Le stade du quartier

L’architecture des piscines et des patinoires fait traditionnellement la part belle au bois. A Zurich, un centre sportif mixte qui utilise ce matériau léger vient d’être inauguré. Le toit en impose, tant sur le plan esthétique que constructif.

Zurich est implantée le long de l’eau: en son centre, un lac et deux rivières invitent à la baignade dans des zones surveillées ou libres. Les quartiers situés loin de l’eau vive comptent sept piscines en plein air. La première a été construite il y a 75 ans à Allenmoos, à la limite d’Oerlikon. La plus connue a été réalisée par Max Frisch, écrivain et architecte de la piscine Letzigraben. 
La course à la plus belle piscine a été relancée récemment: la piscine en plein air Heuried, dans le quartier de Wiedikon, rouvrira prochainement après deux ans de transformations et d’agrandissements. La zone d’entrée surprend d’emblée les Zurichois par sa générosité spatiale ainsi que son atmosphère agréable et bienveillante. L’entrée principale s’effectue par une rampe délimitée sur les côtés et au-dessus par une vaste halle accueillante. Autrefois, en été, Heuried était une piscine et en hiver, une patinoire publique. Depuis peu, le centre sportif commandé par la Ville dans le cadre d’un concours d’architecture abrite une salle d’entraînement pour patineurs et équipes de hockey ouverte toute l’année. 

«La nouvelle halle abrite des espaces utilisables de manière flexible»

Piscine ou patinoire?
Pour allier les deux infrastructures sportives, les auteurs du projet, le bureau d’architecture EM2N, ont choisi la construction en bois comme élément de liaison esthétique et constructif. La nouvelle halle abrite des espaces utilisables de manière flexible, mais présente une peau extérieure parfaitement uniforme. Le planchéiage en épicéa lasuré blanc est non jointif. Les fenêtres en bandeaux qui le surmontent renforcent le relief vertical. Le toit se prolonge en abris sur les quatre côtés et se prolonge jusqu’à 17 m par rapport au corps de bâtiment du côté est. En dessous, des passerelles et des galeries relient le bâtiment aux pelouses; la façade en bois en arrière-plan crée une architecture élégante. 
La patinoire de quelque 5000 m² semble parfaitement combler le fossé urbain qui la sépare du paisible quartier résidentiel qui l’entoure. Elle s’élève à moins de 10 m et est même par endroits dépassée par les constructions voisines. 

Aménagements intérieurs bruts
L’avant-toit flottant, tout en transparence et protégeant la rampe d’accès, est l’élément le plus impressionnant. La sous-face est pourvue de grands éléments vitrés. Les poutres habillées dissimulent l’imposante structure du toit. Celle-ci se compose en tout de huit poutres en bois lamellé-collé de 30 m de long et de 2,4 m d’épaisseur à leur sommet. Elles forment ensemble un toit à deux pans légèrement incliné qui repose sur des piliers en béton. Les différents points d’appui se trouvent au milieu et à l’arrière pour un ancrage statique simple de l’avant-toit en porte-à-faux.
La partie avant du bâtiment, située en dessous, abrite les espaces communs du centre sportif tels que la caisse, un restaurant et des vestiaires. Les aménagements intérieurs font au béton et à la brique scilico-calcaire ansi que aux matériaux bruts. 
Pour des raisons de protection incendie, les éléments et surfaces en bois sont revêtus à l’intérieur, notamment l’enveloppe extérieure autoportante. Au-dessus de la cage d’escalier, le toit est une nouvelle fois mis en valeur. L’imposte prévue dans le projet s’est transformée en une intervention artistique intégrée dans l’architecture: le vitrage coloré distille des jeux de lumière dans la partie centrale de la patinoire située dans la partie arrière de la salle Heuried. Contrairement à l’espace avant accessible au public, à l’intérieur, le minimalisme est de mise du point de vue de la matérialité et de la gestion du climat. 

Conciliation statique
La nouvelle construction hybride et à usage mixte est scindée en deux parties. Le toit à deux pans en saillie se prolonge par une structure à la travée plus importante, mais également élancée dans la
partie arrière du bâtiment. La patinoire de 29 m de large est cette fois surmontée de poutres en bois lamellé de 35 m de long qui reposent sur des appuis en béton sur le mur extérieur. En face se trouve une petite tribune pour spectateurs. Afin d’éviter de créer des piliers qui gênent dans l’usage de l’espace, l’appui vertical a été transféré plus loin dans le bâtiment et l’écart entre pilier en béton et poutre maîtresse est assuré sur le plan statique par une liaison en traverses de bois et de métal. Cette construction spécifique est reliée aux axes de toit extérieurs et forme le milieu du toit également en bâtière. En dessous, sont situés les espaces techniques.

Participants au projet

Maître d’ouvrage: Ville de Zurich, Bureau des Bâtiments, Zurich
Architecture: EM2N, Zurich
Statique: Schnetzer Puskas Ingenieure, Zurich 
Statique bois: Pirmin Jung Ingenieure, Rain
Construction bois: Zaugg, Rohrbach
Paysage: Balliana Schubert, Zurich

Bâtiment

Programme: Patinoire, bains, vestiaire, restaurant, rampe, entrée
Surface du terrain (SIA 416): 23 363 m² 
Volume du bâtiment (SIA 416): 54 522 m3
Certificat: COBS (Certificat d'origine bois Suisse)

Bois et construction
Murs extérieurs: construction à ossature bois, bordé et endigué 
Charpente primaire toit: voile porteur lamellé-collé GL28, 280 m2 
Façade/-coffrage: 1020 m2, épicéa/sapin
Soffites, lucarnes, bordures: 1900 m2
Total lamellé-collé GL 24/28: 500 m3, épicéa/sapin

Dates 
Construction: mars 2015– automne 2017 (patinoire) et printemps 2018 (établissement de bains) 
Préfabrication: 4 mois
Montage: 13 semaines sans revêtement

Coûts 
Charpente primaire toit, murs extérieurs, revêtement bois: 3.5 mio CHF

Ville en bois n°3

Ville en bois n°3
Megatendances comme moteurs
Un hors-série d'espazium – Les éditions pour la culture du bâti
En collaboration avec: 
OFEV Office fédéral de l'environnement, Plan d'action bois, Berne
Wüest Partner, Zurich
Lignum, Économie suisse du bois

Retrouvez tous les articles de cette publication ici

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive