Comme un palais qui renaît de ses cendres

PalaCinema, Locarno

 L’architecte espagnol Alejandro Zaera-Polo a proposé de transformer l’ancienne école en un palais moderne dédié au cinéma. Contrairement aux projets concurrents, il n’envisageait aucunement une démolition et une reconstruction.

Année après année, les projections nocturnes sur la Piazza Grande restent l’attraction principale du Festival du film de Locarno. 71 ans après sa création, l’un des principaux événements culturels de Suisse se dote d’un palais à quelques pas de la fameuse place: le PalaCinema. Il offre une scène à la hauteur du septième art et une plate-forme pour les principaux acteurs. Hors festival du film, le bâtiment situé aux portes de la vieille ville sera également utilisé par la Cinémathèque suisse, la Haute école spécialisée et la ­Télévision suisse italienne. Ce ­nouveau lieu communautaire a pris ses quartiers dans une ancienne école primaire du 19e siècle dont l’architecture ­imposante en grès est caractéristique de la Gründerzeit. La démarche qui a conduit à la transformation du bâtiment est remarquable. Dans le cadre d’un concours international organisé par la ville de Locarno, l’architecte espagnol Alejandro Zaera-Polo a proposé de transformer l’ancienne école en un palais moderne dédié au cinéma. Contrairement aux projets concurrents, il n’envisageait aucunement une démolition et une reconstruction.

Les seuls changements apportés à l’édifice sont l’adjonction d’un attique cubique à motifs dorés, la réorganisation de l’agencement intérieur et une nette amélioration du standard énergétique. La couronne qui coiffe le bâtiment est sertie d’un maillage formé de plus de 40 000 plaquettes métalliques, en référence à la peau tachetée du léopard, symbole du festival. Elle abrite plusieurs salles à usage polyvalent et une terrasse offrant une vue imprenable sur le lac Majeur.

Le PalaCinema répond à deux objectifs. D’une part, son architecture reste représentative d’une certaine tradition; d’autre part, la transformation permet de satisfaire aux exigences logistiques et organisationnelles d’un festival. En lieu et place des salles de classe, l’ancienne école et sa cour intérieure accueillent désormais trois salles de cinéma superposées, dont la plus grande peut accueillir jusqu’à 550 spectateurs. La façade a été recouverte d’un enduit blanc, de façon à pouvoir y projeter un film.

Les encadrements de fenêtres ont été habillés de plaques dorées. Conformément aux exigences de physique du bâtiment, les fenêtres sont dotées de triple vitrage. De même, l’enveloppe du bâtiment a été doublée d’une isolation ­intérieure de 20 cm d’épaisseur pour atteindre des performances techniquement supérieures. La rénovation satisfait aux critères du standard Minergie, ce qui en fait probablement le premier cinéma suisse à bénéficier de ce certificat d’efficacité énergétique emblématique.

L’approvisionnement énergétique est exclusivement assuré par des sources écologiques. Le chauffage et l’eau chaude sanitaire sont assurés par une pompe à chaleur sur nappe phréatique. Le rafraîchissement des locaux et des salles, souvent fortement occupés, est actuellement assuré par une source d’eau alternative. Un canal souterrain datant du 19e siècle garantit une température constante de 7 à 8° C, idéalement exploitable par le système de refroidissement passif du PalaCinema.

Retrouvez tous les articles de ce numéro spécial "Immobilier et énergie 1" ici

Informations générales

Intervenants
Maîtrise d’ouvrage: PalaCinema Locarno / Ville de Locarno
Architecture: AZPML-DFN, Londres, Lugano

Bâtiment
Concours: 2012
Achèvement: 2017
Surface utile du bâtiment: 6500 m² 
Coût: 33.6 mio CHF
Indice énergétique: 60 kWh/m²

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive