours

Actuellement, l’école primaire de Meinier accueille plus de 200 enfants et l’accueil parascolaire se fait depuis 2011 dans divers locaux. Compte tenu que l’école existante comporte des classes de dimensions non adéquate avec les exigences de l’enseignement actuel, compte tenu que l’extension datant des années 1960 n’est plus aux normes énergétiques, il est apparu inéluctable de prévoir l’avenir scolaire des enfants de la commune dans des conditions plus optimales.

L’objectif du concours est de trouver la solution optimale pour la réalisation d’une extension de l’école qui comprendra notamment:

• 10 classes, salles de jeu et des arts visuels;

• Locaux pour l’accueil parascolaire;

• Espaces extérieurs.

Extraits du rapport du jury

Recommandations du jury:

Le jury a choisi à l’unanimité le projet 6 «JAMAIS DEUX SANS TROIS» et le recommande au maître d’ouvrage pour la poursuite du mandat pour les prestations d’architectes liées à l’étude et à la réalisation, selon la norme SIA 102. Le maître d’ouvrage se réjouit de la future collaboration avec le bureau d’architecte lauréat et désire affiner les points suivants lors de la suite du mandat:

• Aménagements extérieurs: prolongement du couvert vers les accès de la salle de gymnastique et vers l’école de 1989. Une attention particulière sera portée sur les aménagements des espaces extérieurs, notamment entre la nouvelle école et le bâtiment 19ème, ainsi que sur la définition précise de la zone préau.

• Matérialité: une recherche sensible devra être faite sur la texture des éléments de façades afin d’entrer en sympathie avec le contexte villageois. Les matériaux utilisés dans les espaces intérieurs pourraient être rediscutés avec les utilisateurs, afin de garantir un confort acoustique, un entretien optimisé et une capacité de produire une atmosphère chaleureuse.

• Confort: la problématique de surchauffe estivale devra être gérée de manière à optimiser l’utilisation des zones de circulation situées au sud-ouest.



1er rang – 1er prix: JAMAIS DEUX SANS TROIS (ARNAUD SCHELSTRAETE, FREDERIC GARRIGUES, GWENAEL JEZEQUEL - Paris, France)

Critique du projet

Le projet «Jamais deux sans trois» se caractérise par l’implantation d’un volume linéaire de trois niveaux hors sol en front de rue, sur la chemin de la Repentance. Cette implantation en alignement de l’ancienne école du XIXe siècle crée une relation harmonieuse au contexte.

L’élargissement du trottoir et l’allée d’arbres offrent une relation visuelle de qualité et crée une nouvelle attractivité à l’espace public ; ce dispositif est renforcé par la transparence à travers le rez-de-chaussée du bâtiment.

Le positionnement judicieux du préau couvert entre la salle de gym et la nouvelle école ainsi que sa prolongation sur la largeur complète du préau côté intérieur est salué par le jury. L’entrée de l’école, placée au centre du complexe scolaire côté cour, confère au préau sa pleine dimension en terme de circulation et d’accueil des usagers de l’école.

L’espace entre le nouveau bâtiment et le bâtiment XIXe s’avère de qualité mais requiert quelques ajustements.

La volumétrie générale est cohérente par rapport aux édifices existants et s’intègre dans la continuité de l’urbanisme de ce secteur.

La rigueur, la compacité et la rationalité du parti architectural sont en adéquation avec l’économicité attendue du projet.

(…)



2ème rang – 1ère mention: THEOREME (M + N ARCHITECTES SARL - Genève, Suisse)

Critique du projet

Le jury relève la qualité et le soin apportés à la recherche d’une solution en harmonie dans le contexte historique et architectural du village. L’idée générale d’une école villageoise est plaisante. À ce titre, les choix des matériaux (tuiles plates en toiture, minéralité des façades) donne une expression cohérente dans son contexte. Par ailleurs, le projet se base sur la proposition d’une série de bâtiments dont la forme et les proportions s’inspirent des volumes vernaculaires du village de Meinier. Il est à relever cependant que la volumétrie à trois étages créé une concurrence avec le volume plus réduit de l’école du XIXème siècle.

De plus, la proposition du préau couvert devant la salle communale n’est pas en accord avec le programme. Quant au préau situé entre les trois bâtiments, il s’avère trop exigu et ne remplit pas son rôle de liaison à pied sec entre les différents volumes.

Le jury tient cependant à saluer le soin et la qualité apportés à la représentation du projet et de la vie telle qu’elle pourrait y prendre place.

(…)



3ème rang – 2ème prix: BONNIE & CLYDE (DAAP ARCHITECTES ET GONZALO MARTINEZ ARCHITECTURE - Genève, Suisse)

Critique du projet

Le projet repose sur le parti d’une interconnexion de tous les bâtiments scolaires et la proposition d’un ensemble unifié pour les classes. L’aile des années 80 est transformée et surélevée, reliée au nouveau bâtiment par un socle commun.

La nouvelle proposition génère ainsi une clarification des espaces extérieurs, un préau couvert et ajouré qui lie toutes les entrées et un préau à ciel ouvert spacieux qui met en valeur les bâtiments historiques.

L’interconnexion recherchée se traduit par la proposition d’un socle en béton qui lie les bâtiments et les espaces de préau couvert sur lequel émergent les volumes des nouvelles classes en bois. Cette composition d’un socle de type mural supportant deux volumes en ossature bois relativise la comparaison des architectures existantes et l’échelle du projet. Le choix de la matérialité, en adéquation avec les préoccupations du développement durable, apporte une ambiance chaleureuse.

Le jury reconnaît la pertinence d’une prise en compte de l’école comme un tout au langage unifié, la clarté de la fonctionnalité intérieure, son implantation et la qualité des espaces extérieurs générés. En revanche, le prolongement volumétrique du rez-de-chaussée de l’école des années 80 à l’étage face au nouveau centre de village avec les escaliers et les sanitaires en façade reste problématique et offre un visage imposant et fermé au centre intergénérationnel du village que la nouvelle proposition devrait connecter.

(…)



4ème rang – 3ème prix: PUNCTUM (AEBY PERNEGER & ASSOCIES SA - Carouge, Suisse)

Critique du projet

En référence aux bâtiments villageois massifs, le projet propose l’insertion d’une « grande maison », un volume ponctuel dans la constellation des édifices communaux qui forment le centre historique du village autour de l’église. La nouvelle composition génère ainsi une fluidité des espaces extérieurs environnants qui offre une porosité bienvenue entre le nouveau centre villageois, l’ancien coeur du village et la chemin de la Repentance.

Si le parti de définir l’école comme une grande maison dans la constellation des bâtiments existants est en soi digne d’intérêt, la proposition volumétrique écrase le bâtiment de la Rampe et diminue le préau central au profit d’un préau sous le couvert ouvert sur la chemin de la Repentance et à la bise. Le décaissé du sol du côté de l’ancienne école ainsi que l’ajout des salles de société à l’arrière du bâtiment des années 80 démontrent aussi que le parti de «la grande maison» est difficile à réaliser dans des proportions ajustées au site. L’implantation de ce volume imposant génère des problèmes de distance entre bâtiments (salle de gym et Rampe).

Le jury apprécie ce parti urbain et la richesse spatiale et des atmosphères intérieures du projet mais la volumétrie proposée ne génère pas les qualités urbaines et la simplicité annoncées.

(…)



5ème rang – 4ème prix: LE PETIT NICOLAS (2) (BCRARCHITECTES - Carouge, Suisse)

Critique du projet

Le bâtiment se positionne comme fermeture du secteur de l’école côté chemin de la Repentance. Le dégagement créé par rapport à l’ancienne école et à la salle de gymnastique est acceptable malgré une légère insuffisance des distances avec l’ancienne école.

L’articulation de la volumétrie proposée résout habilement la relation avec les alignements de l’école XIXe d’un côté et la salle de gymnastique de l’autre côté, toutefois, l’effet en butoir du bâtiment sur le muret de l’ancien jardin reste non résolu.

Cette implantation renforce la perméabilité du site permettant différents parcours à travers un maillage pédestre et plusieurs systèmes d’accès. Le jury regrette que cette perméabilité ne se poursuive pas à l’intérieur du bâtiment au niveau du rez-de-chaussée par des traversées visuelles.

Le jury apprécie le réaménagement du côté chemin de la Repentance à l’aide d’accès généreux et sécurisés, ainsi que les espaces extérieurs reliant avec un couvert de manière appropriée le nouveau bâtiment avec la salle de gym et le bâtiment ’89.

Le jury apprécie l’aménagement proposé pour les classes notamment par la matérialisation des surfaces intérieures.

De manière générale, le projet semble rentrer dans la fourchette moyenne des prévisions financières.

(…)



6ème rang – 2ème mention: ENDEUXIEMEPLAN (3 ARCHITECTES - Lausanne, Suisse)

Critique du projet

Le projet propose une implantation solitaire, reliée à l’école existante et à la salle de gymnastique par un espace couvert, coiffant un volume totalement vitré et indépendant qui accueille la classe d’art visuel. Cette disposition sur le site offre des dégagements de qualité et entame un dialogue avec les bâtiments environnants. Sa position indépendante et compacte permet une nouvelle lecture du site.

Le jury apprécie la sensibilité de la proposition qui entre «en sympathie» avec les bâtiments existants, tout en s’affirmant par son caractère contemporain, évoquant de manière très subtile, les différentes matérialités du site grâce à une observation sensible de du contexte villageois.

Néanmoins, la position du volume construit est disposée trop proche du chemin de la Repentance et pose un réel problème de gabarit, ce qui le rend non conforme à la LCI. Sa grande surface au sol et son volume finalement assez imposant l’empêche de passer au deuxième plan. La densité du programme demandé engendre un volume conséquent, qui vient selon le jury, en trop grande proximité de certains bâtiments sur le site. En conclusion, le jury a été touché par la poésie de la proposition. Une atmosphère onirique s’en dégage qui nourrit l’imaginaire.

(…)



7ème rang – 3ème mention: ALPHABET (KRAUSBECK ARCHITETTO - Salorino, Suisse)

Critique du projet

Ce projet est d’une grande clarté en termes d’implantation, de volumétrie et d’expression architecturale. Ainsi, la nouvelle école est prévue comme un corps long et étroit reliant l’ancienne école 19ème et la salle de gymnastique. Cette proposition soulève un problème de distances entre les bâtiments qui nécessiterait des dérogations en raison des distances et vues droites.

L’espace situé devant le bâtiment permet la création d’un préau généreux, mais la volumétrie à trois niveaux impliquerait un alignement sur la façade de l’ancienne école. La volonté de contenir le préau par un édicule abritant les vélos apparaît peu convaincante, en dépit de la qualité du passage public créé.

L’organisation générale de l’école est séduisante et son architecture est soignée. Cependant, l’orientation des classes vers le préau entraîne un problème de surchauffe estivale du fait de leur orientation côté ouest.

Le parti architectural présenté implique un déploiement de façades et une surface de plancher dans l’échelle supérieure des projets soumis.

(…)

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive