AJAP 2016, distinction française des jeunes architectes et paysagistes

Décerné tous les deux ans par le ministère de la Culture et de la Communication, le prix des Albums des jeunes architectes et paysagistes récompense la jeune garde architecturale française. Regard sur le palmarès 2016

Lancés en 1980, les «Albums des jeunes architectes et paysagistes» ont progressivement revêtu la fonction de baromètre de la création architecturale française. Ouverte aux moins de 35 ans, cette distinction donne lieu tous les ans à une exposition et un ouvrage plutôt attendus par tous ceux qui s’efforçent d’anticiper l’évolution des tendances.

La session 2016 ne trahit pas cette vocation de mostra hexagonale des équipes émergentes. Dans un contexte où les jeunes diplômés accèdent difficilement à la commande, les AJAP sont à la fois une incitation à confier des projets aux jeunes et un tremplin leur permettant de se faire connaître.

En France en 2016, l’architecte doit savoir générer la demande qui va le faire travailler. Si cette tendance existait déjà depuis plusieurs années, les AJAP 2016 semblent consolider l’idée d’une pratique architecturale active, qui ne se conçoit plus uniquement comme la réponse à une demande, mais aussi comme une démarche volontaire consistant à créer la commande architecturale là où cela est possible.

Il en va ainsi de «Mutation Architectes», un groupe qui n’hésite pas à se définir par l’injonction «inventer la commande». Travaillant sur des friches, ils mettent en place des processus de réactivation de structures désaffectées, comme dans le cas de l’hôtel d’activités de la rue Garibaldi dans le bas Montreuil.

A cette tendance s’ajoute celle d’une grande diversification de ce qui peut rentrer dans la définition d’une pratique architecturale à caractère professionnel. La scénographie ou encore le travail de terrain autour de consultations et d’ateliers avec les usagers semblent constituer de plus en plus des extensions tout à fait normales du champ de compétences d’un architecte.

Dernier point qui constitue un dénominateur commun de cette session: il est plus facile de décrocher la commande en milieu rural ou dans des petites villes que dans les grandes agglomérations où la concurrence est féroce.

Du côté des paysagistes, les approches plus sensibles à l’existant, faisant une grande part à l’aléatoire topographique et au libre déploiement du végétal semblent prendre le dessus sur les approches plus formalistes. Il en va ainsi de l’agence A-mar qui revendique ouvertement une pratique paysagère de terrain s’efforçant d’éviter, autant que cela se peut, le plan d’ensemble.

Signalons au passage une belle exposition dont les choix de présentation et d’éclairage parviennent à tirer le maximum des salles sous les arcades en pierre du Palais de Chaillot. A cette mise en espace tout en finesse s’ajoute un catalogue sans éclat, mais avec le mérite qui a toujours été le sien d’indexer clairement les équipes qui vont faire parler d’elles dans les années à venir. 

Informations et expositions

Les Albums, les « Ajap », sont un concours biennal organisé par le ministère de la Culture et de la Communication. Ils distinguent des jeunes architectes et paysagistes européens de moins de 35 ans, ayant réalisé un projet ou participé à un concours en France.

L’exposition présente le travail des vingt équipes constituant la promotion 2016.
Cité de l'architecture et du patrimoine
45 av. du président Wilson
Galerie basse des expositions temporaires
Paris

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive