Sauver le Plaza

L'initiative populaire pour sauver le cinéma genevois le Plaza d'une prochaine destruction vient d'aboutir.

La Tribune de Genève vient de publier la nouvelle du succès de l’initiative populaire en faveur du sauvetage du cinéma Le Plaza de Marc J. Saugey lancée en juin dernier. C’est l’ultime épisode d’une bataille juridique acharnée qui remonte au classement en 2004 de l’ensemble Mont-Blanc Centre et du Plaza et aboutit en 2015 par un échec cinglant avec l’autorisation de démolir le cinéma délivrée par la Ville de Genève sur décision du Tribunal fédéral.

Cette bataille est un symbole des forces qui se disputent aujourd’hui le sol et l’usage de la ville. D’un côté, des propriétaires qui raisonnent en termes financiers préoccupés par leur bilan, taux de rendement et bénéfices et indifférents à tout argument d’ordre culturel ou social, de l’autre des usagers de la ville, qui voient la disparition d’une architecture et d’un cadre urbain dont la qualité est évidente, une architecture qui offre une spatialité, une forme de sociabilité, un mode de vie et une image de la ville avec lesquels peu de projets actuels peuvent prétendre rivaliser.

Il y a de fait en Europe peu d’ensembles urbains comparables à celui de Mont-Blanc Centre et du Plaza. L’inventivité et la complexité spatiale, celles du programme qui intègre des commerces préexistants sur le site aux usages les plus modernes de l’époque, la qualité plastique des détails, des matériaux et de leur mise en œuvre est exceptionnelle.

Le patrimoine architectural du 20e siècle est complexe: constitué en partie de bâtiments issus de la commande privée, d’opérations de promotion immobilière, il pose ainsi des questions nouvelles et difficiles à résoudre quant aux rapports des propriétaires avec les impératifs de la conservation. Le jugement du Tribunal fédéral remettant en cause le classement de la salle en raison du manque de rentabilité du programme pour le propriétaire actuel a souligné avec brutalité cet état de fait.

La balle est aujourd’hui dans le camp de la Ville de Genève, qui souhaite le maintien d’activités culturelles dans le centre-ville (Rémi Pagani cité par Christian Bernet, TdG, 11.06.2017) et peut trouver ici une occasion unique de mettre ce projet à exécution. Le résultat positif de l’initiative populaire permet heureusement de rouvrir le débat. Nous ne pouvons qu’espérer qu’elle se donnera des moyens à la hauteur des enjeux.

Catherine Dumont d’Ayot est architecte et titulaire d’un doctorat en science de l'ETH Zurich. En 2014, elle a publié une thèse sur l'architecte genevois sous le titre "Marc J-Saugey. L'espace, la ville et les affaire" dont nous publions sur espazium.ch une partie portant sur l'ensemble urbain Mont-Blanc qui accueille le Plaza: Marc J. Saugey et Mont-Blanc Centre: l'invention de l'immeuble commercial multifonctionnel

 

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive