Concours d'intervention artistique pour PLATEFORME 10

Olivier Mosset et Xavier Veilhan remportent le concours organisé par l'Etat de Vaud avec la «Crocodile», une locomotive mythique ressuscitée

Dans le cadre du concours d’intervention artistique sur les bâtiments de l'Etat lié à PLATEFORME 10, le jury a désigné comme lauréats les artistes Olivier Mosset (CH) et Xavier Veilhan (F) qui ont proposé le projet « Crocodile », une sculpture monumentale en métal peint inspirée de la mythique locomotive. Les membres du jury ont été séduits par l’aspect iconique de cette proposition et son lien affirmé avec l’histoire du site. La réalisation de cette œuvre accompagnera l’ouverture progressive de PLATEFORME 10 à partir de 2019. « Crocodile » cheminera sur le site au gré de l’évolution du chantier et de l'ouverture du Musée cantonal des Beaux-Arts (mcb-a) puis du bâtiment qui abritera le Musée de l’Elysée et le mudac. Réunis pendant deux jours, les dix membres du jury ont examiné 16 projets dans le cadre du concours en procédure sélective pour la réalisation d'une intervention artistique sur le site de PLATEFORME 10. Doté d’un montant de 567'000 francs (organisation du concours et réalisation de l’intervention artistique comprises), ce concours était piloté par le Service immeubles, patrimoine et logistique (SIPaL) de l’Etat de Vaud. Au terme de ses délibérations, le jury quasi unanime a désigné le projet «Crocodile» des artistes Olivier Mosset et Xavier Veilhan. Cette sculpture monumentale en métal peint s’inspire directement de l’aspect iconique de la locomotive «Ce 6/8II», ainsi surnommée pour sa forme particulière. L'œuvre est née de l’association inédite des deux artistes. En effet, découvrant qu’ils étaient tous deux retenus pour participer au concours, ils ont décidé de se réunir et de proposer un projet unique mais issu d’une hybridation du vocabulaire formel de l’un et de l’autre ainsi que d’un intérêt commun envers les objets mécaniques. Synthèse entre art et architecture, mais aussi entre un témoin de l’ère industrielle et un animal à la fois familier et quasi préhistorique, l'œuvre est emblématique. Pour renforcer sa force expressive, les artistes proposent un mode de fabrication à l’échelle 1:1 en fonderie d’aluminium et chaudronnerie, peint en vert foncé satiné. 
Une fois réalisée, «Crocodile» sera longue de 18 mètres et pèsera environ 5 tonnes. Posée au sol, sans point de fixation, la sculpture pourra être déplacée pendant les différentes phases du chantier. Le jury a été sensible à la grande qualité de la collaboration entre les deux artistes et a relevé que leur démarche s'inscrit parfaitement dans l’esprit de PLATEFORME 10: la pratique artistique individuelle est rejouée au profit d’un projet commun d’envergure.

Biographies des artistes
Figure majeure de la scène artistique française, Xavier Veilhan (né en 1963, vit et travaille à Paris) a étudié à Paris et à Berlin. Il développe, depuis la fin des années 1980, une démarche aux formes multiples (sculpture, peinture, environnement, spectacle, vidéo, photo), qui s’inscrit entre classicisme formel et haute technologie. Son travail est un hommage aux inventions et inventeurs de la modernité à travers un langage formel qui mixe les codes liés à l’industrie et à l’art. Ses œuvres questionnent notre perception et cultivent un intérêt pour les espaces de déambulation, souvent évolutifs, dans lesquels le visiteur devient acteur. En 2009, il investit le Château de Versailles et ses jardins puis entre 2012 et 2014, il développe une série d’interventions dans sept édifices modernistes majeurs à travers le monde. En 2014, il porte son intérêt pour l’architecture à une nouvelle échelle en concevant la réhabilitation du Château de Rentilly. Il a réalisé en 2015 deux films qui prolongent ses explorations spatiales : « Vent Moderne » et « Matching numbers ». Habitué des projets dans l’espace public, Xavier Veilhan a installé des sculptures dans diverses villes en France (Bordeaux, Tours, Lyon) comme à l’étranger (New York, Shanghai, Séoul). Il représente la France à la Biennale de Venise cette année.

Olivier Mosset (né à Berne en 1944, vit et travaille à Tucson, en Arizona) a été associé pendant une brève période à Daniel Buren, Niele Toroni et Michel Parmentier. Les quatre artistes ont exprimé publiquement leur désir de rompre avec les structures institutionnelles et les modèles artistiques reconnus. En 1967, Olivier Mosset a créé plusieurs tableaux présentant le même cercle noir sur un fond blanc au centre d'un carré de 1x1 mètre. Entre 1966 et 1974, il produit environ deux cents tableaux de cercles. Les relations qu'il a créées entre les nuances de couleur de 1976 l'ont progressivement mené vers une peinture monochrome. En 1978, il rencontre Marcia Hafif, avec laquelle il a créé un groupe d'artistes. Bien qu'il n'ait jamais appartenu au mouvement «NéoGéo», Olivier Mosset a entretenu des relations avec Peter Halley, Helmut Federle et John Armleder. En 1990, il a exposé au pavillon suisse à la Biennale de Venise. Il a par ailleurs collaboré à de nombreuses reprises avec des artistes aussi divers qu'Andy Warhol, Steven Parrino, John Armleder ou Cady Noland. Olivier Mosset a également produit des sculptures artisanales et artistiques « in situ » et a conçu en 1994 une installation en carton qui faisait écho à la forme des barrières antichars familièrement appelées «Toblerones» par les Suisses pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2003, Oliver Mosset a présenté une double rétrospective au Musée des Beaux-Arts de Lausanne et au Musée d'Art de Saint-Gall.

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive