Quartier de l’Etang: mandat d’études parallèles pour les équipements publics – Ville de Vernier

Jury non professionnel

  • Yvan Rochat (Conseiller administratif – Ville de Vernier)
  • Jean-Pierre Tombola (Jean-Pierre Tombola Conseiller municipal – Ville de Vernier)
  • Thierry Apothéloz (Maire – Ville de Vernier)
  • Jean-Bernard Billeter (Membre du Comité du Groupement de l’Etang)
  • Jean Lebedeff (Directeur Etablissement Avanchets – DIP Canton de Genève)
  • Pascal Bochatay (Membre de la Coopérative d'habitation des Cheminots de Genève)

Jury professionnel

  • Patrick Devanthéry (Architecte EPFL FAS SIA FSU – Designlab-construction SA, Genève)
  • Marta Perucchi Graf (Architecte, Directrice DLOG- DIP Canton de Genève)
  • Hervé Dessimoz (Architecte EPFL SIA, Groupe H architecture et ingénierie SA, Genève)
  • Laurent Geninasca (Architecte EPFL FAS SIA – GD Architectes, Neuchâtel)
  • Philippe Meier (Architecte EPFL FAS SIA – Meier + associés architectes, Genève)
  • Dominik Meyer (Secrétaire général adjoint technique, architecte – Ville de Vernier)
  • Anne-Sophie Meichtry Pinho (Architecte – Ville de Vernier)
  • Carlos Viladoms (Architecte EPFL SIA – Fruehauf Henry & Viladoms, Lausanne)

Maître d'ouvrage

Ville de Vernier


Objectifs du Concours

Le maître d’ouvrage souhaite développer sur cette parcelle les équipements publics de proximité nécessaires aux futurs habitants du quartier, et notamment ceux destinés à la petite enfance et à la jeunesse. À ce titre, les projets devaient intégrer les multiples utilisateurs de la parcelle. La gestion des flux et le respect des normes spécifiques aux utilisateurs sont des enjeux forts du projet.

Les équipements suivants devaient être prévus:

• un groupe scolaire de 16 classes et locaux parascolaires, avec aula et salle de gymnastique (accueillant des manifestations);

• un restaurant scolaire/centre de quartier;

• un espace de vie enfantine d’une capacité d’accueil de 88 enfants, divisé en 4 groupes: bébé (16 enfants), 1-2 ans (20 enfants), 2-3 ans (24 enfants), 3-4 ans (28 enfants);

• un espace socio-culturel avec locaux de musique pour les habitants du quartier;

• Une ludothèque permettant d’emprunter des jeux ou de jouer sur place;

• un centre d’arts martiaux.

Extraits du rapport du jury

Recommandations du jury:

Le jury recommande au maître d’ouvrage de poursuivre l’étude de la proposition «PAQUEBOT» du bureau PEZ Arquitectos SLP.

Pour le développement du projet, le collège d’experts formule les recommandations suivantes:

• optimiser le projet sans qu’il perde ses qualités intrinsèques pour le rendre encore plus compact;

• préciser la gestion des flux, notamment les contrôles d’accès, en fonction des besoins des utilisateurs;

• refaire l’analyse du projet selon la réglementation AEAI 2015 et l’adapter partiellement le cas échéant;

• organiser le groupe scolaire pour éviter les locaux borgnes et proposer un système «pieds propres / pieds sales» fonctionnel et des vestiaires à proximité de la salle de gymnastique.



Paquebot (1er prix, PEZ Arquitectos SLP)

Introduction

Projet compact inscrivant l’ensemble du programme dans un volume unique, son système distributif et sa spatialité intérieure offrent une richesse d’usages portant en eux un potentiel d’échanges et de mixité d’activités que la nouvelle institution appelle de ses vœux. Dans le cadre de l’évolution du projet, les auteurs ont développé l’adéquation entre le programme intérieur et le respect d’un parti initial, tout en réussissant à finaliser une volumétrie simple et efficace, y compris au niveau de son expression.

Analyse

Objet unitaire dans le site, le projet s’affiche clairement comme une institution à l’échelle d’un ensemble urbain de grande densité (IUS de 2.7). Son volume lui permet de s’imposer face aux grands gabarits qui émergeront dans le voisinage immédiat. Les espaces extérieurs, optimisés sur la parcelle à disposition, sont définis en trois zones: la première considère la venelle comme un parvis minéral qui conforme le statut de la façade de l’entrée, les deuxième et troisième installent deux espaces de préaux en contiguïté avec les couverts. Le choix de la position de l’entrée, et de la rue intérieure, sont à ce titre très pertinents, puisqu’ils s’inscrivent dans le flux des parcours dans le site, à savoir celui le long de l’îlot «D» et celui qui, à terme s’inscrira dans un cheminement à plus grande échelle, au sein du couloir écologique.

Projet favorisant la conception en coupe, la grande force de son parti réside dans la mise en place d’une rue intérieure traversant le volume de part en part. Elle s’adosse à un système distributif clair, sorte de colonne vertébrale donnant accès aux différents programmes qu’il innerve. De ce lieu fédérateur, l’utilisateur embrasse du regard l’ensemble des espaces majeurs du dispositif: latéralement la salle de gymnastique, à travers laquelle la vue se prolonge sur l’extérieur; vers le haut l’activité scolaire et au-delà, le jardin de la crèche par lequel s’instille l’apport de lumière naturelle; seuls les espaces du centre d’arts martiaux ne bénéficient pas de cette relation spatiale très riche, mais le jury imagine que l’évolution du projet pourrait les y faire participer.

Au rez-de-chaussée, les espaces liés à la vie de quartier sont implantés sur toute la périphérie des façades, de plain-pied, avec de possibles prolongements extérieurs. Cette «mise en vitrine», à l’image des rez-de-chaussée que revendique la ville dense, facilite les usages pluridisciplinaires tout en les différenciant et les rendant identifiables. L’espace scolaire s’installe autour d’une place centrale dont l’usage reste ouvert, mais qui confère un statut particulier qui caractérise l’école. Les salles de classes sont réparties sur les quatre façades, sans différenciation, dans la logique du parti architectural. En plus des jours zénithaux, des amenées de lumière sont aménagées en bout des couloirs ou coursives. Au-dessus, l’espace de vie pour la petite enfance (EVE), surplombe l’édifice. En son cœur se dessine une cour à ciel ouvert qui rassemble les bambins dans une ambiance jugée très appropriée par rapport à sa destination. Ici la transparence requise entre les espaces de vie et les «intérieurs-extérieurs» promet des usages de grande qualité. Enfin la toiture végétalisée est rendue accessible pour des activités de quartier liées au plantage.

La définition des sous-sols est claire en termes programmatique, avec des mises en perspective d’espaces entre eux (comme l’aula et la salle de fitness avec la grande salle de sport), mais également en termes de conception structurelle, dans la mesure où la descente de charges s’effectue assez naturellement de la toiture aux fondations. L’écriture de l’institution réinterprète une thématique classique de socle et d’ordre architectural superposé. Composée de grands pans vitrés et de panneaux en béton brut révélant l’empreinte du bois de coffrage, au niveau du sol et de grandes fenêtres de proportion allongée dans un univers de mélèze «pré-vieilli», la façade exprime de manière simple son caractère public. Le collège d’experts se questionne cependant sur la possibilité de s’éloigner quelque peu de ce registre «déjà vu» pour coller encore plus à cette idée de «paquebot» ancré dans un quartier du vingt-et-unième siècle. Le rapport entre le plein et le vide est favorable au contrôle de la déperdition thermique de l’enveloppe.

Les surfaces et le volume du projet se situent au-dessus de la moyenne des concurrents. Cependant la rationalité et la simplicité de la conception plaident pour une réalisation relativement économique. Le développement du projet permet d’envisager une optimisation des surfaces encore non aboutie, sans altérer les principes fondateurs du parti.



Andrea (2e prix, RAUM404)

Introduction

En bordure du parc des Tritons, le projet présente une volumétrie réduite en plan, mais s’élevant à la hauteur des arbres. L’expression résolument contemporaine affiche, dans une grille métallique, une végétation maîtrisée qui en dessine les contours. Dans ce «Beaubourg végétal», l’entier du programme prend place, à l’exception de la salle de sport qui offre sa toiture comme préau à l’école. Entre les différentes phases de développement, les auteurs ont réussi à maintenir les acquis spatiaux d’une première esquisse tout en répondant au cadre légal des distances aux limites de construction et en donnant des réponses appropriées quant aux principes de végétalisation d’un objet architectural.

(…)



Strates (3e prix, Pierre-Alain Dupraz Architectes ETS FAS)

Introduction

Le projet se compose de deux bâtiments modestes, dont l’implantation en «L» crée deux espaces extérieurs de référence qui accueillent les entrées des différentes parties du programme. Pour respecter les distances aux limites parcellaires, le projet a évolué vers une optimisation des espaces d’une très grande maîtrise, permettant au parti de conserver sa pertinence malgré un recul important des volumes à l’intérieur du périmètre à bâtir.

(…)



Rouge bleu jaune blanc, (4e prix, dl-a, designlab-architecture SA)

Introduction

Le parti urbanistique est constitué de quatre volumes dont les trois premiers accueillent les grands groupes du programme – école, crèche et maison de quartier – et un quatrième servant de préau couvert. Le système pavillonnaire mis en place cherche à s’inscrire en continuité des espaces verts entourant l’angle nord-est du site. Le processus d’évolution du projet a démontré les possibilités d’adaptation du programme dans une volumétrie définie assez tôt dans la réflexion. La précision apportée à la définition de l’enveloppe comme élément majeur de la composition a également été prise en considération.

(…)



Thera (5e prix, 2 architetti)

Introduction

Le parti proposé consiste en un volume unique placé au nord du terrain, dont la volumétrie se fragmente en deux parties représentant des éléments de programme. Le projet a gagné en cohérence entre les différentes phases d’études butant néanmoins sur la conception de sa distribution majeure.

(…)



Equipe Triton (6e prix, CCJVV Office Architects SLP)

Introduction

Volume pur, seulement coupé par une faille, le projet exprime son statut d’édifice institutionnel par sa compacité et son rez-de-chaussée entièrement ouvert. Les différentes étapes du projet ont permis aux auteurs de clarifier tout ou partie des principes de distribution et d’apport de lumière naturelle.

(…)

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive