Le dessin comme critique de l'espace

Propos recueillis par Marc Frochaux

A côté des expériences spatiales de toutes sortes qui marquent la Biennale 2018, le pavillon du Japon fait figure d’exception. En réunissant une quarantaine de dessins relevant d’une «ethnographie architecturale», la commissaire principale Momoyo Kaijima (Bow-Wow) en collaboration avec Laurent Stalder et Yu Iseki, donnent une définition de ce savoir bien spécifique que l’architecte peut employer pour porter un regard critique sur son environnement.

Acheter cet article

Par cet achat, vous acquérez un accès illimité à l'article, images et documents compris

Acheter cet article directement
Acheter un abonnement on-line
Etude / Recherche 1 mois
6 mois
1 année

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive