DRA 4: le prix de la confiance

La quatrième édition de la Distinction Romande d’Architecture récompense les maîtres d’ouvrage qui ont donné leur confiance aux professionnels. Pour accompagner cette initiative, TRACÉS republie en version courte les articles dédiés à quelques réalisations sélectionnées.

Tous les quatre ans, la Distinction Romande d’Architecture (DRA) suscite d’intenses espoirs médiatiques parmi les architectes, avec eux quelques joies et certainement des déceptions. Consensuelle, stratégique, cette quatrième édition embrasse harmonieusement le territoire, entre villes et campagnes, et évite soigneusement de s’attacher à une école en particulier. Politique, elle détourne ses regards de la maison individuelle et salue les administrateurs engagés. Prudente – ou timorée ? – elle n’offre pas beaucoup de chance au renouvellement : les jeunes architectes, à quelques exceptions près, en sont absents.

Or, la DRA n’est pas un prix destiné prioritairement aux architectes. Son but n’est pas de les confronter, mais de les rassembler. C’est l’un des rares prix qui échappe aux lobbys de la construction et réunit des critères sur lesquels la profession semble s’accorder. Depuis sa fondation en 2006 (quand la Distinction vaudoise est devenue romande), elle veut avant tout cibler le grand public et faire passer un message : c’est l’engagement du maître d’ouvrage qui est décisif pour atteindre un environnement construit de qualité. La Distinction est donc avant tout un hommage adressé à celles et ceux qui font confiance à l’expertise professionnelle : tel propriétaire terrien qui, malgré l’incompréhension de ses voisins, construit un foyer pour des requérants d’asile; telle syndic de village qui convainc sa population de réaliser une salle communale de qualité ; telle administration qui organise un concours exemplaire.

Dans ce concert, une seule fausse note: en choisissant de distinguer le Parlement vaudois, la quatrième DRA fait une concession flagrante à la méfiance que le populisme ambiant voue actuellement aux professionnels. Cette réalisation, projetée par des architectes d’exception, a en effet subi les attaques les plus dures avant d’être littéralement « corrigée » sous la menace d’un référendum populaire. En récompensant cette mise au pas des architectes, cette distinction délivre un message très ambigu.

Malgré une communication soignée, l’écho médiatique de l’événement se laisse encore attendre. Les journaux régionaux titrent surtout sur les lauréats de leur région. C’est pour accompagner cet effort de valorisation que nous republions en version courte nos articles dédiés à certaines des 26 réalisations sélectionnées – en toute indépendance du choix du jury. Histoire de démontrer que la critique soutient nécessairement cet indispensable travail de définition de la qualité architecturale.

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive