Concours pour un nouvel établissement psycho-social à Yverdon-les-Bains

Le lauréat, APZ Atelier Prati Zwartbol, a convaincu le jury avec une proposition simple mais audacieuse: séparer le programme en deux bâtiments.

La Fondation Saphir a désigné les lauréats d’un concours pour l’extension d’un nouvel établissement psycho-social (EPS) de 50 lits, autour d’une maison de maître sur le site de Floreyres, à Yverdon-les-Bains. Le lauréat, APZ Atelier Prati Zwartbol, est un jeune bureau, fraichement établi à Zurich. Contre une soixantaine de concurrents, ils ont convaincu le jury avec une proposition simple mais audacieuse. Une contribution qui pourrait avoir un impact très intéressant sur le traitement paysager de la région.

Deux partis caractérisent les propositions des participants: paysager, lorsque les volumes définissent une placette qui s’ouvre sur la plaine d’Yverdon, ou groupé, quand l’ensemble du programme est rassemblé dans un seul grand volume. Ces deux propositions n’ont pas convaincu le jury, qui regrettait que de nombreux projets s’assimilent plus à un EMS (établissement médico-social), qu’à un EPS (établissement psycho-social). Quand le premier accueille une population âgée, dépendante et régulièrement réunie autour d’espaces collectifs, l’EPS s’adresse à des personnes adultes dont l’autonomie doit être favorisée. Il n’existe pas encore de références bien établies pour ce type d’établissement, ni de typologies figées. L’un des enjeux de ce concours était donc de contribuer à donner une solution innovante pour ce type d’institution.
Les lauréats ont prit le parti, risqué, de séparer le programme en deux bâtiments, puis de coller ceux-ci contre la maison de maître. Si le rayonnement de l’édifice ancien en pâtit, le positionnement des nouveau volumes génère, avec ses deux petites ruelles, l’amorce d’une micro-urbanité, une ambiance quasiment villageoise qui devrait inviter les résidents à s’approprier «leur» maison, puis à inventer des rapports de voisinage entre ces trois entités. «L’idée de l’institution semble reculer un peu dans ce projet, au bénéfice de celle de la ”vraie vie”», lit-on dans le rapport du jury.

Sur le plan urbanistique, la richesse de cette contribution nous semble résider dans le rapport au territoire qu’il privilégie: en choisissant de masser de petits volumes, au lieu de produire une volumétrie massive, le projet ouvre une voie rarement explorée pour densifier les constructions nouvelles. Une réflexion qui mérite certainement d’être poursuivie dans la région.

L'ensemble des projets primés peuvent être consultés sur notre page concours

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive