La Distinction de l'Ouest, un outil de médiation et de transparence

Propos recueillis par écrit par Cedric van der Poel

Une partie des délibérations du jury de la distinction d'architecture, d'urbanisme ou de paysagisme de l'Ouest lancée cet été par l'entité Stratégie et développement de l'Ouest lausannois (SDOL) sera ouverte au public. Un moyen de favoriser la transparence dans les processus de développement urbain, selon Ariane Widmer, directrice du SDOL.

En juin vous avez lancé un appel à candidature pour la «Distinction de l'Ouest 2018, Qualité du bâti dans l'Ouest Lausannois»,  quelle en est l'origine et quels sont ses objectifs?
L’idée d’une distinction découle du constat que l’Ouest lausannois connaît une activité de construction particulièrement forte. Le développement en cours modifie de manière profonde et pérenne le territoire urbain des huit communes et leurs 70'000 habitants. La distinction s’inscrit dans ce processus et cherche à créer le débat sur la qualité des réalisations, à contribuer à la constitution d’une culture du bâti et à inciter à des réalisations exemplaires.
Mais, porter attention à ce développement s’inscrit aussi dans la continuité du Prix Wakker qui récompensait en 2011 les communes de l’Ouest lausannois et la ville de Lausanne pour leur action conjointe visant un développement territorial de qualité. 

Selon l'appel à candidature, les projets doivent être déposés conjointement par les concepteurs (architectes, architectes-paysagistes, ingénieurs civils) et les maîtres d'ouvrage. Pourquoi cette particularité par rapport aux autres prix et distinctions où les candidatures peuvent être déposées par l'un OU l'autre?
Une commande conditionne le résultat! L’interaction entre, d’un côté, le maître d’ouvrage qui monte un projet en fonction de ses besoins et exigences et, de l’autre côté, le concepteur qui retranscrit cette commande en une œuvre est déterminante. Le mandant détient les clés pour définir un programme responsable, innovant et/ou pour mener un processus garant de qualité. C’est pour cela que la Distinction récompense une équipe dans son ensemble. 

La distinction est largement ouverte: nouvelles constructions privées ou publiques, infrastructures, espaces verts et publics... va-t-il y avoir des catégories ou les critères d'évaluation choisis permettent-ils de comparer par exemple l'aménagement d'une route avec un immeuble d'habitation?
Plutôt que de penser en catégories, la distinction cherche à comparer des ouvrages en fonction de critères. Pour son édition 2018, les critères suivants ont été retenus: le programme, le processus et évidemment la qualité de la réalisation. S’ajoutent à cela des critères plus larges, comme la prise en contexte spécifique et la contribution à l’identité de l’Ouest lausannois. Sous cette condition, il est possible de comparer un immeuble de logement avec le réaménagement d’une route. 

L'un de vos objectifs est la sensibilisation et la médiation, pensez-vous qu'une distinction soit le meilleur outil pour cela?
La distinction est un outil parmi d’autres pour parler d’architecture, de paysage ou d’ingénierie. Mais il est vrai que les résultats de la distinction permettent de mettre le doigt sur des ouvrages exemplaires, d’en débattre tout en s’adressant à un public varié et large. 
Les dossiers soumis à la distinction seront ainsi présentés dans une exposition qui s’installera dans l’aula du gymnase de Renens, lieu public permettant de s’adresser aussi à un jeune public. Elle voyagera ensuite dans les communes de l’Ouest lausannois pour s’approcher d’un autre public. 
Il y aura aussi une publication qui parlera non seulement des ouvrages mais qui laissera la place à différents regards posés sur eux. Il s’agit en l’occurrence d’étudiants en architecture et géosciences qui réaliseront l’exposition et d’élèves d’une classe d’écriture du gymnase de Renens qui parleront à leur manière d’une sélection de projets.
Pour l’Ouest lausannois la distinction vient ainsi compléter le paysage de communication des communes et de SDOL qui est par ailleurs assez large. 

Vous allez également ouvrir une partie des délibérations du jury au public (lire l'encadré ci-dessous). C'est une pratique qui émerge doucement notamment en Suisse alémanique pour les concours d'architecture? Est-ce un laboratoire ou une sorte de projet pilote pour les futurs concours d'architecture et d'espace public soutenus par le SDOL?     
D’autres expériences du même type ont déjà été menées dans l’Ouest lausannois, par exemple par la commune de Renens pour la place du marché. Mais il est vrai que l’idée d’ajouter à cette distinction une dimension d’ouverture au public repose sur une volonté générale de favoriser la transparence dans les processus de développement urbain. 

Comme toutes distinctions, celle de l'Ouest qui, rappelons-le, englobe un territoire administratif de huit communes, comporte une dimension politique. N'avez-vous pas peur qu'une commune rafle la mise et que la distinction souligne ainsi des disparités en matière de développement et de qualité architecturale et paysagère au sein de l'entité SDOL? 
D’abord je ne pense que l’on puisse pas parler d’une disparité entre les huit communes, les dossiers rendus en témoignent d’ailleurs. La distinction ne cherche pas à provoquer une situation de concurrence. Les dossiers sont évalués en fonction des critères de la distinction par un jury composé entre autres de trois membres «extérieurs». L’appartenance territoriale n’en fait clairement pas partie.

Le 24 octobre dernier vous avez fait un premier tour de jugement. Combien de projets avez-vous reçus? Quelles sont les prochaines étapes? 
34 candidatures ont été déposées dans les délais. L’une des candidatures a dû être écartée comme elle se situait hors de l’Ouest lausannois. 
Lors de sa 1e séance le jury a eu la difficile tâche de choisir, parmi de très belles candidatures, une dizaine de réalisations à visiter. Celles-ci interviendront d’ici la fin de ce mois.
La 2e séance du jury se tiendra ainsi le 25 novembre à l’ECAL. Le public est invité à assister à une partie de ces discussions le samedi après-midi entre 13h30 et 16h.

Invitation à la séance publique du jury de la Distinction de l'Ouest

Cette séance publique du jury de la Distinction d’architecture, d’urbanisme et de paysagisme pour la qualité du bâti dans l’Ouest lausannois aura lieu le samedi 25 novembre 2017 à l’ECAL.

Organisée par l’Association “Ouest lausannois: Prix Wakker 2011” et les huit Communes du district, la Distinction de l’Ouest récompense les réalisations architecturales, urbanistiques et paysagères exemplaires dans l’Ouest lausannois. Suite à un appel à candidatures lancé cet été et après une première délibération du jury, ce sont 12 réalisations qui ont été retenues sur 34 projets soumis.

La population est invitée à venir assister au travail du jury le 25 novembre 2017. Cette séance publique permettra aux personnes intéressées de voir quelles sont les réalisations en lice, de comprendre le fonctionnement d’un jury, et enfin, de pouvoir communiquer directement avec ses membres.

Pour des raisons d’organisation, les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse sdol@ouest-lausannois.ch ou par téléphone au 021 632 71 60.

Déroulé de la journée
13h: ouverture des portes et de l’exposition des réalisations retenues
13h30-15h30: séance du jury en public
15h30-16h: échange avec le public
Dès 16h: délibération finale à huis clos

Adresse
Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL), avenue du Temple 5, 1020 Renens.

Contenu apparenté

Sujets:

ARCHIVES: Les éditions depuis 2013

s’abonner archive