Quel beau courant!

Prix «Umsicht–Regards–Sguardi»: la rénovation de la centrale hydroélectrique de Hagneck

«La rénovation de la centrale hydroélectrique de Hagneck est une intervention modèle pour notre politique énergétique et un exemple clé en vue des nombreux renouvellements que les équipements de production d’énergie nécessiteront dans les années qui viennent. L’ensemble patrimonial de valeur que forment la structure historique et les nouvelles constructions est remarquable par l’alliance créative inédite d’éléments de l’histoire industrielle avec les techniques de production les plus récentes, ainsi que par leur parfaite insertion environnementale et paysagère.» (extrait du rapport du jury)

Mise en service en 1899, la centrale hydroélectrique de Hagneck se situe à l’embouchure du canal du même nom dans le lac de Bienne, en face de l’île Saint-Pierre. A la suite de la première correction des eaux du Jura en 1875–1878, l’Aar, principal affluent du Rhin, a été détourné depuis Aarberg vers le lac de Bienne, a n de diminuer les risques notoires de crues menaçant le Seeland et de permettre l’exploitation agricole des riches terres qui s’y trouvent. Pour rejoindre le lac, il a fallu traverser les collines de Seerücken. Après quelques années, le canal s’enfonçant toujours plus profondément dans son lit, les digues ont menacé de s’effondrer. Pour y remédier, le barrage et la centrale hydraulique de Hagneck ont été construits. Cette dernière tire parti des quelque 8.5 m d’écart de niveau entre le canal et le lac pour produire de l’électricité et est aujourd’hui exploitée par la société des Centrales électriques du lac de Bienne.
Après plus d’un siècle de service, les exploitants ont opté pour le renouvellement de l’installation. Afin de s’assurer de sa bonne insertion dans le site protégé – et sous la pression des services de protection des sites, de la nature et du patrimoine après le refus d’une première concession – le maître de l’ouvrage a lancé un concours de projets avec préqualification en 2009/2010.

Disciplines en interaction
A l’issue de la compétition remportée par l’architecte Christian Penzel, l’ingénieur civil Martin Valier et l’architecte paysagiste Raymond Vogel, un projet interdisciplinaire, à l’image de l’équipe lauréate, a été développé. A commencer par une proposition architecturale aussi inédite qu’élégante pour le bâtiment à remplacer, puisqu’elle intègre la salle des turbines dans le nouveau barrage. Malgré l’opposition initiale des défenseurs du patrimoine, la digue historique a en effet dû être remplacée pour des raisons de sécurité. Mais le nouvel ouvrage bas n’est même pas visible depuis le canal et n’interfère aucunement avec le délicat paysage alluvial protégé. Et lorsqu’on s’approche des nouvelles installations mises en service en octobre 2015, les constructions semblent émaner du rocher, un béton teinté évoquant la molasse locale leur donnant l’apparence d’éléments du paysage. Quant au franchissement du barrage, qui accueille aussi la piste cyclable longeant le lac de Bienne, il n’est pas, comme de coutume, situé au-dessus de celui-ci, mais suspendu en porte-à-faux au dévers de l’ouvrage.
Un autre aspect essentiel de l’opération a porté sur les mesures de renaturation engagées aussi bien le long du canal qu’à proximité immédiate de la centrale. L’intervention touchant à une zone alluviale protégée d’importance nationale, il fallait que les 37 espèces de poissons qui frayent entre les eaux de l’Aar et du lac de Bienne puissent contourner l’obstacle artificiel. Ainsi, un nouveau passage au nord du barrage relie l’ancien canal de fuite et la zone en aval de l’ouvrage au canal de Hagneck. Simulant un ruisseau naturel, cette voie d’eau assure aux poissons diverses possibilités de montée et de descente, avec un débit d’attrait donnant la direction à suivre. De plus, des dispositifs spéciaux aux entrées des turbines sont destinés à les diriger vers la voie d’évitement. La zone de l’ancien canal de fuite a été transformée en paysage alluvial.
La nouvelle centrale fournit aujourd’hui nettement plus de courant que l’ancienne, sa capacité ayant pu être augmentée de plus d’un tiers. La production est assurée par deux turbines bulbes d’une capacité de 10.4 MW chacune et deux machines plus petites exploitant le débit de la voie d’évitement (l’une, d’une capacité de 0,28 MW, est alimentée par l’eau utilisée pour le débit d’attrait et l’autre, d’une capacité de 0,03 MW, par celle envoyée dans le bassin de distribution du canal d’évitement). Enfin, une turbine historique d’une capacité de 3 MW demeure en fonction dans l’ancien bâtiment et sert aux démonstrations lors de visites guidées. Au total, la centrale produit aujourd’hui 110 GWh, ce qui couvre environ un tiers des besoins en électricité des quelque 55000 habitants de la ville de Bienne.

Aujourd’hui comme hier: un ouvrage pionnier
Il y a plus de 100 ans, la centrale de Hagneck fut le premier ouvrage hydroélectrique de l’entreprise qui allait devenir les Forces motrices bernoises (actuellement groupe BKW). Aujourd’hui, cette construction pionnière est flanquée de la centrale hydroélectrique au fil de l’eau la plus moderne de Suisse. L’histoire industrielle y rencontre les techniques de production d’énergie les plus pointues et la préservation du patrimoine s’y allie à la protection de l’environnement.
Le projet démontre de manière exemplaire comment une approche soigneuse et attentive, qui englobe toutes les disciplines en jeu, aboutit à un résultat hors du commun, mûrement réfléchi à tous points de vue. Une performance que le jury salue d’une distinction.

Informations et interventions

Lieu
Hagneck

Mandant
BIK (Bielersee Kraftwerke AG), Bern

Architecture et ingénrierie civil
Penzel Valier AG, Zurich

Architecture paysagère
Raymond Vogel Landschaften, Zürich

Planification générale, Direction des travaux, Conception spécialisée énergie, Construction hydraulique en acier
KW Energie AG, Berne

Conception CVC
MRI AG, Liebefeld

Conception électrique
eproplan AG, Gümligen

Excavation et épuisement
CSD Ingenieure AG, Liebefeld

Coordination installations techniques, conception sanitaire
Grünig + Partner AG, Bern

Géoinformation et mensuration
GeoplanTeam AG, Nidau

Physique appliquée au bâtiment
Gartenmann Engineering AG, Berne

Suivi environnemental
Prona, Biel/Bienne

Ecologique aquatique, ichtyologie et protection de la nature
WFN AG, Gümmenen

Conception et réalisation
2010–2015 

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive