Prix SIA Master Architecture 2017: «Wood Food»

Un projet de Gianluca Ceriani

Un diplôme de Master de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich | Professeurs Anette Gigon und Mike Guyer

Le concept gastronomique insolite «Pop-Up» de ValeFritz baptisé Wood Food à base de produits forestiers consiste à cuisiner avec du bois, du feu et du bitume naturel. Alliant toute une série d’éléments opposés en un assemblage exaltant de saveurs, d’odeurs et de présentations visuelles, il réunit des êtres humains de condition différente autour d’une longue table.

La tradition se mêle au modernisme, des ustensiles de cuisine et des techniques d’un genre nouveau complétant un savoir-faire ancestral et bien rodé. Un exotisme local en émane, des produits du cru et inhabituels étant transformés avec une infinie perfection. La «saleté» se hisse au rang de nouvelle «propreté».

Concept architectonique
Sous la bannière de ces contraires, j’ai cherché à approfondir le projet. En jetant un regard rétrospectif, je me suis mis en quête d’une hutte primitive moderne, qui confère un caractère urbain à la cabane forestière bucolique et offre une architecture répondant à l’attente du public cible, hybride et extrêmement diversifié de ValeFritz. Aucun effort n’est ménagé pour usiner le bois local, si bien qu’un aspect singulier découle de processus de combustion exotiques, le bois étant à la fois vitrifié et affiné. Des formes inattendues doivent être créées à l’aide de constructions éprouvées et d’une statique moderne. 

Dans ce projet, l’architecture a pour tâche de créer des espaces adaptables, mais spécifiques.Le projet fusionne la cuisine du restaurant et l’établissement d’une école de cuisine. Durant la journée et en semaine, les locaux peuvent ainsi servir à la formation de jeunes talents et des événements peuvent être organisés à l’intention de cuisiniers amateurs intéressés et d’entreprises souhaitant renforcer la cohésion interne de leurs équipes.

Urbanisme
Le volume de la cabane se développe à partir du plan triangulaire du bâtiment Plaza existant. Un chapeau est posé sur l’édifice. Landmark, il permet au bâtiment de s’imposer du point de vue urbanistique.

Programme et architecture.
Le Plaza est complété par deux étages aux fonctions différentes : le premier niveau comportant la grande cuisine, les services, les salles de formation et les entrepôts, le second niveau situé, sert de vaste salle à manger avec un foyer central, où les grillades sont réalisées et les plats provenant de la cuisine sont peaufinés et dressés. Les convives découvrent ainsi l’art et la manière d’accommoder des mets.

Cet étage est desservi par un escalier en colimaçon sur le côté nord-ouest du bâtiment. La réception et le vestiaire se trouvent dans la zone d’entrée du rez-de-chaussée. La zone d’attente attenante est prolongée par un petit magasin, où les produits WoodFood peuvent être achetés. Les bureaux et les locaux administratifs du nouvel établissement sont disposés dans les étages existants. Un second escalier en colimaçon conduit de la salle spacieuse au bar situé en dessous.

La répartition des pièces dans ce premier étage mansardé se fonde sur la reprise des murs porteurs existants et sur la forme triangulaire très spéciale du plan d’ensemble. Des couches spatiales sont ainsi aménagées le long de la façade, aux extrémités de laquelle des pièces communes englobent les angles aigus.

(extraits des planches de présentation)

Informations pratiques

Distinction décernée depuis les années 1960 par la SIA, le Prix SIA Master Architecture récompense chaque année des travaux de fin d’étude soutenus dans l’une des trois hautes écoles universitaires que sont l’Accademia di architettura di Mendrisio (AAM), l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et la Eidgenössische Technische Hochschule Zürich (ETHZ). Entre 80 et 130 projets de master sont soutenus annuellement (deux sessions d’examens pour l’EPFZ, une seule pour l’EPFL et l’AAM). Pour chaque session d’examens, le jury est formé de six architectes: le président de la société spécialisée «architecture et culture» (A&C), un représentant de chacune des régions linguistiques de cette même société, un représentant du groupe professionnel architecture de la SIA et un représentant de la section locale de la SIA du canton où se trouve la haute école universitaire. 

Tous les travaux ont été évalués par le jury à partir des critères suivants: qualité urbanistique et intégration au contexte, qualité architecturale et traitement des détail, clarté du parti, exhaustivité du rendu et aptitude à la collaboration au sein d'un bureau d'étude. 

Pour une vision d'ensemble des projets lauréats, consultez notre e-dossier consacré à ce prix. 

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive