Espace Événements des Glariers

Concours d’architecture à un degré en procédure ouverte
Grâce à «un objet architectonique finement ciselé» qui entretient avec la ville un rapport subtil, le bureau Graber & Petter a convaincu le jury du concours pour le futur espace événements des Glariers à Aigle.
1. Rang / 1. Prix
Graber + Petter Architectes
4. Rang / 4. Prix
CB_lab architectes
5. Rang / 5. Prix
bunq architectes

Jury non professionnel

  • Isabelle Rime (Municipale de l’économie, du social, de l’environnement et du tourisme, Aigle)
  • Daniel Girardin (Municipal des bâtiments, de l’urbanisme et de la sécurité au travail, Aigle)
  • Jean-Paul Jotterand (Conseiller communal, Aigle)
  • Lorenzo Malaguerra (Directeur du théâtre du Crochetan, Monthey)
  • Christian Minacci (Délégué économique, Association Aigle Région)
  • Maryse Eggimann (Présidente de la commission culturelle, Aigle)

Jury professionnel

  • Anne-Line Darbellay (arch. dipl. EPFL / SIA, dv architectes & associés, Sion)
  • Claude Fabrizzi (arch. HES / FAS / SIA, Savioz Fabrizzi architectes, Sion)
  • Laurent Fragnière (arch. HES / GPA, eo architectes, Lausanne)
  • Martin Gauthier (arch. paysagiste ESAJ Paris, Commune d’Aigle, service de l’urbanisme)
  • Jacqueline Pittet (arch. dipl. EPFL / SIA / FAS, Pittet Tardin architectes, Lausanne)
  • Sébastien Virdis (archi. EPFL / SIA, Virdis architecture, Fribourg)
  • Antoine Graf (arch. EIG / EPFL, graf & rouault architectes, Lausanne)

Maître d'ouvrage

Commune d'Aigle


Genre de Concours

Le présent concours est un concours de projet d’architecture, s’adressant à des architectes, à un degré, en procédure ouverte, selon les articles 3 et 6 du règlement SIA 142 (édition 2009) et conforme aux prescriptions nationales et internationales en matière de marchés publics.

Objectifs du Concours

La Commune d’Aigle compte aujourd’hui environ 10’000 habitants. Chef lieu de district situé au pied d’une région touristique de montagne (Alpes vaudoises), Aigle fait aussi partie d’une région trans-cantonale Vaud-Valais connue sous le nom de Chablais.

La commune a connu une forte croissance de population ces deux dernières décennies, et doit opérer une mise à niveau de certaines de ses infrastructures. L’Espace Evènements des Glariers (la future grande salle) que la Commune d’Aigle souhaite construire et qui fait l’objet du présent concours, s’inscrit dans une perspective régionale, pour offrir au Chablais une salle polyvalente de grande capacité qui fait défaut actuellement.

La Commune d’Aigle se fixe un objectif financier de 14.5 à 16 millions de francs pour la réalisation de cette nouvelle infrastructure (CFC 1 à 9).

Extraits du rapport du jury

Recommandations du jury:

A l’unanimité, le jury recommande au maître de l’ouvrage:

1. de confier à l’auteur du projet n° 14 « Adolphus, Gustavus et le Baron » le mandat d’architecte comprenant toutes les prestations nécessaires à la réalisation de l’ouvrage, selon les conditions énoncées au point 1.12 du programme de concours et sous réserve de l’octroi des crédits et des autorisations.

2. de poursuivre l’étude du projet n° 14 «Adolphus, Gustavus et le Baron» en tenant compte des critiques émises par le jury ainsi que des recommandations suivantes:

- vérifier l’adéquation du parking proposé avec le site et le projet

- chercher à optimiser l’utilisation des volumes dans les étages de la zone de l’entrée

- retravailler le volume de l’arrière scène et la relation entre la salle et la place

- vérifier la pertinence du matériau de façade proposé, dans la perspective notamment du développement durable.



ADOLPHUS, GUSTAVUS ET LE BARON (1er rang, 1er prix)

Le projet prévoit l’insertion d’une construction linéaire, le long de la Grande Eau. Centré sur la parcelle à disposition, le volume compact génère deux espaces extérieurs: un parvis d’accueil côté ville et une place côté halle des Glariers.

La volumétrie du bâtiment se déforme en réaction au contexte: une face biaise signale l’entrée de l’établissement, tandis qu’une toiture de hauteur variable s’adapte au bâti existant. Il en résulte un objet architectonique finement ciselé.

L’entrée principale s’implante à la jonction de l’Avenue des Glariers et du Chemin de Pré Yonnet. Elle bénéficie d’une surface couverte qui se prolonge sur une esplanade libre de tout véhicule. La relation qu’entretient ainsi le futur espace évènementiel avec la ville via la place Alphone Mex est appréciée.

Les locaux des sociétés sont accessibles depuis la façade le long de l’Avenue des Glariers. L’accès aux loges et les livraisons de scène sont proposés depuis la Grande Place.

Le programme des locaux est disposé par étage: salle polyvalente et scène au rez-de-chaussée, loges et salles pour sociétés locales au premier étage tandis que le deuxième étage abrite les locaux techniques.

Les espaces publics, de plain-pied, s’organisent autour de blocs de services. Cette configuration permet d’offrir des points de vues variés.

Ainsi donc, le foyer s’ouvre au nord-est sur le vignoble tandis que la salle polyvalente s’oriente sur la ville et les Dents-du-Midi. La scène, traversante, permet d’organiser également des évènements extérieurs.

Les éléments programmatiques sont mis en place avec simplicité et précision.

Spatialement, le travail sur la coupe de l’entrée et du foyer est intéressant. En revanche, la relation intérieur/extérieur de la salle au travers de la scène peine à convaincre.

(…)



DUET (2e rang, 2e prix)

Le projet propose l'implantation d'un volume orthogonal qui définit un parvis d'entrée et d'accueil côté Ville et une Place du Marché bien dimensionnée au Nord. Les différents accès sont définis avec une précision appréciée par les membres du jury. Le parking est conçu de manière totalement indépendante de la salle de spectacle, ce qui offre une certaine flexibilité au maître de l'ouvrage dans les réflexions relatives au financement du projet. Le projet est bien intégré au site tant par sa volumétrie que par le dimensionnement de ses espaces extérieurs. Au niveau urbain le projet présente de bonnes qualités fonctionnelles pour la Ville et les différents usagers du nouveau bâtiment.

Le bâtiment s'insère dans la pente longitudinale avec une relation de plein pied côté Ville par le parvis et le foyer. Côté Place du marché l'accès est géré par une rampe et la grande salle polyvalente bénéficie d'une relation de plein pied avec la Place. La gestion de la pente entre l'Avenue des Glariers et le parvis n'est pas précisée.

Les deux petites façades, la rampe du parking et les deux accès piétons au parking devraient êtreéquipés de dispositifs provisoires de protection en cas de crues. La longue fenêtre horizontale côté digue devrait vraisemblablement être pourvue d'un contrecoeur massif afin de résister aux fortes pressions d'eau, ce qui modifie en soi le parti architectural proposé.

La typologie offre un séquence spatiale longitudinale intéressante entre la Ville et la Place du Marché, chaque élément programmatique trouve sa place en regard au site et au fonctionnement polyvalent du bâtiment. Le jury apprécie la clarté, la simplicité, et la cohérence générale du projet. La compacité du volume induit cependant certains manques de générosité dans les espaces de circulation, principalement entre le foyer et la salle de spectacles. Les sanitaires publics situés à l'étage soulèvent des questions fonctionnelles en cas de grande influence.

(…)



SHOWTIME (3e rang, 3e prix)

Le projet prend le parti d’organiser le bâtiment selon un principe de double tête: Côté ville, la salle et son foyer, ouverts sur un parvis d’entrée et à l’opposé, les salles de sociétés en lien avec l’ancienne halle, réhabilitée en marché couvert. Ce dispositif permet d’insérer le bâtiment dans son contexte sans créer une zone arrière ou résiduelle. L’échelle des espaces est adaptée aux fonctions et les accès sont bien hiérarchisés.

Le bâtiment s’insère dans la pente générale avec un accès de plain-pied de part et d’autre de la salle, soit depuis le parvis à travers le foyer, soit par une rampe depuis la place des fêtes. Le fait de surélever le parvis d’entrée par rapport à la rue limite l’accessibilité des piétons. La rampe d’accès au parking est judicieusement placée à proximité du carrefour.

Le calage du bâtiment assure un positionnement en partie hors du niveau de crue. L’entrée du foyer, de la zone de l’arrière-scène et de la salle polyvalente, de même que les trémies de la rampe du parking et des escaliers d’accès devraient toutefois être équipés de dispositifs provisoires de protection.

L’organisation du plan reconnaît la situation particulière du lieu, avec une bande de services disposée le long de la salle côté digue. La succession du hall, du foyer et de la salle sur un même niveau est jugée idéale pour la polyvalence d’usage recherchée. Le compartimentage des différentes zones, leur exploitation simultanée ou non et le concept des flux sont dans l’ensemble bien pensés et plausibles.

La séquence qui mène le spectateur de l’entrée au foyer jusqu’à la salle en passant par la buvette n’est pas aboutie. L’escalier crée un accès à la salle en chicane, en contradiction avec le dispositif axial de la scène. La buvette trop petite est coupée du foyer et le parcours spatial qui aboutit à l’étage sur des locaux techniques et des sanitaires ne valorise pas le principe d’un foyer sur double étage. A l’opposé de la salle, le cumul des escaliers, de rampe, de monte-charge et de scène réglable révèle l’absence de relations possibles entre l’arrière-scène et le parking, le foyer et les salles de sociétés.

(…)



CRY ME A RIVER (4e rang, 4e prix)

Ce projet propose un volume aligné sur l’avenue des Glariers. L’implantation du bâtiment règle avec simplicité son rapport à la rue. Elle dégage la place "Frédérique rouge" au Sud en rapport avec le vieux village et une place au Nord en relation avec la halle des Glariers. Sa volumétrie est séduisante, elle dialogue avec le bâti environnant.

Néanmoins l'espace au sud a de la peine à remplir sa fonction de parvis d'entrée. Il est séparé du parking extérieur par la rampe d’accès du souterrain, sa matérialité végétale et le choix d’aménagement ne sont pas adaptés, et son niveau de référence plus bas que celui de la rue interroge sur la coupe. La place au Nord plus intimiste limite les futures interactions avec la halle des Glariers de par le choix de ses dimensions.

L’expression du toit à 2 pans sur les pignons, associée à la réflexion sur la porte d’entrée, donne une image de «grande maison communale» contemporaine à laquelle la population peut facilement s'identifier.

En plan, l'agencement des espaces principaux (hall, foyer, salle polyvalente, scène) de plein pied apportent la modularité et flexibilité adaptées à la fonction du bâtiment. La clarté de l'enchaînement du programme en enfilade tout en travaillant les volumétries en coupe amène de la finesse au projet.

En plaçant une bande de services et leurs accès respectifs du côté Nord, le bâtiment s’oriente sur l’Avenue des Glariers. Cette typologie est appuyée par l’expression des façades puisque le volume se ferme à l’arrière comme une protection des crues de la rivière, à l’instar de la façade sur l’Avenue des Glariers, de construction légère et flexible. Elle permet d’amener lumière et vue dans la salle polyvalente.

Les coupes proposées et le rapport au sol du bâtiment apportent une réelle plus-value à l’espace public et favorisent la déambulation du piéton côté rue. La salle polyvalente pourrait ainsi entretenir un rapport intéressant avec son environnement.

(…)



THE DANISH GIRL (5e rang, 5e prix)

Le projet propose l’implantation d’un volume d’épaisseur et de hauteur variables tissant un lien et une continuité construite avec les autres bâtiments présents sur le site. Le bâtiment s’ouvre sur la Grande Eau et l’espace paysager qui l’accompagne. Il agrémente, renforce et met en valeur la promenade sur la digue à une échelle qui dépasse la simple prise en compte du périmètre d’intervention. A l’intérieur du plan, la disposition et l’organisation des espaces correspondent à cette orientation. Côté Rue, le volume est franc et assume clairement une «face arrière». Cette relation identitaire à la ville n’est pas à l’avantage du projet. Coté Halle des Glariers, le projet forme, avec cette dernière et la digue, une place appropriable selon les besoins des manifestations quant bien même sa fonction première de parking péjore la qualité de cette espace. Enfin, en proue de parcelle, un modeste parvis est également dévolu au parcage des véhicules. Il est le pendant de la place des Glariers.

La volumétrie est adaptée au lieu. Le découpage du volume est bien proportionné et exprime les fonctions principales du programme. Le volume du parvis en tête du site est par contre contradictoire avec le parti général, tant au niveau formel que fonctionnel.

La disposition du plan montre clairement un foyer en rapport visuel avec la rue au sud et la rivière et le grand paysage au nord. La digue d’accès et le foyer sont reliés par une passerelle. Cette dernière manque de générosité pour permettre au dispositif d’entrée d’assumer son rôle évocateur de spectacle. Les deux autres passerelles reliant le bâtiment apparaissent anecdotiques.

L’ensemble forme un projet facilement compréhensible et aisément appréhendable offrant une identité claire dans le site.

Le foyer et la salle de spectacle constituent deux niveaux de référence bien distincts. A l’échelle du projet, l’escalier intérieur qui les relie paraît modeste et la relation d’usage entre ces deux fonctions principales du programme peut en être affecté. La coupe longitudinale exprime cette difficulté de mise en relation directe.

(…)

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive